Mercredi, 26 Juin 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Lutte contre la violence de genre en milieu scolaire - orientations mondiales

IMG 00821

24 avril 2019 - Hier s’est tenue la conférence sur la lutte contre la violence de genre en milieu scolaire avec la présentation d’un guide d’orientations mondiales de l’UNESCO. La conférence a été introduite par Annica Floren (Directrice adjointe de l’Unité DEVCO B4 Culture, Education et Santé) qui a accueilli Sally Beadle (Spécialiste de Programme, Section de la santé et de l’éducation, UNESCO), Hans De Greve (Conseiller en Education, VVOB) et Wouter Boesman (Gestionnaire de programme, VVOB Vietnam) en tant que spécialistes sur le sujet.

La violence de genre en milieu scolaire (VGMS) est un phénomène qui touche des millions d’enfants, de familles et de communautés. Il concerne l’ensemble des pays dans le monde, ainsi que toutes les cultures, toutes les régions et toutes les économies. Le VGMS désigne des actes ou des menaces de violence sexuelle, physique ou psychologique perpétrés dans les écoles et leur environnement, résultant de normes et stéréotypes de genre, et imposés par des rapports de force inégaux (UNESCO).

«Chaque année, ce sont plus de 246 millions d’enfants qui sont sujets à la violence de genre en milieu scolaire au sein ou autour des écoles » a indiqué Madame Beadle. Tandis que 700 millions d’enfants scolarisés vivent dans des pays où la loi ne les protège pas des châtiments corporels à l’école (UNICEF, 2018). Selon Mme Beadle, les filles sont plus susceptibles d’expérimenter du harcèlement psychologique, du cyberharcèlement, du harcèlement et des violences sexuelles. Quant aux garçons, ils sont plus susceptibles d’expérimenter des violences physiques et des châtiments corporels. Enfin, les étudiants qui s’identifient comme Lesbiens, Gays, Transgenres, Bisexuels ou personnes intersexes (LGBT+) expérimentent souvent des taux exacerbés de violence de la part des professeurs et des autres élèves.

IMG 00841

Ce type de violence a des conséquences très réelles pour les victimes, qui vont de la dépression et de l’estime de soi très faible, jusqu’aux grossesses précoces et non désirées et aux infections sexuellement transmissibles comme le VIH. Cette violence a aussi un impact grave sur les résultats scolaires, de nombreux élèves choisissant de ne pas aller à l’école ou ne donnant pas la pleine mesure de leurs capacités ou abandonnant complètement l’école.

L’UNESCO, l’ONU Femmes et une quarantaine d’organisations mondiales ont dès lors créé un guide d’orientations mondiales, se basant sur les objectifs de développement durable. La stratégie mise en place vise principalement la prévention locale, comprenant des partenariats forts avec les dirigeants (gouvernements, régions, communautés) mais aussi avec la société civile (professeurs, parents). En conclusion,  « la lutte contre la violence de genre en milieu scolaire est un sujet faisant toujours l’objet de recherches et demeure sous-représenté. Son élimination est un droit fondamental humain et est au cœur de notre travail » explique Madame Floren.

Pour plus d’informations :

https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000247236

https://ec.europa.eu/europeaid/news-and-events/putting-stop-school-related-gender-based-violence_en

 

 

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

La semaine passée à l'ONU
17 au 21 juin 2019

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations