Mardi, 23 Juillet 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Avec le Rwanda, le viol devient crime de guerre

JJ The Undcondemned2

25 novembre 2016 – Viols à répétition, violence sexuelle et traitements abusifs : tel était le quotidien des femmes rwandaises pendant le génocide qui a ravagé le pays d’avril à juillet 1994. Environ 800 000 Rwandais ont perdu la vie pendant ces trois mois et des milliers de filles et de femmes étaient abandonnées à leur souffrance. Le Tribunal pénal international pour le Rwanda leur a permis de trouver justice.

L’émotion était palpable dans la salle lors de la projection du film The Uncondemned ce mardi au Ciné-ONU. À l’occasion des 16 Jours d’Activisme contre la violence à l’égard des femmes, l’histoire du procès du maire de Taba, Akayesu, et des femmes qui ont témoigné contre lui sensibilise le public à l’élimination de la violence sexuelle en temps de conflit. C’est une histoire forte, l’histoire du combat de femmes rwandaises et de jeunes avocats pour la reconnaissance du viol comme crime de guerre. Ce procès devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda a changé le monde législatif à jamais.

Lors de cette projection organisée par le Centre régional d’information des Nations Unies et ONU-Femmes, plusieurs femmes impliquées dans la lutte pour l’élimination de la violence ont échangé sur la situation des femmes en temps de conflits. Parmi les intervenantes se trouvait Patricia Sellers, avocate spécialiste du droit pénal international, qui a fait partie du procès d’Akayezu. Forte de sa participation au procès, elle a rendu hommage aux « femmes fantastiques » du Rwanda.

De son côté, l’ONU continue à défendre les femmes et les filles, trop souvent victimes oubliées des conflits. En 2000, l’ONU a adopté la résolution 1325 réaffirmant l’importance du rôle des femmes dans les processus de paix, dans les réponses humanitaires, la sécurité, etc. Mara Mainaki, conseillère principale du Service européen pour l’Action extérieure sur le genre et la mise en œuvre de la résolution 1325, a souligné que le travail est loin d’être terminé et que la « guerre avait dépassé sa définition légale ». Elle a ajouté qu’il était essentiel que « les victimes qui témoignent doivent être protégées efficacement et ne pas faire face à une seconde victimisation ».

Toutefois, les femmes sont toujours victimes d’abus sexuels et obtiennent rarement justice. Dans de nombreux conflits dans le monde, les femmes et les jeunes filles sont soumises à des traitements dégradants et à la violence. En Syrie et en Iraq par exemple, l’esclavage sexuel par les groupes armés est également régulièrement dénoncé.

Cette année, le Prix Sakharov pour la liberté d’esprit sera d’ailleurs attribué à deux femmes yésidies Nadia Mourad et Lamiya Aji Bachar, esclaves sexuelles de Daech qui ont fui et se sont réfugiées en Europe. Elles deviennent le symbole des femmes victimes de violences sexuelles. Selon Dagmar Schumacher, la directrice du bureau bruxellois d’ONU Femmes, « les femmes ont maintenant un rôle plus proéminent dans les processus de paix, mais le chemin est encore long ».

THEUNCONDEMNED

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

La semaine passée à l'ONU
8 au 12 juillet 2019

Screenshot 2019 07 11 The Sustainable Development Goals Report 2019 French pdf

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations

  • L​​​​​​​​​​e nouveau Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies, Nicolas de Rivière, a présenté ses lettres de créance (8 juillet 2019)

  • Le Secrétaire général nomme Mirko Manzoni, de la Suisse, Envoyé personnel pour le Mozambique (8 juillet 2019)

    Liste complète...