Lundi, 23 Septembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Les langues colorent le monde

journée langue maternelle

21 février 2017 – Si vous vous rendez dans la tribu Himba en Namibie, vous aurez des difficultés à expliquer ce qu’est la couleur bleue. Toutefois, vous serez étonné de voir comment la population locale est capable de différencier de nombreuses nuances de vert indissociables pour nous. Il est pourtant possible d’apprendre à voir les couleurs.

Célébrée aujourd’hui, la Journée internationale de la langue maternelle rappelle à tous les États membres qu’il faut « encourager la conservation et la défense de toutes les langues parlées par les peuples du monde entier ».

Cette année, cette journée est placée sous le signe de l’éducation multilingue. Les enfants du monde entier doivent non seulement recevoir leur éducation dans les langues régionales et internationales, mais également dans leur langue maternelle, celle qu’ils comprennent le mieux.

« L’éducation et l’information dans la langue maternelle est primordial pour améliorer les apprentissages, développer la confiance et l’estime de soi, qui sont parmi les plus puissants moteurs de développement », a déclaré la directrice d’UNESCO Irina Bokova.

Selon elle, cette journée internationale est une opportunité pour sensibiliser la population aux Objectifs de développement durable, particulièrement l’objectif 4 qui est axé sur une éducation de qualité et sur les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie.

La maîtrise de la langue maternelle est la meilleure façon d'acquérir des compétences de base en lecture, en écriture et en calcul. De cette façon, une éducation multilingue de qualité peut faciliter la capacité d’apprentissage de nouvelles langues, notre compréhension du monde et la participation sociétale aux niveaux local et mondial.

« Les langues expriment ce que nous sommes, elles structurent nos pensées et nos identités. Il ne peut y avoir de dialogue authentique ni de coopération internationale efficace, sans le respect de la diversité linguistique, qui ouvre à la compréhension véritable de chaque culture », a expliqué Irina Bokova.

Toutefois, à l’heure actuelle, seules quelques centaines de langues sur les 7000 existantes dans le monde ont obtenu une place dans les systèmes d’éducation et les domaines publics. Moins d’une centaine de langues existent dans l’espace numérique.

En outre, plus de la moitié des langues parlées dans le monde risquent de disparaitre dans quelques générations. Bien que 96 pour cent de ces langues ne sont parlées que par 4 pour cent de la population mondiale, leur disparition signifierait également la perte de certaines traditions culturelles, expressions ou modes de pensée. Nous pourrions même perdre des nuances de couleurs que nous aurions pu apprendre à décerner.

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Le Secrétaire général de l'ONU appelle à une action plus globale

74ème session de l'Assemblée générale

L’ONU, l’UE et les Schtroumpfs nettoient
la plage d’Ostende

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations