Lundi, 19 Novembre 2018
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

La migration : plus que des chiffres

IOM UST medical outreach More Than Numbers Photo IOM

4 mai 2018 – La période actuelle est pleine de défis pour l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) qui, dans son dernier rapport, dénonce la rhétorique toxique concernant la migration, fondée sur la peur plutôt que sur des faits et des données réelles. En outre, de meilleures collectes de données sur la migration pourraient rapporter plus de 35 milliards de dollars américains.

C’est l'un des messages clés délivré au cours de la conférence de presse à l’occasion du lancement du rapport « More Than Numbers : How migration data can deliver real-life benefits » (Plus que des chiffres : comment les données en matière de migration peuvent avoir de réels effets bénéfiques) à Bruxelles aujourd'hui, co-organisée par le Global Migration Data Analysis Centre (GMDAC) de l’OIM, en collaboration avec le McKinsey Centre for Government (MCG).

« Le message pertinent est dans le titre », a déclaré Augenio Ambrosi, Directeur régional du Bureau régional de l'OIM pour l'Union Européenne (UE), la Norvège et la Suisse. « Depuis des années, nous avons pris l'habitude de parler, de penser et d'agir sur des chiffres. Combien de migrants avons-nous renvoyés ? Combien en avons-nous sauvés ? Combien sont gardés dans des centres de détention ? Nous avons besoin d'envisager le problème sous une perspective différente. »

Le lancement du rapport a eu lieu simultanément à Genève, où le Directeur général de l'OIM, William Lacy Swing, a souligné que « trop souvent, le travail de collecte de données est considéré comme l'affaire abstraite de quelques experts opérant en arrière-plan. Pourtant, savoir collecter des données est essentiel pour produire des résultats concrets en ce qui concerne par exemple la protection des migrants en situation de vulnérabilité, le comblement des pénuries en termes de main-d'œuvre, l’amélioration de leur intégration, la bonne gestion des procédures d'asile et du retour des migrants qui ont reçu l'ordre de quitter le pays ou pour augmenter les flux de transferts de fonds ».

Le rapport fournit des calculs détaillés de ces résultats et avantages dans une série de domaines différents, tant pour les pays développés que pour les pays en développement.

Par exemple, de nombreux migrants de l'Union européenne ont des compétences qui ne correspondent pas à leur emploi. En utilisant ces nouvelles données, on pourrait agir sur les problèmes de surqualification, ce qui augmenterait de 6 milliards d’euros le revenu des migrants dans l'UE, selon le rapport, soit un avantage énorme pour l'économie européenne.

Des données précises et cohérentes sont particulièrement cruciales aujourd'hui, car les États membres de l'ONU ont entamé des négociations en vue de l'adoption d'un Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière.

« Une fois que nous avons des données fiables, nous devons nous assurer que les décideurs les utilisent réellement », a conclu Augenio Ambrosi, « et ne pas les ignorer ».

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Mobile Film Festival
1 mobile, 1 minute, 1 film

news32x32 DblueNominations