Dimanche, 22 Septembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Sierra Leone : Elyx avec les Nations Unies pour en finir avec Ebola

Sierra Leone 1

Depuis qu’il est arrivé en Sierra Leone ce matin, Elyx s’est lavé les mains plusieurs fois et a pris quelques précautions. Il sait que même si l’épidémie d’Ebola semble toucher à sa fin, il faut rester vigilant. Ici, alors que le pays venait de célébrer deux semaines sans aucun nouveau cas, que les enfants reprennent le chemin de l’école,  on a appris il y a deux jours la mauvaise nouvelle, une femme venait de décéder de cette maladie.

C’est pour cela que les Nations Unies ne baissent pas la garde. Non seulement, il faut continuer à lutter jusqu’à ce qu’Ebola soit éradiqué, - on déclare la fin de l’épidémie dans un pays après 42 jours sans nouvelle infection – mais aussi soutenir dans les mois et même les années à venir une population qui a beaucoup souffert. Aider à reconstruire des vies, à remettre l’économie en marche, reprendre l’école, réhabiliter les systèmes de santé etc. Un travail qui ne fait que commencer.

Depuis décembre 2013, quand a commencé la plus grande épidémie d’Ebola jamais enregistrée, Plus de 11.000 personnes sont décédées sur plus de 28.000 touchées. Trois pays ont été frappés de plein fouet, la Sierra Leone, Le Liberia et la Guinée. Dans ces pays, dont deux portent encore les séquelles de longues guerres civiles, les Nations Unies avaient déjà des programmes humanitaires et de développement. A ce jour 17 agences sont présentes sur le terrain.

En quelques mois, en partenariat avec les gouvernements, de nombreuses ONG et surtout les milliers de personnel soignants sur place, les Nations Unies ont organisé et coordonné avec UNMEER la réponse à cette terrible crise sanitaire. Cela veut dire aider les gouvernements à faire face, traquer l’évolution de l’épidémie, apporter de l’assistance médicale, matériel, formation, personnel, mais aussi nourrir des populations dont la vie quotidienne a été bouleversée.

Des milliers d’enfants se sont retrouvés sans parents, comme dans cet orphelinat de la banlieue de Freetown, où le Programme alimentaire mondial apporte de la nourriture .

Des centaines de milliers de personne se sont retrouvés en quarantaine, les déplacements ont été restreints, des familles ont perdu leurs forces vives et la production agricole, première source de subsistance a nettement diminuée. C’est le cas de Fatama, habitante de Makeni, qui n’a pas pu vendre ses légumes sur les marchés et s’est retrouvée sans revenu. Sans l’assistance alimentaire, elle n’aurait même pas pu assurer sa survie et celle de sa famille. 

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Journée internationale de la paix
21 septembre 2019

L’ONU, l’UE et les Schtroumpfs nettoient
la plage d’Ostende

74ème session de l'Assemblée générale

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations