Lundi, 25 Septembre 2017
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

La planification familiale : l’une des clés de la croissance et du développement

Benoit Kalasa Directeur de la division technique du FNUAP

11 juillet 2017 – Permettre aux jeunes adultes de planifier leur famille peut aider les pays à tirer parti du « dividende démographique », véritable coup de pouce dans la productivité économique qui intervient lorsqu’il y a plus de personnes faisant partie de la population active que de personnes n’en faisant pas partie.

Avec 83 millions de naissances enregistrées chaque année, la Journée mondiale de la population célébrée aujourd’hui met l’accent sur le besoin urgent de planification familiale. Cette journée coïncide avec le Sommet de Londres sur la planification familiale, seconde réunion de l’initiative Planification Familiale 2020 (PF2020).

« La planification familiale, qui permet de prévoir une grossesse, a un effet direct sur la baisse de la mortalité infantile, juvénile et maternelle en général.  Réduire cette charge qui pèse sur les systèmes de santé permet de dégager des ressources qui peuvent être consacrées au développement », a déclaré Benoit Kalasa, directeur de la division technique du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) lors d’une visite à Bruxelles.

La population mondiale devrait atteindre 8,6 milliards d’habitants en 2030, 9.8 milliards en 2050 et 11.2 milliards en 2100, et ce, même si les taux de fécondité continuent de baisser. Les futurs habitants de notre planète devront partager les ressources mondiales et il est de notre devoir de leur assurer le meilleur avenir possible. Cela commence par la planification familiale chez les jeunes en leur permettant de pouvoir choisir quand ils veulent avoir un enfant, et combien ils en veulent, a expliqué M. Kalasa.

« Sans planification familiale, les adolescentes sont plus susceptibles de tomber enceinte et, comme c’est le cas dans de nombreux pays, d’abandonner leur scolarité. C’est une véritable perte pour la personne, sa famille, sa communauté et son pays. Voir des personnes quitter le système éducatif c’est comme perdre du capital humain, et il n’y a pas de croissance économique, de développement sans capital humain. »

Le FNUAP rappelle que, bien que l’information et l’éducation sexuelle constituent un droit humain, le manque de planification familiale continue de toucher environ 214 millions de femmes dans le monde entier. Ce concept est pourtant central dans l’atteinte de l’égalité entre les sexes. C’est également un facteur clé dans le développement et la réduction de la pauvreté.

La planification familiale est particulièrement importante dans les pays en développement, où certaines mesures conservatrices s’opposent à l’information des jeunes sur les « risques de la reproduction » tels que les avortements risqués, les maladies sexuellement transmissibles et d’autres dangers.

Les pays dont la population jeune augmente en même temps que le taux de fécondité diminue sont fortement susceptibles de récolter les fruits du « dividende démographique ». En pleine croissance démographique, les pays du continent africain ont un énorme potentiel à cet égard.

deux femmes et un bébé près de la ville de Makeni au Sierra Leone

« Au milieu des années 70, la Corée du Sud avait les même taux de fécondité et de mortalité que ceux du Ghana aujourd’hui. Mais le gouvernement Sud-coréen a décidé d’investir dans l’éducation, la santé, l’émancipation des femmes en créant de nouveaux emplois et en leur permettant de s’insérer dans le marché du travail. Aujourd’hui, la Corée du Sud est un pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure qui est presqu’au même niveau que celui des pays développés », a déclaré M. Kalasa.

« Si vous visitez ces pays, vous vous rendez réellement compte que les choses sont en train de changer. Au sein des compagnies privées, gouvernements, parlements, vous voyez émerger l’égalité et la parité entre les sexes. Une classe moyenne émerge, le développement est en marche. Le dividende démographique est visible, vous pouvez suivre son évolution », a-t’il ajouté.

La planification familiale n’est que le premier pas vers une collaboration plus large et horizontale ans de nombreux secteurs. Actuellement, le FNUAP d’attache à donner accès à la planification familiale à 120 millions de femmes supplémentaires d’ici 2020, tout en exhortant tous les gouvernements à adopter une vision de long-terme dans leur développement national.

« Les bénéfices ne se verront pas aujourd’hui, ni demain, mais bien plus tard. La politique, les engagements pris doivent donc être forts », a déclaré Benoit Kalasa, soulignant la nécessité d’une bonne gouvernance, luttant contre la corruption et établissant des cadres juridiques et espaces fiscaux légaux dans la création d’emplois et l’accès au crédit.

« La jeunesse est le futur. C’est aujourd’hui et non demain que nous devons prendre soin de cette jeunesse », a conclu M. Kalasa.

onucarrieres

OFFRE DE STAGE
BUREAU FRANCE 

Etudiants en communication, sciences politiques, relations internationales, vous avez un niveau Master 1 ou plus ?
Rejoignez l'équipe du bureau France du Centre régional d'information des Nations Unies, pour un stage (non rémunéré) de six mois à Bruxelles. Prise de fonction immédiate.

Plus d'information

Envoyez vos CV à [email protected]

Couverture rapport ODD 2017

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Moments forts de l’Assemblée générale de de vendredi 22 septembre

news32x32 DblueNominations

  • Le Secrétaire général nomme Mamadou Diallo, de la Guinée, Représentant spécial adjoint de la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (20 septembre 2017)

    Liste complète...