Lundi, 21 Octobre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Actualité

30 Juin 2019 -

Journée Internationale des astéroïdes : pour la sécurité de l’espace

thumbnail asteroide

2 juillet 2019 - Dans la nuit du 27 juin 2019, un astéroïde de la taille de trois terrains de football considéré comme « potentiellement dangereux » par la NASA a frôlé la terre. La nécessité de surveiller les objets célestes est rappelée chaque année, le 30 juin, lors de la Journée Internationale des astéroïdes. Cette journée vise à sensibiliser les populations aux risques que représentent les débris naturels spatiaux mais aussi à mieux comprendre comment ils se forment.

100 fois la puissance de la bombe atomique sur Hiroshima

Cette date a été choisie afin de commémorer l’anniversaire de l’impact le plus important jamais répertorié à ce jour entre la Terre et un astéroïde en Russie. Le 30 juin 1908, un objet céleste de 40 mètres s’était désagrégé au-dessus de la forêt dans la Tungunska, en Sibérie, provoquant une explosion cent fois supérieure à celle de la bombe d’Hiroshima. Près de 2000 kilomètres carrés de forêts ont été rasés et plusieurs centaines de personne ont été blessées dans un rayon de 100 kilomètres.

En 2013, un autre objet géocroiseur appelé « bolide » (un météoroïde produisant un phénomène lumineux intense lors de sa rentrée atmosphérique) a été observé dans le ciel de Tcheliabinsk, toujours en Russie, avec une masse de près de 11 000 tonnes et 18 mètres de diamètre. L’énergie libérée par le météore a été mesurée à 440 kilotonnes de TNT soit environ 30 fois la puissance de la bombe d’Hiroshima, détruisant de nombreuses infrastructures mais heureusement sans faire de victimes.

Coopération internationale

Le centre d’études des objets géocroiseurs de la NASA a recensé plus de 16 000 astéroïdes dont l’orbite passait près de notre planète et représentant une menace catastrophique. Le Bureau des affaires spatiales des Nations Unies assure une coopération internationale pour la sécurité des populations.

Ainsi la mission du Comité des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique travaille de concert avec de nombreuses organisations intergouvernementales, le monde académique, ou encore l’Agence Spatiale Internationale. Cet organe favorise une vision mondiale pour l’avenir de l’exploration spatiale et de défendre l’intérêt de l’humanité entière dans l’utilisation de l’espace à des fins pacifiques. 

Plus d’informations sur la Journée internationale des astéroïdes

28 Juin 2019 -

Un ordinateur est une fenêtre sur le monde ! Rencontre avec des #SDGActors du Benelux

4J2A6124a

28 juin 2019 - Les technologies de l’information et de la communication (TIC) jouent un rôle crucial dans la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) et ont transformé les sociétés au fil des décennies en contribuant à la croissance économique, en apportant de nouveaux moyens de fournir des services éducatifs, de santé et gouvernementaux ainsi qu'en créant une société mondiale de l'information. Les TIC sont un catalyseur du développement durable qui repose sur trois piliers : développement économique, inclusion sociale et protection de l'environnement.

LES ACTEURS LOCAUX DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Le Desk Benelux-UE du Centre régional d’information des Nations Unies pour l’Europe occidentale (UNRIC) a rencontré l’entreprise sociale belge Close the Gap qui depuis quinze ans, s'est donnée pour mission de faire le lien entre nouvelles technologies et coopération au développement. Elle s'efforce de combler le fossé numérique mondial en facilitant l'accès aux TIC dans les secteurs de l'éducation, de la santé et de la transformation économique des communautés en développement. Close the Gap croit au pouvoir de l'éducation pour atteindre les ODD et améliorer les perspectives d'avenir de notre planète, où la prospérité de tous et la protection de l'environnement seront la norme mondiale.

Close the Gap a établi un partenariat avec la famille royale et une vingtaine d’entreprises belges, et s’inscrit dans la nouvelle plateforme Digital for Development “D4D” de la politique belge de coopération au développement initiée par Alexander de Croo,  vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au développement, de l’Agenda numérique, des Télécommunications et de la Poste. La Reine Mathilde, un des 17 ambassadeurs des Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies, a récemment effectué une visite dans le camp de réfugiés de Kakuma au Kenya, où l’ensemble des ordinateurs du camp provenaient de Close the Gap.

Pour combler l'écart, il est en outre très important d'assurer une bonne liaison des  Nations Unies sur les TIC pour le développement avec des entreprises comme Close the Gap qui a été reconnu comme signataire du Pacte mondial des Nations Unies (UNGC) et est membre du Département de la communication globale.

IL ÉTAIT UNE FOIS…

Il y a quinze ans, Olivier Vanden Eynde, alors étudiant à l’ULB, publie une thèse sur la fracture numérique entre le Nord et le Sud. Il constate que le matériel informatique que les entreprises européennes et américaines remplacent est en réalité encore en bon état de fonctionnement.

