Mardi, 26 Septembre 2017
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

L’évolution technologique au service de l’aide humanitaire

 Photo: Scott Nelson/UNHCR.

6 septembre 2017 – Dans un monde en constante évolution  et face à une urbanisation galopante, il est important d’adapter sans cesse la façon dont nous aidons et protégeons les personnes qui fuient les conflits et les persécutions. Cette aide peut être optimisée grâce aux évolutions technologiques.

« En janvier dernier, dans le bureau d'inscription animé du HCR à Amman, j'ai été frappé par les innovations qui ont rendu cette opération possible : j'ai rencontré des réfugiés dont les iris ont été scannés dans le cadre de notre système d'enregistrement biométrique et en rendant visite aux réfugiés chez eux avec des collègues, j’ai utilisé une tablette pour télécharger les informations sur notre Système d’information et d’assistance – bien loin des cahiers et des stylos que j’utilisais lors de mes missions au Soudan, » écrit Filippo Grandi, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

L’authentification de l'iris en matière d’inscription n'est qu'une petite partie des inventions dont bénéficient les réfugiés  ces dernières années. En collaboration avec des banques en Jordanie, les réfugiés ont été autorisés à utiliser ces données biométriques pour ouvrir des comptes bancaires et retirer de l’argent sans avoir besoin de codes PIN ou même de cartes.

De façon similaire, en s'appuyant sur la technologie existante utilisée pour l'enregistrement des personnes réfugiés pourraient  se forger une identité numérique qui leur permettrait d’accroître leurs opportunités dans un monde en constante évolution. Il pourrait s’agir d’informations simples telles que la mise à jour de leurs dossiers, l’ajout de certificats d’études ou de la poursuite d’études en ligne, avec pour objectif d’étendre l’éventail des services, financiers ou autres, dont ils peuvent bénéficier.

Et ceci n'est qu’un début : des exemples actuels comprennent tout un tas d’innovations technologiques, de la télémédecine en Mongolie par exemple  à des systèmes avancés d'agriculture et de prévision de crises. Il existe des applications pour la lutte contre la faim en Inde. Le Programme alimentaire mondial (PAM) se prépare à l'avenir de l'aide humanitaire en testant des voitures sans conducteur.

L'utilisation de technologies innovatrices peut ainsi jouer un rôle important pour différentes causes : il est possible de délivrer du sang aux habitants de régions éloignées au Rwanda mais aussi de cartographier le risque d'élévation du niveau de la mer aux Maldives. Tracer la carte de ces 11 îles de manière réaliste prendrait presque un an en temps normal, mais avec les drones, il ne faut qu'une journée pour cartographier une île entière.

Même la production alimentaire peut être améliorée, comme le démontrent les premiers résultats d’un projet dans le camp de réfugiés d'Azraq en Jordanie. Les réfugiés - et les communautés qui les accueillent – pourraient être en mesure de cultiver leur propre nourriture, de vendre des produits à revenu élevé sur le marché local et, par l'utiliser de cette technologie, d'accroître leur autonomie.

 « Les premiers résultats de nos récoltes montrent qu'elles poussent deux fois plus vite dans le  Food Computer qu’au sol. Il peut recréer tout climat dans le monde grâce à quelques boutons, en économisant de l'eau et de l'espace et en utilisant un minimum de ressources naturelles », déclare Nina Schroede, chef de projet au Programme alimentaire mondial.

Cependant, une telle technologie  s’accompagne de grandes responsabilités. Lors du développement d'applications ou d'algorithmes destinés à aider les réfugiés, il est important de bien respecter les règles de sécurité et de sûreté. Chris Earney du service d'innovation de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) souligne l'importance du respect de la vie privée sur le terrain lors d'un récent panel du Forum du Sommet mondial pour la société de l'information (SMSI) 2017.

« Bien que les données collectées soient valorisées, il est également nécessaire de les protéger et de les respecter. »

onucarrieres

OFFRE DE STAGE
BUREAU FRANCE 

Etudiants en communication, sciences politiques, relations internationales, vous avez un niveau Master 1 ou plus ?
Rejoignez l'équipe du bureau France du Centre régional d'information des Nations Unies, pour un stage (non rémunéré) de six mois à Bruxelles. Prise de fonction immédiate.

Plus d'information

Envoyez vos CV à [email protected]

Couverture rapport ODD 2017

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Moments forts de l’Assemblée générale de de vendredi 22 septembre

news32x32 DblueNominations

  • Le Secrétaire général nomme Mamadou Diallo, de la Guinée, Représentant spécial adjoint de la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (20 septembre 2017)

    Liste complète...