Vendredi, 22 Novembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Enfants soldats, les laissés pour compte des conflits armés

Enfants Conflits

14 février 2017 - Le 21 février, une grande conférence se tiendra à Paris sur base des « Accords de Paris » signés il y a déjà 10 ans sur l’impact des conflits armés sur les enfants.

Les enfants soldats sont des enfants victimes, leur intérêt doit primer lors de toutes décisions, la convention des droits de l’enfant doit être respectée : ce sont les trois axes qui seront présentés par le gouvernement français et les représentants d’UNICEF. Le principe de la réintégration dans la communauté est primordial car, comme le rappelait la Représentante spéciale de l’ONU pour les enfants dans les conflits armés, Leila Zerrougui, « un enfant subit déjà la guerre mais ce n’est pas sa guerre, c’est celle des adultes ».

Cette problématique de la protection des enfants dans les conflits armés a déjà été mise en lumière le 12 février lors de la Journée Internationale des enfants soldats et lors de la conférence internationale organisée par le ministère des Affaires Etrangères de Belgique sur le thème « Enfants et conflits armés » en présence de sa Majesté la Reine Mathilde.

La Représentante spéciale, Mme Leila Zerrougui, a rappelé à cette occasion qu’il est indispensable que tous les pays appliquent les Objectifs de développement durable afin de donner une chance à long terme aux enfants soldats de ne pas retomber dans le cycle de la violence.

Les accords signés par les grandes organisations régionales telles que l’Union européenne, l’OTAN, l’Union africaine et la Ligue arabe ont contribué aux progrès enregistrés depuis les 20 dernières années. Ces organisations ont répondu à l’appel pour mettre en place des politiques de protection des enfants dans des situations de conflits. Plus personne aujourd’hui n’ignore ce qu’il se passe et plus aucun pays ne peut être indifférent aux appels de Mme Zerrougui et à la résolution historique de l’Assemblée générale en 1997. La lutte contre l’impunité a fortement progressé, les peines existent et doivent être purgées et enfin les recrutements d’enfants soldats sont criminalisés.

« Il y a de l’espoir mais restent de grands défis et les enfants sont souvent les laissés pour compte dans les nouveaux types de conflits », expliquait Leila Zerrougui interviewée par Radio Doualia – Monte Carlo dans les bureaux d’UNRIC.

Leila Zerrougui interview

L’Union européenne joue un rôle primordial dans ce combat avec son travail de plaidoyer et son aide financière indispensable. Elle organise des programmes de formation des militaires et des policiers sur le terrain et assure une mission essentielle avec des programmes de réinsertion familiale et sociale.

Sur le plan bilatéral également, certains pays de l’Union, notamment la Belgique, la France et l’Allemagne participent à la protection des enfants soldats à travers des formations. 

Ce long processus de sensibilisation et de protection de la centaine de millions d’enfants aujourd’hui affectés dans les conflits armés doit s’intensifier pour empêcher les Etats et groupes militaires de recruter ces enfants et de bafouer leurs droits humains. En parallèle, une approche holistique qui intègre l’esprit des Objectifs du développement durable est la voie pour prendre soin de ces enfants victimes de conflits et leur redonner confiance afin qu’ils se réinsèrent dans une société qui protègent leurs droits et leur donne l’opportunité de grandir normalement, d’aller à l’école en toute sécurité et de contribuer à une paix plus durable.

Leila Zerrougui  reste confiante devant les progrès réels accomplis depuis 20 ans : « La reconstruction des enfants est possible car ils ont l’avenir devant eux. »

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

75ème anniversaire de l’ONU

UN75 UN emblem blue tagline F cropped

Journée des Nations Unies à Paris

#Back2School avec le
Ministre Alexander De Croo

news32x32 DblueNominations