Dimanche, 22 Septembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Une autre approche de la drogue

WDD1

29 juin 2015 - Le commerce de la drogue a un impact sur les Etats, les sociétés, les familles, les individus… mais il est complexe de déterminer les conséquences de cet impact. Une chose est certaine : les drogues provoquent des débats enflammés qui sont toujours d’actualité. Dans certains pays, la politique en la matière a évolué, ce qui a eu un effet sur la direction prise par l’ONU. Comment ce changement se caractérise-t-il ?

Entre rigueur et flexibilité

Certains pays ont adopté une politique fortement répressive dans le domaine des drogues. Au Benelux, elle varie selon les Etats membres. Les Pays-Bas sont reconnus pour leur souplesse en la matière, malgré de fortes pressions extérieures. En Belgique, l’approche vis-à-vis de la drogue tend à devenir de plus en plus répressive, à travers la criminalisation de la possession de marijuana et la sévérité face au commerce de celle-ci. Toutefois, le gouvernement a récemment légalisé un médicament à base de cannabis, ce qui est la marque d’une certaine flexibilité.

Ailleurs dans le monde, la législation varie souvent. L’Uruguay par exemple, est le premier pays d’Amérique latine à avoir légalisé la production, le commerce et la consommation de cannabis. Aux Etats-Unis, certains Etats ont suivi cette direction, à l’instar du Colorado, de l’Alaska, de l’Oregon et de Washington DC. Bien que le gouvernement fédéral ne soit pas prêt, lui, à suivre cette tendance, celle-ci démontre un changement de conception du point de vue politique, à l’instar du Portugal qui élabore un projet de loi visant à la décriminalisation de l’usage de drogues.

Le point de vue critique de l’ONU

Dans le but de concilier les différents points de vue adoptés par ses Etats membres, l’ONU a dû faire des concessions en la matière et changer ses méthodes, bien qu’elle reste fortement attachée à la lutte contre l’abus et le trafic de drogues qui jouent un rôle négatif du point de vue de la sécurité, du changement climatique et du développement durable. Depuis 2002 en effet, elle ne met plus aussi fortement l’accent sur la répression, mais bien sur la prévention, au centre de laquelle on retrouve les droits humains. Cependant, l’aspect punitif reste requis dans le cadre de la lutte contre les trafiquants de drogue. L’ONU tente d’annihiler ces groupes à travers un renforcement des juridictions nationales et internationales en la matière.

Un développement sans drogues

Actuellement, le développement durable joue un rôle important dans la politique de lutte contre la drogue. L’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), tente depuis ces dernières années de favoriser des cultures alternatives pour réduire ce trafic. Dans la pratique, cela implique pour les agriculteurs de passer de cultures illicites à des cultures licites, ce qui en plus d’avoir du succès dans la lutte contre le trafic, offre une opportunité de développement aux régions pauvres.

WDD2

La campagne actuelle de l’ONUDC vise à conscientiser les jeunes de l’usage des drogues. Celles-ci ne produisent pas que des sensations agréables, elles ont plutôt des effets secondaires particulièrement néfastes. Ainsi, la cocaïne est réputée pour son effet euphorisant, mais beaucoup ignorent que l’effet-contraste qui s’ensuit, peut à long terme mener à des troubles de l’humeur. C’est pour empêcher de ne voir que la face « positive » des drogues qu’il est important de continuer à informer les utilisateurs.

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Journée internationale de la paix
21 septembre 2019

L’ONU, l’UE et les Schtroumpfs nettoient
la plage d’Ostende

74ème session de l'Assemblée générale

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations