Mercredi, 17 Juillet 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Handicap : tant la France que la Belgique devraient revoir leur copie

 

jarab29 avril 2014 - Ces derniers jours, nous avons assisté à une envolée soudaine de l’attention des médias concernant le cas – bien connu – de ces milliers de personnes handicapées déplacées d’une institution à l’autre, de France en Belgique. A cet égard, nous craignons  que les débats ne fassent qu’effleurer la surface des choses. Bien sûr, il ne faut ni déprécier cette problématique des conditions matérielles des institutions en présence, ni oublier les besoins urgents d’y installer des seuils de qualité. Mais, à trop se concentrer sur ces aspects matériels, nous risquons de passer à côté de l’essentiel. Ce scandale devrait nous inciter à mener un vrai débat d’idée. Pourquoi ces deux pays, la France et la Belgique, continuent-ils d’institutionnaliser tant de personnes handicapées ? Ne devraient-ils pas plutôt investir dans des solutions alternatives au sein-même de la société ?

La Convention des Nations Unies pour le Droit des Personnes handicapées, ratifiée par les deux pays au cours de ces dernières années, stipule que les personnes avec un handicap ont le droit de vivre de manière autonome et d’être pleinement intégrées à la société. En outre, bien avant que la Convention n’entre en vigueur, nombre de pays européens – majoritairement des pays nordiques – ont commencé à remplacer de manière systématique des services de type institutionnels par d’autres basés sur l’intégration des personnes dans la société. Quatre années durant, notre Bureau a pris part à une coalition qui stimule ce genre d’initiatives en Europe de l’Est et Europe centrale, où le modèle institutionnel a longtemps été dominant. L’objectif a ainsi été de permettre aux personnes handicapées de vivre dans leur propre maison, au sein de leur propre communauté, proches de leur famille et avec un soutien adéquat en fonction de leurs besoins.

 

Des sujets, pas des objets 

La philosophie de la Convention des Nations Unies souligne le fait que les personnes avec un handicap sont des sujets actifs, détenteurs de droits, et non simplement des personnes qui font l’objet de soins. Les ballotter d’un pays à l’autre pour les ‘entreposer’ à moindre coût n’est pas simplement incompatible avec la volonté d’inclusion dans la société que porte la Convention ; c’est aussi la démonstration que ces personnes sont traitées comme des objets. Dans une perspective européenne, garante des libertés individuelles, un tel acte fait écho à la liberté de circulation de biens plus qu’à celle des personnes. C’est l’accent placé sur l’aspect coûts-bénéfice, au dépend de celui des droits humains, qui témoigne ici d’un débat dévoyé.

Enfin, les medias ont pointé le nombre sidérant de personnes handicapées déplacées de France en Belgique – environ 6.000 – pour un total de 10.000 Belges placés en soins résidentiels dans leur propre pays. Voici un autre défi à relever ! La Commission  européenne a émis des recommandations spécifiques à la Belgique afin qu’elle développe, au sein de la société, des alternatives à l’institutionnalisation de longue durée. Mais cela n’a été mentionné qu’en termes de performance budgétaire, ce qui est fortement déplorable. Certes, les alternatives à l’institutionnalisation peuvent se révéler moins chères sur le long terme. Mais le processus de « désinstutionnalisation » ne peut être mené au titre d’un exercice de réduction budgétaire, au risque de remplacer des soins institutionnalisés par trop peu voire plus de soins du tout. Les sociétés prospères, engagées en faveur des droits humains, doivent être prêtes à financer de tels services. Ils s’avèrent indispensables en ce sens qu’ils permettent aux personnes handicapées d’évoluer avec la plus grande autonomie, le plus haut degré d’intégration et la pleine jouissance de leurs droits humains.

 

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

La semaine passée à l'ONU
8 au 12 juillet 2019

Screenshot 2019 07 11 The Sustainable Development Goals Report 2019 French pdf

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations

  • L​​​​​​​​​​e nouveau Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies, Nicolas de Rivière, a présenté ses lettres de créance (8 juillet 2019)

  • Le Secrétaire général nomme Mirko Manzoni, de la Suisse, Envoyé personnel pour le Mozambique (8 juillet 2019)

    Liste complète...