Mardi, 16 Juillet 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

« Indispensable ONU » : un bien commun à préserver et à réformer

Livre Sabliere illustration

28 avril 2017 - Régulièrement sous le feu des critiques et plus encore depuis le début de la tragédie syrienne, l’ONU n’en reste pas moins une organisation dont le monde ne peut se passer. Dans « Indispensable ONU », un livre documenté, précis, sans jargon et accessible à tous, Jean-Marc de la Sablière, diplomate chevronné, en fait la démonstration.

Invité par l’association pour les Nations Unies de Belgique (APNU) en partenariat avec UNRIC, Jean Marc de la Sablière, Ambassadeur de France, ancien Représentant de la France au Conseil de sécurité, a présenté son livre au public belge jeudi soir. Il était accompagné de Pierre Galand, président de l’APNU et de Bénédicte Frankinet, ancienne Représentante de la Belgique à l’ONU.

Ce grand connaisseur de l’organisation onusienne, enseignant à Sciences Po où il est en charge du séminaire sur le Conseil de sécurité, reconnait et analyse sans concessions les failles et disfonctionnement de l’ONU mais estime que des réformes sont non seulement nécessaires mais possibles.

Au centre des critiques, le droit de véto accordé aux cinq membres permanents qui paralyse parfois le Conseil de sécurité. Pourtant Jean-Marc de la Sablière est convaincu qu’il est impossible de réformer ce droit de veto. En revanche il est favorable à un élargissement à de nouveaux membres permanents.

Les blocages liés à ce droit de veto ne doivent pas faire oublier les avancées obtenues en matière de sécurité et notamment le déploiement de casques bleus dans 16 missions actuellement. « Sans l’ONU, l’Afrique serait dans le chaos », estime M. de la Sablière.

Il insiste aussi sur la contribution importante, voire vitale, que les agences des Nations Unies apportent à des millions de personnes affectées par les crises humanitaires, liées aux conflits, aux changements climatiques ou catastrophes naturelles, saluant notamment le rôle du Haut-Commissariat aux réfugiés et du Programme alimentaire mondial, dans la protection et l’assistance aux plus vulnérables dans le monde.

Sans l’ONU, rappelle-t-il, l’accord de Paris sur le climat n’aurait jamais été possible.

Pour Jean-Marc de la Sablière, les réformes du système sont souhaitables et d’autant plus possibles que, selon lui, le nouveau Secrétaire général, Antonio Guterres, a l’expérience et le charisme nécessaire pour les impulser. « Même si le Secrétaire général n’a pas de pouvoir propre, il a la capacité de susciter, d’entraîner des changements et son engagement personnel est crucial ».

« Certes, l’ONU ne garantit pas la paix et la sécurité internationales, mais son absence créerait plus de chaos et d’instabilité et plus de difficultés pour combattre les nouvelles menaces », écrit l’auteur en conclusion de son ouvrage.

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

La semaine passée à l'ONU
8 au 12 juillet 2019

Screenshot 2019 07 11 The Sustainable Development Goals Report 2019 French pdf

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations

  • L​​​​​​​​​​e nouveau Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies, Nicolas de Rivière, a présenté ses lettres de créance (8 juillet 2019)

  • Le Secrétaire général nomme Mirko Manzoni, de la Suisse, Envoyé personnel pour le Mozambique (8 juillet 2019)

    Liste complète...