Vendredi, 15 Novembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Les visages de l’ONU

Lattitude New Zealand - Dzaleka

6 novembre 2014 - Dès aujourd’hui, nous vous invitons à pénétrer les coulisses de l’Organisation des Nations unies. Chaque semaine, un employé de l’ONU nous fera part de son travail.

Etant donné que les Nations Unies sont constituées de nombreuses agences dans lesquelles des milliers de personnes travaillent, cette série d’articles nous aidera à mieux comprendre leurs diverses missions, leur quotidien et surtout la perception de leur travail.

Premier coup de projecteur sur Maarten Loeckx. Après une expérience passée au sein du bureau du BeNeLux de l’UNRIC, Maarten a souhaité continuer son aventure ONU au Malawi afin de faire un stage pour le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

Maarten travaille dans l’unité de « soutien pour les réfugiés » du camp de Dzaleka qui accueille 18 000 réfugiés. Il essaye de trouver des solutions aux divers problèmes des personnes accueillies et de les mettre en contact avec les services adéquats. Dans ce camp, le HCR  collabore notamment avec Plan Malawi, le Service jésuite des réfugiés (JRS) et l’Organisation participative de développement rural (PRDO). Les partenaires unissent leurs forces afin d’apporter une aide efficace aux réfugiés. Plus de coopération signifie notamment plus d’expertise, plus d’expérience et plus de budget. Ces organismes mettent notamment en place des consultations psychologiques pour les personnes traumatisées par les conflits et les abus sexuels, des projets d’emploi, des écoles primaires, secondaires et même supérieures, et un soutien judiciaire etc… 

Maarten Loeckx

Par exemple si une fille a été maltraitée, le HCR assure qu’elle est soignée dans le centre médical du camp et qu’elle est prise en charge par le bureau d’aide psychologique du JRS. De plus, elle pourra déposer une plainte pour maltraitance puisque ce service informe la famille sur les démarches à suivre.

Maarten et ses collègues sont présents au camp de réfugiés 4 jours par semaine. Cette présence et visibilité a pour objectif d’installer un climat de confiance entre l’équipe du HCR et les refugiés. « Depuis le début des consultations ces 6 derniers mois, nous avons accueilli environ 2000 personnes…», précise Maarten.  

HCR et le Haut-Commissaire

Il explique que parfois le travail est difficile psychologiquement parce que les réfugiées racontent des histoires déchirantes. Il ajoute qu’en travaillant dans un camp de réfugiés ils sont constamment confrontés au quotidien pénible de tous les résidents. Cependant, Maarten aime son travail, surtout parce qu’il voit tous les jours comment le HCR et leurs partenaires peuvent faire la différence dans la vie des personnes accueillies. Il peut également se trouver dans des situations parfois drôles. Comme la fois où un résident du camp lui a rendu visite en lui faisant tout d’abord part de sa joie de vivre dans le camp, et ensuite de son souhait que Maarten l’aide à trouver une bonne épouse.

Pour Maarten, ces moments sont précieux et il est convaincu que son travail en vaut la peine. 

Plus d’information

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

75ème anniversaire de l’ONU

UN75 UN emblem blue tagline F cropped

Journée des Nations Unies à Paris

#Back2School avec le
Ministre Alexander De Croo

news32x32 DblueNominations