Dimanche, 21 Juillet 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Ciné-ONU: City of Ghosts

8 décembre 2017 - « La seule chose qui permet au mal de triompher est l’inaction des hommes de bien », Edmund Burke, homme politique et philosophe irlandais. Dans le cadre du Festival international du film sur la migration et de la campagne des Nations Unies ENSEMBLE, Ciné-ONU, en partenariat avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l’UNESCO, a projeté City of Ghosts, le dernier film du réalisateur primé Matthew Heineman. Lorsque l’État islamique d'Iraq et du Levant (EIIL) prends le contrôle de la ville syrienne de Raqqa en 2013, un groupe de citoyens crée la plate-forme Raqqa est massacrée en silence (Raqqa Is Being Slaughtered Silently, RBSS) pour documenter au péril de leur vie les horreurs de leur quotidien sous l'emprise de Daesh.

Article photo 1

La projection a été suivie d’une table ronde animée par la Directrice d’UNRIC, Deborah Seward, avec la participation de trois invités : Abdell Baset (ancien détenu d’un groupe extrémiste, actuellement chef et volontaire en Belgique) ; Saorla McCabe (UNESCO) et Eugenio Ambrosi (OIM).

Article photo 2

En réponse à la question de la responsabilité européenne vis-à-vis des réfugiés, Eugenio Ambrosi a été direct et a affirmé que « Notre travail consiste à s’assurer que l’Europe ne devienne pas une terre de fantômes, nous devons aider les gens à se sentir les bienvenus et ne pas les abandonner. »

Une caractéristique poignante du film est la façon dont EIIL a tenté de réprimer la liberté d’expression en traquant impitoyablement les journalistes de la RBSS. On parle peu de cette souffrance lorsque les statistiques sur les crimes contre les journalistes sont publiées. Saorla McCabe, de l’UNESCO, a expliqué que le film mettait parfaitement en évidence que « derrière chaque statistique de meurtre, il y a une vie ». Le public en a été conscient lorsque dans le documentaire un membre de RBSS s’est mis à trembler de façon incontrôlable après avoir regardé des photos de ses collègues disparus.

Article photo 3

Le moment fort de la discussion a sans aucun doute été le témoignage d’Abdell Baset sur sa détention, la torture subie et sa libération par un groupe extrémiste en Syrie. Baset, visiblement ému, a facilement trouvé des points communs avec les journalistes de RBSS, en disant du film : « Je ressens la souffrance et je me souviens de la souffrance. Cela me donne la motivation d’être une meilleure personne et de me battre pour mes amis et ma famille. »

Quand un membre de l’auditoire a demandé ce que les citoyens pouvaient faire d’autre pour aider les réfugiés, Eugenio Ambrosi a simplement déclaré : « Nous devons nous engager sur ces questions à un niveau individuel. Les chiffres n’ont pas d’importance, ce qui compte c’est que nous nous fassions entendre. »

Article photo 4

Fiche d’information de notre événement ici

Pour plus d’informations sur City of Ghosts cliquez ici

En savoir plus sur le Festival international du film sur la migration

Découvrez la campagne « ENSEMBLE »

Photos de la projection sur notre compte Flickr

Ne pas oublier de nous suivre sur Twitter et Facebook : @CineONU #CineONU

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

La semaine passée à l'ONU
8 au 12 juillet 2019

Screenshot 2019 07 11 The Sustainable Development Goals Report 2019 French pdf

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations

  • L​​​​​​​​​​e nouveau Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies, Nicolas de Rivière, a présenté ses lettres de créance (8 juillet 2019)

  • Le Secrétaire général nomme Mirko Manzoni, de la Suisse, Envoyé personnel pour le Mozambique (8 juillet 2019)

    Liste complète...