Mercredi, 18 Septembre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Journée mondiale du thon : accordons une attention particulière à ce poisson

PNA un homme montre un thon | ©Pacifical

2 mai 2017 - Une production et consommation durable (ODD12) de thon est-elle possible ? « Oui, absolument », affirme Rupert Howes, Directeur général du Marine Stewardship Council (MSC), lors d'un entretien accordé à l’UNRIC à l’occasion de la première célébration des Nations Unies de la Journée mondiale du thon.

« Il faut mettre fin à la surpêche. Nous savons quels sont les problèmes et comment les régler. L’Objectif de développement durable 14 nous donne un cadre et une marche à suivre pour assurer une pêche durable et préserver l’offre en produits de la mer pour notre génération ainsi que les générations futures. Tous les acteurs concernés doivent reconnaître l’urgence des ODD et travailler ensemble afin que cet objectif devienne une réalité. »

Les thons sont des poissons incroyables. Ils peuvent peser jusqu’à 700 kilos, ont une capacité d’accélération supérieure à une voiture de sport, mais ils sont avant tout synonyme d’alimentation nutritive, de développement économique, d’emploi, de recettes publiques, de revenus, de culture et de divertissement pour des millions de personnes dans les pays développés et en développement.

A l’heure actuelle, plus de 80 Etats ont des pêcheries de thon et des milliers de thoniers naviguent dans les océans du monde entier. La production globale de thon a augmenté de façon constante entre 1950 et 2010, passant de moins de 0.6 millions à plus de 6 millions de tonnes produites selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). En cette Journée mondiale du thon, les Nations Unies veulent souligner la valeur du thon et l’importance d’une gestion durable des réserves halieutiques dans la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030, tout en sensibilisant aux menaces qui pèsent sur les populations de thon.

Le MSC est le label écologique pour la pêche d’espèces sauvages le plus connu et utilisé dans le monde entier. Il est en accord avec les normes de la FAO pour une pêche durable. La certification MSC signifie que l’activité de pêche s’est déroulée à un niveau assurant sa pérennité et maintenant la structure, productivité, fonction et diversité de l’écosystème marin concerné.

Pêche à la canne Maldives group | ©Nice and Serious / MSC

La demande en produits de la mer augmente et va continuer d’augmenter dans la mesure où la population mondiale atteindra certainement 9 milliards ou plus d’habitants d’ici 2050. « Il est donc impératif de gérer de manière durable ces précieuses ressources », explique le Directeur général du MSC, Rupert Howes. 39% des stocks de thon sont surexploités et les pressions sur tous les stocks ne vont faire qu’augmenter. Les leaders de l’industrie du thon ont cependant déjà prouvé qu’il est possible de pêcher du thon de manière durable. Neuf pêcheries de thon, recevant près d’un million de tonnes métriques de thon, sont certifiées. La plupart de ces pêcheries sont situées dans l’hémisphère sud. Rupert Howes a également reconnu le rôle des Nations Unies dans ce processus : « Je suis très enthousiaste envers le potentiel des Objectifs de développement durable de l’ONU, et en particulier de l’ODD14, pour stimuler les soutiens et actions de manière à accélérer les transformations dont nous avons besoin. Cela va nécessiter des actions de la part des gouvernements, organismes de réglementation, de l’industrie et de la société civile – il n’y a pas de solution miracle pour faire face au défi mondial que représente la surpêche. Notre planète est bleue. Les produits de la mer couvrent une partie importante des besoins en protéines animales de la population mondiale. Pour certains pays en développement, ils constituent même l’unique source de protéine animale. Si les stocks s’effondrent, ces besoins en protéines devront être couverts par l’agriculture terrestre ce qui pèsera d’autant plus sur notre planète. »

Le MSC a été créé il y a 20 ans suite à l’effondrement de la pêche à la morue en grande partie imputable à la surpêche. « Cela a constitué un véritable signal d’alarme pour l’industrie », rappelle Rupert Howes.

Comment agir ?

Pour Rupert Howes, les consommateurs de produits de la mer (restaurants ou particuliers) ont un rôle clé à jouer dans la transformation du secteur des pêcheries : « Les programmes basés sur le marché sont sans aucun doute une partie importante de la solution. La certification MSC permet aux pêcheries déjà gérées de manière durable de manifester leur bonne gestion des ressources de nos océans sur le marché.  Dans la mesure où la demande en produits de la mer certifiés augmente, d’autres pêcheries sont incitées à s’améliorer dans ce domaine pour satisfaire la demande du marché ce qui est bon pour l’environnement, les pêcheurs et les consommateurs. Nous encourageons les consommateurs de produits de la mer à s’interroger sur la provenance de leurs produits. Si vous reconnaissez le label bleu MSC, vous avez alors la certitude que ce produit a été certifié de manière indépendante comme étant durable et traçable. »

Avez-vous entendu parler de la Conférence des Nations Unies sur les Océans se tenant du 5 au 9 juin 2017 ?

Apprenez-en plus sur les produits de la mer avec ce guide des produits de la mer durables !

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

74ème session de l'Assemblée générale

1 Mobile • 1 Minute • 1 Film
15e édition du Mobile Film Festival
Envoyez vos films avant le 16 octobre 2019

Screenshot 2019 07 11 The Sustainable Development Goals Report 2019 French pdf

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations