Mercredi, 17 Juillet 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Les armes biologiques de l'Amérique latine contre le virus Zika

mosquito 572408 960 720

10 février 2016 - Le virus Zika, découvert en 1947, sévit actuellement en Amérique latine et a été détecté dans six pays européens. Il s’agit d’un virus qui se transmet par le moustique Aedes aegypti et qui est soupçonné d’entrainer des troubles neurologiques et des cas de microcéphalies chez les nourrissons. Le Brésil, qui organisera les Jeux Olympiques d’ici peu, est le pays le plus touché avec 1,5 million de patients.

Alors que l'OMS a décrété une "urgence de santé publique de portée internationale" de nombreuses méthodes plus ou moins naturelles ont vu le jour. Petit tour d’horizon des initiatives prises dans différents pays d’Amérique latine :

Salvador :

Dans plusieurs villages du Salvador, les poissons zambos sont parvenus à contrôler biologiquement l'Aedes aegypti. Une expérience lancée en 2012 a permis de constater qu'ils dévoraient les larves installées dans les dépôts d’eau. Ainsi, le Salvador lutte contre le moustique alors qu’il n’en est qu’au stade de larve, alors que les pays voisins frappés par l’épidémie s'en tiennent aux campagnes de fumigation, certes efficace contre les moustiques mais moins contre les larves.

Pérou :

Au Pérou, la biologiste Palmira Ventosilla a créé en 1992 un insecticide naturel à base de noix de coco, yuca (manioc), asperges et pommes de terre, qui permet de détruire les larves de moustiques vecteurs de maladies. C’est un procédé qui a reçu l’aval de l’OMS et qui a été reproduit dans plusieurs pays d’Amérique Latine et d’Afrique. Ce type de larvicides est, contrairement aux produits chimiques, bon marché, non-toxique et facile à utiliser pour la population.

Colombie :

En Colombie, un programme a été lancé pour libérer des moustiques porteurs de la bactérie Wolbachia. Cette bactérie est naturellement présente chez les insectes et agit comme un vaccin qui empêche au virus Zika de se développer dans leur organisme.

Brésil et Panama :

Au Brésil et au Panama, des moustiques mâles ont été génétiquement modifiés pour s'accoupler avec les moustiques et donner naissance à des insectes incapables de parvenir à l'âge adulte et donc de se reproduire. L'objectif n'est toutefois pas de rayer l'Aedes aegypti de la carte mais de maintenir la population à des niveaux tellement bas qu'ils ne pourraient pas transmettre la maladie.

Argentine :

Les Argentins, quant à eux, s’intéressent de très près au rôle que pourraient jouer les grenouilles et les crapauds, qui sont les prédateurs naturels de l'insecte.


Pour aller plus loin :

 

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

La semaine passée à l'ONU
8 au 12 juillet 2019

Screenshot 2019 07 11 The Sustainable Development Goals Report 2019 French pdf

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations

  • L​​​​​​​​​​e nouveau Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies, Nicolas de Rivière, a présenté ses lettres de créance (8 juillet 2019)

  • Le Secrétaire général nomme Mirko Manzoni, de la Suisse, Envoyé personnel pour le Mozambique (8 juillet 2019)

    Liste complète...