Mercredi, 18 Septembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

L’utilisation des TIC par les organisations des droits de l’homme

TIC ONG

30 juin 2015 - Les smartphones sont des armes. De plus en plus de personnes les considèrent ainsi au vu des progrès que leurs appareils photo et caméras intégrés peuvent réaliser pour les droits de l’homme. Les organisations engagées dans leur suivi utilisent désormais de façon récurrente les technologies de l’information et de la communication (TIC). Celles-ci leur offrent à la fois des possibilités nouvelles mais également des problèmes qui n’existaient pas par le passé. Dans un rapport publié à l’occasion de la 29ème session du Haut-commissariat aux droits de l’homme, Christof Heyns, rapporteur spécial de l’ONU, a traité la question en profondeur.

Les TIC : des opportunités…

A l’intérieur de son rapport, M. Heyns décrit en détails le potentiel des TIC dans le cadre de la promotion et de la protection des droits humains, à travers la compilation et la collecte de faits, qui constituent une nouvelle méthode de travail et donc de nouvelles possibilités pour les ONG. Un exemple concret est l’exemple du crowdsourcing, une méthode de collecte d’informations par le biais, par exemple, de vidéos captées par des téléphones portables au cours de manifestations.

Mais M. Heyns identifie en contrepartie quelques problèmes potentiels qui pourraient découler des TIC. Ainsi, les données stockées en ligne peuvent être la cible de suppression ou de blocage. De plus, les capacités de stockage sont parfois mises à mal par le volume des données téléchargées.

… et des difficultés.

L’une des conséquences à la quantité d’informations envoyées est la difficulté à la traiter  et l’évaluer de manière optimale. Cela requiert une sorte d’ « alphabétisation digitale » qui fait encore trop défaut à l’heure actuelle. Cette carence pose d’ailleurs problème pour la protection des données collectées. Les TIC doivent donc prendre pleinement conscience des risques inhérents à leur utilisation, conclue M. Heyns dans son rapport.

Si les TIC représentent un moyen innovant d’améliorer le travail des ONG, trop de lacunes quant à leur utilisation persistent encore à l’heure actuelle, notamment au vu des connaissances avancées nécessaires à leur bon usage. Les méthodes actuelles des ONG ne sont donc pas encore totalement obsolètes et les TIC constituent un complément utile à leur fonctionnement. On peut espérer qu’elles tendront de plus en plus à renforcer la protection des droits de l’homme dans le futur.

Plus d'informations (en anglais) ici

Crédits photo : EFF

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

74ème session de l'Assemblée générale

1 Mobile • 1 Minute • 1 Film
15e édition du Mobile Film Festival
Envoyez vos films avant le 16 octobre 2019

Screenshot 2019 07 11 The Sustainable Development Goals Report 2019 French pdf

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations