Dimanche, 22 Septembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Sharing humanity : l’histoire de Lucy

19 août 2016 – “Je crois sincèrement que l’aide alimentaire d’urgence est le seul espoir pour la plupart des réfugiés et des personnes déplacées. Ils n’ont pas d’autre choix. Comment la vie aurait-elle été sans ce soutien ?” a déclaré Lucy Wasuk, travailleur humanitaire du Programme alimentaire mondial (PAM) dans le Sud du Soudan qui a passé les 18 dernières années à lutter pour les droits humanitaires.

WHD1
Lucy Wasuk au Soudan du Sud.  Photo: PAM/George Fominyen

Afin de marquer la journée mondiale de l’aide humanitaire, le PAM partage l’histoire de Lucy, la première d’une série de huit histoires sur des membres des équipes du PAM et leur travail dans leur propre pays pour éradiquer la faim.

Lucy a passé la plupart de sa vie dans des camps, du camp de réfugiés Bomba en Uganda, où elle a étudié à l’école primaire et où son père enseignait, au camp de personnes déplacées de Khartoum, où elle a obtenu un diplôme de management de l’Université pour femmes Ahfad.

En 1999, Lucy fut envoyée pour une mission à Pibor, dans l’État de Jonglei. À ce moment-là, j’étais la première femme travailleuse humanitaire à ne pas être khawaja (étrangère) à mettre les pieds à Pibor. Elle était surnommée « Bolen » par les réfugiés - un grand arbre qui abrite les aînés durant les fortes pluies – qui chantaient des chansons telles que « Avec Bolen, on voit des gros avions larguer de la nourriture du ciel ».

Une autre récompense arriva deux années plus tard, également à Pibor, lorsqu’elle trouva Wad Shilling, un orphelin de 11 ans qui lui demanda s’il pouvait aller chez elle pour manger un repas chaud. Avec l’accord de son oncle et de son superviseur, Lucy l’a emmené avec elle où il est resté pendant 4 ans. Il fréquentait l’école et déménagea plus tard à Juba pour devenir un homme d’affaires. À son tour, Wad a soutenu son neveu, qui travaille désormais pour Plan International, un partenaire du PAM, dans l’État sud-soudanais de Jonglei.

WHD2
Au Soudan du Sud, Hawa Elderib, une mère de sept enfants prepare un repas pour eux dans un camp de réfugié. Photo: PAM/Ahnna Gudmunds

Cet exemple montre qu’une personne peut faire une différence. Cette journée mondiale de l’aide humanitaire nous permet de nous unir sous le même nom de l’humanité et montre que nous ne pouvons faire de laissés pour compte.

Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon souligne que ces engagements sont au cœur des objectifs de développement durable.

« Chaque année, la Journée mondiale de l’aide humanitaire nous rappelle qu’il faut agir pour alléger les souffrances d’autrui. C’est également l’occasion de rendre hommage aux agents de l’aide humanitaire et aux bénévoles qui travaillent en première ligne. Je tiens à saluer ces femmes et ces hommes dévoués qui bravent le danger pour aider ceux qui encourent des dangers encore plus grands. » — Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU.

Chaque jour, les travailleurs humanitaires aident des millions de personnes dans le monde, peu importe qui ils sont et où ils sont. La Journée mondiale de l'aide humanitaire est une célébration mondiale de ces hommes et femmes qui aident les autres. Cette date a été choisie par l'Assemblée générale en référence à l’attentat, le 19 août 2003, du Siège des Nations Unies à Bagdad, en Iraq, qui a causé la mort de 22 personnes.

WHD2
Le Secrétaire Général Ban Ki-moon lors de la cérémonie de cloture du sommet humanitaire mondiale, qui a eu lieu à Istanbul, Turquie, le 23-24 Mai 2016. Photo: ONU/Eskinder Debebe

C’est exactement ce que réalise Lucy chaque jour. En travaillant pour le PAM, Lucy prouve qu’elle souhaite agir pour aider la population du Soudan du Sud.

Cette année, l'ONU et ses partenaires appellent à une solidarité mondiale avec plus de 130 millions de personnes dans le monde qui ont besoin d'une aide humanitaire. Placée sous le thème « Une Humanité », cette Journée mondiale vise à souligner l'unité du monde affichée lors du Sommet mondial sur l'action humanitaire en mai 2016. Cette Journée met également en lumière les engagements pris afin de soutenir les populations affectées par les crises et de s’assurer que les travailleurs humanitaires puissent apporter leur aide de manière sûre et efficace.

Un quizz est disponible afin de vous rendre compte des choix impossibles auxquels font face les personnes dans des situations de crise, à votre tour : “The World You’d Rather” (en).

Sources : PAM

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Journée internationale de la paix
21 septembre 2019

L’ONU, l’UE et les Schtroumpfs nettoient
la plage d’Ostende

74ème session de l'Assemblée générale

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations