Mardi, 21 Août 2018
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Femmes : la parole libérée mais des progrès encore trop lents

metoo campaign around the world

8 mars 2018 – Le phénomène autour des hastags #MeToo et #BalanceTonPorc a permis de libérer la parole des femmes et de prendre la mesure, à travers les témoignages de célébrités et d’anonymes, que derrière les chiffres – Une femme sur trois dans le monde est victime de violences physiques ou morales – de l’ampleur de la situation.

La Journée internationale des femmes est l’occasion de rappeler que les violences contre les femmes n’épargnent aucun milieu social et culturel, ni les jeunes, ni les plus âgées.
Ainsi en Europe, selon l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA), une femme sur 5 est victime de violence au cours de sa vie.

L’Institut pour l’Égalité des Femmes et des Hommes estimait qu’en Belgique, 1 femme sur 7 avait été confrontée à au moins un acte de violence commis par son partenaire ou ex-partenaire. En France, selon la Mission Interministérielle de l’Observatoire national des violences faites aux femmes (MIPROF), 123 femmes ont été tuées sous les coups de leur partenaire ou ex-partenaire en 2016, soit une femme tuée tous les trois jours.

Peu de victimes de harcèlement ou de violence conjugale, faute d’information, de sensibilisation, par peur des représailles ou rebutées part la lourdeur des procédures, portent plainte. Elles ne seraient en France que 5% et à peine 10% dans des cas de viols selon le Haut Conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes et de l’Institut d’études démographiques (INED).

Pour l’égalité homme/femme rendez-vous dans 170 ans

Les progrès sont aussi très lents en ce qui concerne la représentation des femmes dans les postes à responsabilité ou l’égalité salariale.

Alors que pour la première fois dans l’histoire des Nations Unies, la parité hommes-femmes été atteinte en janvier au sein du Conseil de direction de l’ONU le Secrétaire général, António Guterres, rappelle que le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes n’est toujours pas terminé.

Dans son message vidéo, il mentionne que les hommes occupent toujours « une place dominante » dans le monde des affaires, aussi bien dans « les gouvernements, les administrations, le secteur privé qu’au sein des organisations internationales comme l’ONU ».

Au rythme actuel, il faudra attendre l'an 2186, soit près de 170 ans, pour arriver à la parité entre femmes et hommes dans nos sociétés, si l'on en croit le rapport sur la parité entre les genres du Forum économique mondial de Davos de 2017.

C'est donc un travail de longue haleine qui attend le Secrétaire général et les Etats-membres des Nations Unies pour atteindre l’Objectif 5 de l’Agenda 2030 concernant l’égalité entre les sexes mais aussi l’Objectif 10 sur la réduction des inégalités dans leur globalité.

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Les Nations Unies pleurent
le décès de Kofi Annan
 

Zeid Ra'ad al Hussein, Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, évoque ses quatre années de mandat

Entretien avec  Zeid Ra’ad al-Hussein

news32x32 DblueNominations