Pour contribuer à la réduction du fossé numérique entre Nord et Sud, le fondateur et directeur de Close the Gap commence par mettre en place une filière de récupération d’ordinateurs auprès de grandes entreprises actives dans le Benelux qui renouvellent très régulièrement leur parc informatique, pour les envoyer en Afrique, en Asie ou en Amérique du Sud, après un reconditionnement minutieux (suppression des données, réparation, nettoyage etc.). Close the Gap offre ces ordinateurs de haute qualité à des projets éducatifs, sociaux et médicaux dans les pays en voie de développement. Ils réussissent dès lors le pari d’entrer dans une économie 100% circulaire où le processus de reconditionnement des ordinateurs jusqu’à leur recyclage complet est géré et contrôlé par l’entreprise.   

UNE SUCCESS STORY BELGE À L'ÉCHELLE MONDIALE

Tous les projets sont des initiatives axées sur la demande et l'impact. Depuis 2004, Close the Gap a rassemblé plus de 850 000 ordinateurs, a contribué à plus de 5 700 projets dans plus de 50 pays (principalement en Afrique) et a touché plus de 3 200 000 bénéficiaires. Close the Gap alimente également Worldloop (recyclage durable des déchets électroniques), le programme Leap2 (soutien à l'entrepreneuriat local et à l'innovation) et la “D4D”, qui ont tous un impact dans les pays en développement. “J’avais la conviction que les nouvelles technologies du numérique allaient devenir rapidement un outil très efficace pour accélérer la lutte contre la pauvreté dans différents domaines, notamment dans l’éducation et l’entrepreneuriat”, explique Olivier Vanden Eynde.

SDG Actors Close the Gap FR Copy

CLOSE THE GAP ET LES ODD

Un ordinateur, c’est une fenêtre sur le monde”, s’exclame Didier Appels, directeur du développement commercial à Close the Gap. L’Asbl permet de s’engager pour la réduction de la pauvreté (ODD 1). La réduction de la fracture numérique et l'accès à l'équipement informatique sont les principaux moteurs de l'amélioration des perspectives éducatives et économiques d'un pays dans le monde d'aujourd'hui et permet donc un meilleur accès à l’éducation et une éducation de meilleure qualité (ODD 4). L’accès des femmes aux TIC leur permet de défendre leurs droits et de tendre à une égalité des sexes (ODD 5). Enfin, Les compétences numériques sont une condition essentielle pour la plupart des emplois. Les enfants qui ont accès aux TIC à l'école acquièrent de précieuses compétences informatiques qui améliorent leurs chances sur le marché du travail, ce qui stimule l'économie (ODD 8) et les futurs partenariats (ODD 17).

IMG 7269 1

OBJECTIFS DE LONG TERME

“Notre objectif à long terme est de combler complètement la fracture numérique dans les pays émergents et en développement. Notre objectif est d'y parvenir en créant de l'impact par le biais de nos diverses initiatives, allant des dons d'ordinateurs aux projets en passant par le soutien aux entrepreneurs africains”, indique Close the Gap.

Ces trois dernières années, Close the Gap a entamé une réorientation progressive de son action. L’ASBL belge ne veut plus se limiter à la seule livraison d’ordinateurs. Dans cet esprit, elle a noué un partenariat avec Nailab, un incubateur pour start-up situé au cœur de Nairobi. “Nos partenaires belges et hollandais sont en fait amenés à financer des ‘challenges’ lors desquels des entrepreneurs kenyans se réunissent pour trouver des solutions innovantes aux problèmes auxquels les populations locales sont confrontées.”

On est convaincu que ce sont les entrepreneurs locaux qui seront à même de résoudre les problèmes qui sont vécus au niveau local”, indique Didier Appels. “Ce ne sont pas à nous Européens d’aller sur place et leur dire comment résoudre leurs problèmes. Le but est de former des gens qui seront à leur tour capable de former d’autres personnes et de créer de l’emploi”, ajoute-t-il.

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

Les entreprises peuvent faire don de leur matériel informatique ou soumettre des projets :

Exemples de projets concrets

  • Malaika: centre scolaire et communautaire près de Lubumbashi au Congo
  • KSB: école pour les aveugles au Kenya
  • Womanity: projet en Afghanistan
  • WEEE au Kenya
  • BAC en République Démocratique du Congo

Liens utiles sur les ODD : 

26 Juin 2019 -

210 millions de dollars nécessaires au HCR pour protéger les réfugiés en Afrique

UNHCR Press Conference Vincent Cochetel Brussels June 2019

26 juin 2019 - L’envoyé spécial du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) pour la situation en Méditerranée centrale, Vincent Cochetel, était aujourd'hui à Bruxelles pour présenter un aperçu des derniers développements à propos des routes migratoires vers la Méditerranée. Des milliers de réfugiés et de migrants continuent de risquer leurs vies aux mains des trafiquants et des passeurs aux cours des trajets dangereux en Afrique subsaharienne et du Nord pour gagner l’Europe.

