Dimanche, 20 Octobre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Développement durable : la croissance basée sur la consommation n'est plus viable (rapport)

image1024x768

11 septembre 2019 - Des changements radicaux et urgents sont nécessaires si l'on veut atteindre les Objectifs de développement durable d'ici 2030, selon un important rapport scientifique publié aujourd'hui.

Atteindre ces objectifs est encore possible, mais seulement s'il y a un changement fondamental et urgent dans la relation entre l'homme et la nature, et une réduction significative des inégalités sociales internes et entre certains pays, selon le rapport.

Ce nouveau rapport des Nations Unies est le fruit du travail d'un groupe indépendant de scientifiques à la demande des Etats membres et est le premier du genre depuis l'adoption, il y a quatre ans, des Objectifs de développement durable (ODD).

Intitulé « L'avenir, c'est maintenant : la science au service du développement durable », le rapport conclut que le modèle de développement actuel n'est pas durable et que les progrès réalisés au cours des deux dernières décennies risquent d'être anéantis par l'aggravation des inégalités sociales et le déclin potentiellement irréversible de l'environnement naturel sur lequel nous vivons.

Créer la croissance économique simplement en augmentant la consommation de biens matériels n'est plus une option viable au niveau mondial : les projections indiquent que l'utilisation mondiale de matériaux devrait presque doubler entre 2019 et 2060, impliquant une augmentation correspondante des émissions de gaz à effet de serre.

Eviter le point de non- retour

Le modèle de développement actuel a apporté la prospérité à des centaines de millions de personnes, mais a également entraîné la persistance de la pauvreté et d'autres privations, des niveaux d'inégalité sans précédent qui compromettent l'innovation, la cohésion sociale et la croissance économique durable. Ce modèle a rapproché le monde de points de non-retour notamment en ce qui concerne le climat et la perte de biodiversité. Pour changer de cap, les scientifiques affirment que le monde doit transformer un certain nombre de domaines clés des activités humaines, notamment l'alimentation, l'énergie, la consommation et la production, et les villes.

Ces transformations ne peuvent être le fruit que d'une action coordonnée des gouvernements, des entreprises, des communautés, de la société civile et des individus. La science a un rôle particulièrement fondamental à jouer - un rôle qui peut être encore renforcé en investissant davantage dans la science au service de la durabilité et dans les institutions de sciences naturelles et sociales basées dans les pays en développement.

Les pays développés doivent modifier leurs modes de production et de consommation, notamment en limitant l'utilisation de combustible fossile et de plastique, et encourager les investissements publics et privés conformes aux Objectifs de développement durable.

Les scientifiques suggèrent que l'ONU encourage un nouveau label d'investissement pour le développement durable, avec des paramètres et des lignes directrices clairs, pour inciter et récompenser les investissements dans les industries et les marchés financiers qui favorisent le développement durable et dissuader les investissements dans ceux qui ne le favorisent pas.

Plus d'information :

Rapport The Future is Now: Science for Achieving Sustainable Development

 

 

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

#Back2School avec le
Ministre Alexander De Croo

Sail to the COP

Un groupe de jeunes militants pour le climat a pris la mer cette semaine depuis Amsterdam pour la COP25 au Chili.

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations

  • ​​​​​​​​​Le Secrétaire général fait de Mamoudou Diallo, de la Guinée, son Représentant spécial adjoint au Bureau pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (14 octobre 2019)

  • Helen La Lime, des États-Unis, est nommée Représentante spéciale pour Haïti et Chef du Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) (14 octobre 2019)

  • Le Secrétaire général nomme Fatoumata Ndiaye du Sénégal à la tête du Bureau des services de contrôle interne (BSCI) (11 octobre 2019)

    Liste complète...