Jeudi, 27 Juillet 2017
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Les crimes de Daech ne doivent pas empoisonner le futur de l’Irak

Irakiens de Mossoul arrivant au camp du HCR de Hasansham

12 juillet 2017 – L’Irak fait face à une série de défis en matière des droits de l’homme en ce moment charnière que représente la reprise de Mossoul. Si ces défis ne sont pas affrontés, ils risquent de générer davantage de violences et de souffrances chez les civils, alerte le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Zeid Ra’ad Al Hussein.

« Les femmes, hommes et enfants de Mossoul ont vécu l’enfer sur terre », a déclaré le Haut-Commissaire. « Daech a forcé des dizaines de milliers d'habitants de la ville et des environs à quitter leur maison et les a utilisés comme boucliers humains. Il s’agit d’un crime de guerre en vertu du droit humanitaire international et d’une violation des principes de dignité et de moralité les plus fondamentaux », a-t’il ajouté.

Depuis le début de la campagne militaire pour reprendre Mossoul le 17 octobre 2016, environ 920 000 civils ont dû quitter leurs maisons. Près de 700 000 sont toujours déplacés, la moitié d’entre eux vivant dans l’un des 19 camps de fortune. Ces personnes déplacées ont besoin d’un logement, de nourriture, de services de santé, d’eau potable ainsi que de soutien pour les aider à surmonter ces « traumatismes inimaginables ».

A la suite de la libération de Mossoul, le Secrétaire général des Nations Unies António Guterres a rendu hommage au peuple et au gouvernement irakien tout en promettant le soutien des Nations Unies au gouvernement irakien afin de réunir les conditions nécessaires pour un retour « volontaire, sécurisé et digne » des communautés déplacées. Il a également promis de rétablir l'état de droit, prévenir une résurgence de la violence et établir les responsabilités dans toutes les violations commises. Les Nations Unies ont réclamé une aide de 985 millions de dollars pour leurs projets d’assistance humanitaire. Or, seulement 43% de la somme demandée a été reçue à ce jour, 562 millions de dollars doivent ainsi encore être récoltés.

Avec la reprise de Mossoul, l’étendue des violations et abus perpétrés par Daech est d’autant plus manifeste. « Les violations graves et systématiques du droit international humanitaire, et les graves violations et abus des droits de l'homme commis au cours des trois dernières années, notamment la réduction de femmes et de filles à l'état d'esclaves sexuelles, ont laissé des traces profondes dans la société irakienne », a déploré M. Zeid. Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme  (HCDH) souligne notamment l'enlèvement de 1.636 femmes et filles, ainsi que de 1.733 hommes et garçons issus de la communauté yézidie, dont on reste à ce jour sans nouvelles.

Les causes profondes de la violence et des conflits en Irak doivent être étudiées en termes des violations des droits de l’homme subies par les communauté à l’intérieur du pays depuis plusieurs dizaines d’années » a souligné M. Zeid. « C’est la seule manière d’établir des bases solides pour l’établissement de la paix durable que le peuple irakien mérite », a-t’ il conclu.

Pour plus d’informations :

Fiche d’information de la Bibliothèque d’UNRIC sur l’Irak

Couverture rapport ODD 2017

onucarrieres

Concours Programme jeunes administrateurs (YPP) 2017

Luxembourg
et Monaco participent au concours

Inscription jusqu'au 22 août 2017

news32x32 DblueNominations

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg