Lundi, 16 Septembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

“Une rhétorique totalement irresponsable nourrit les tensions et la haine”

Zeid picture resized 2 002

14 mars 2016 - Le Haut-Commissaire aux droits de l’Homme, M. Zeid Ra’ad Al Hussein, est à Bruxelles pour négocier avec les hauts officiels de l’Union européenne, à deux jours du Sommet européen qui commence le 17 mars.

M. Zeid va discuter avec plusieurs hautes personnalités de l’Union européenne (UE) sur ce que l’UE  envisage de faire pour régler la question des réfugiés en adéquation avec le droit des réfugiés et les droits de l’homme, a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse organisée par UNRIC, le Centre d’information régional de l’ONU à Bruxelles.

"Je m’interroge sur le sectarisme disgracieux et honteux et la xénophobie exprimée par un grand nombre de politiciens (…). La grande irresponsabilité exprimée par les politiciens qui cherchent à déformer ou pervertir la réalité d’une manière qui les sert politiquement et qui sert un objectif étriqué, est lamentable" a-t-il déclaré.

"Les réalisations de l’Europe ces dernières 70 années ont été colossales. L’Europe est l’un des continents les plus puissants que nous ayons jamais construit pour la défense des droits de l’homme" a t-il ajouté.  

Comme le Haut-Commissaire pour les réfugiés, Filippo Grandi, il s’est dit très préoccupé par les propositions de ces dernières semaines, notamment celle de renvoyer tous les réfugiés et les migrants de Grèce vers la Turquie en échange d’une plus grande réinsertion.

"Chaque réfugié doit recevoir une évaluation de ses besoins personnels de protection. Sinon, nous devrons faire face à un déplacement massif de migrants que nous considérons comme illégal au regard du droit international et du droit Européen".

Le Haut-Commissaire a affirmé qu’il éprouvait un grand respect pour la Turquie d’accueillir un grand nombre de réfugiés Syriens, mais que si la Turquie devait être désignée comme un "pays tiers sûr", elle devrait donner non seulement un statut temporaire aux migrants mais aussi "un statut de réfugié complet et cette possibilité n’a pas l’air d’exister pour le moment pour les Syriens, Irakiens et Afghans".  

"Il serait très intéressant d’entendre mes interlocuteurs à ce sujet pour savoir comment ils le justifient, car la proposition semble, au moins sur la forme, être incompatible avec le droit européen".

Le Haut-Commissaire pour les droits de l’homme a également évoqué la fermeture des frontières dans les Balkans. Il comprend que ces fermetures ont été faites pour restaurer un peu d’ordre dans la région, "mais ce n’est pas ce que nous constatons lorsque nous voyons des camps de fortune du côté Grec de la frontière avec l'ex-République yougoslave de Macédoine”, a dit M. Zeid lors de la conférence de presse.

"Ce que nous voyons est une crise humaine. La plupart de ces gens ont vécu des expériences horribles en Syrie et dans d’autres endroits. Maintenant, ils attendent désespérément dans des camps humides et froids, leurs enfants sont malades et l’Europe n’a pas l’air d’avoir un autre message à leur adresser que "allez-vous en"".

M. Zeid a également condamné les récentes attaques terroristes en Turquie et en Côte d’Ivoire et les a qualifiées de méprisables.

____________________________________

Liens :

·  HCR

·  Droits de l’homme

·  Conseil des droits de l’homme

· Rapport spécial de M. Zeid auprès de l’ONU

Crédit : Photo ONU

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

74ème session de l'Assemblée générale

1 Mobile • 1 Minute • 1 Film
15e édition du Mobile Film Festival
Envoyez vos films avant le 16 octobre 2019

Screenshot 2019 07 11 The Sustainable Development Goals Report 2019 French pdf

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations