Lundi, 18 Novembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

La COP21 lancée avec la présence record de plus de 150 dirigeants mondiaux

SG COP21 LAUNCH

1er décembre 2015 - Jamais autant de chefs d’Etat et de gouvernement n’avaient été réunis pour une conférence, preuve s’il en fallait que la question du dérèglement climatique est cruciale et concerne tous les pays.

"Une telle conjoncture politique ne se présentera peut-être plus (…) Vous êtes ici aujourd'hui pour écrire le scénario d'un avenir nouveau" a déclaré à l’ouverture le Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon.

Pour lui « Paris doit marquer un véritable tournant ». Il a insisté sur la nécessité de « faire savoir au monde que nous nous dirigeons vers un avenir sobre en carbone, résilient face aux changements climatiques et qu’il n’y aura pas de retour en arrière. ». Le Secrétaire général, qui a fait de la lutte contre le changement climatique une priorité, n’a cessé ces dernières années de plaider pour un engagement fort des Etats et l’obtention lors de la COP21, d’un accord « solide ».

« Après de nombreuses années de travail acharné, nous voyons enfin une orientation irréversible, un engagement profond et une action courageuse », a déclaré Mme Christiana Figueres, Secrétaire exécutive de l’organe des Nations Unies en charge de la convention climat (CCNUCC). « Ce tournant est décisif, mais les efforts ne sont pas terminés. C'est à vous de vous saisir de ces progrès et de tracer une voie sans équivoque, avec un but clair, des étapes et un calendrier qui répondent aux exigences de la science et à l'urgence du défi », a-t-elle ajouté.

Ne pas se contenter d’un accord « a minima » (Fabius)

Désigné lundi matin président de la COP21, Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères a promis une présidence « impartiale et respectueuse de tous », assurant qu’il n’avait pas « d’agenda caché ». « L’enjeu est très important et la menace trop grande pour se contenter d’un accord a minima », a-t-il déclaré, souhaitant l’adoption d’une convention avec « force juridique.

Dès la première journée, plusieurs annonces ont été faites par des gouvernements et des dirigeants des secteurs public et privé, visant à combattre les changements climatiques et construire un avenir durable.

Une nouvelle initiative pour renforcer la résilience face aux changements climatiques dans les pays les plus vulnérables a ainsi été présentée par le Secrétaire général de l'ONU et treize agences onusiennes.

Trois catastrophes humanitaires sur quatre liées au climat

« Trois catastrophes humanitaires sur quatre sont maintenant liées au climat », a déclaré M. Ban lors d'une réunion de haut niveau sur la résilience, organisée plus tard dans la journée de lundi.

« Les pertes économiques ont augmenté de plus de 50% au cours de la décennie écoulée. Les écosystèmes, ainsi que les approvisionnements en eau et en nourriture, sont de plus en plus sous pression. Les plus touchés sont les pauvres et les personnes vulnérables – notamment les petits agriculteurs, les communautés de pêcheurs et les peuples autochtones », a souligné le chef de l'ONU.

Le Secrétaire général a également participé lundi au lancement de l'Alliance internationale pour l'énergie solaire par les gouvernements indien et français. En présence du Premier ministre indien Narendra Modi, M. Ban a affirmé que cette Alliance « permettra aux pays en développement riches en énergie solaire d'utiliser de manière optimale cette ressource naturelle abondante et gratuite ».

Plus d’information sur les autres annonces au premier jour de la COP21 ici

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

75ème anniversaire de l’ONU

UN75 UN emblem blue tagline F cropped

Journée des Nations Unies à Paris

#Back2School avec le
Ministre Alexander De Croo

news32x32 DblueNominations