« Avec plus de 15 conflits sur le continent africain, des milliers de personnes poursuivront leurs déplacements, en étant souvent mal informées et avec des attentes irréalistes », regrette Vincent Cochetel. « Elles font face à de graves dangers, y compris de mort, du fait des passeurs et des trafiquants. Nous devons faire plus pour empêcher l’augmentation du nombre de victimes de ceux qui veulent tirer profit de la vulnérabilité et du désespoir. »

Un appel à plus de soutien

Au vu de la détérioration des conditions en Afrique, le HCR redouble d’efforts pour assurer la protection des réfugiés et des demandeurs d’asile et trouver des solutions adaptées avant qu’ils n’atteignent la Libye. Le HCR lance un appel au financement à hauteur de 210 millions de dollars pour protéger celles et ceux qui chaque année sillonnent l’Afrique du Nord et subsaharienne, dont beaucoup sont victimes d’effroyables violations des droits humains.

L’appel lancé par le HCR vise à créer un programme global de soutien qui empêche d’abord et avant tout les migrants et réfugiés d’être pris au piège des passeurs, propose des alternatives aux déplacements dangereux dans les premiers pays d’asile, et offre une assistance humanitaire accrue et un soutien aux survivants des violations des droits humains.

Un itinéraire migratoire au péril de leur vie

« Nous devons faire que la relocalisation fonctionne mieux dans le premier pays d’asile et mettre fin à toute incitation aux mouvements secondaires. »

Le HCR pousse également les États à pallier les faiblesses de capacité de sauvetage en Méditerranée, à faire plus pour démanteler les réseaux de passeurs et de trafiquants, et à mener des actions en justice contre ceux qui perpètrent ces actes. Plus d’efforts doivent être entrepris pour développer des solutions complémentaires pour les réfugiés, notamment un accès facilité aux procédures de regroupement familial.

En 2019, le HCR estime qu’au moins 507 personnes ont trouvé la mort ou ont été portées disparues en Méditerranée occidentale et centrale. Le nombre de personnes décédées aux mains des passeurs et des trafiquants avant même d’avoir atteint la mer demeure inconnu mais est probablement encore plus élevé.

UNHCR Press Conference Key Figures Vincent Cochetel Brussels June 2019

« Telling the real story »

Celles et ceux qui survivent aux routes migratoires africaines subissent de multiples violations des droits humains, notamment la torture, les passages à tabac, les chantages financiers et l’esclavage. Les femmes et les jeunes filles sont particulièrement vulnérables aux viols et agressions sexuelles. Certaines restent ainsi à la merci de leurs agresseurs pendant plus d’un an.

En dépit des efforts du HCR et d’autres organisations internationales, les risques de violences et d’abus sur les chemins migratoires vers la Méditerranée sont en constante augmentation. Un nombre croissant de personnes qui les ont empruntés sont en mauvaise santé et souffrent de traumatismes psychologiques. Aussi, nombre d’entre elles, par ailleurs non qualifiées au statut de réfugiés, sont potentiellement dans le besoin pressant d’autres formes de protection humanitaire.

Cliquez ici pour voir le dernier rapport de l’UNHCR.

Cliquez ici pour lire et partager des témoignages de réfugiés.

18 Juin 2019 -

Près de 10 milliards d’humains en 2050, malgré un ralentissement de la croissance

Perspectives de la population dans le monde 2019 petit

17 juin 2019. La population mondiale devrait augmenter de 2 milliards de personnes au cours des 30 prochaines années, passant de 7,7 milliards actuellement à 9,7 milliards en 2050, selon un nouveau rapport des Nations Unies publié aujourd'hui.

Selon cette étude, la population mondiale pourrait atteindre son maximum vers la fin du siècle, à près de 11 milliards.

Les taux de croissance varient selon les régions et de plus en plus de pays connaissent un déclin démographique. En effet la population mondiale vieillit en raison de l’espérance de vie croissante et de la baisse des niveaux de fécondité.

La moitié de cette croissance démographique sera concentrée dans neuf pays d’ici 2050 : Inde, Nigéria, Pakistan, République démocratique du Congo, Éthiopie, République-Unie de Tanzanie, Indonésie, Égypte et les États-Unis d'Amérique (en ordre décroissant de l'augmentation attendue).

L’Inde bientôt plus peuplée que la Chine

Vers 2027, l’Inde devrait dépasser la Chine en tant que pays le plus peuplé du monde. La population de l'Afrique subsaharienne devrait doubler d'ici 2050 (augmentation de 99%).

 « La croissance démographique rapide se concentre largement dans les pays les plus pauvres, où cette croissance pose de nouveaux défis pour l’éradication de la pauvreté, atteindre une plus grande égalité, la lutte contre la faim et la malnutrition et le renforcement de la couverture et de la qualité des systèmes de santé et d’éducation afin de s’assurer que personne n’est laissé pour compte. », indique M. Liu Zhenmin, sous-secrétaire général aux affaires économiques et sociales de l'ONU.

Dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne et dans certaines régions d’Asie, d’Amérique latine et des Caraïbes, la récente baisse de la fécondité a entraîné une croissance plus rapide de la population en âge de travailler (25 à 64 ans) par rapport aux autres groupes d’âge, ouvrant la porte à une croissance économique grâce à une structure par âge de la population favorable.

Pour bénéficier de ce « dividende démographique », les gouvernements devraient investir dans l'éducation et la santé, en particulier pour les jeunes, et créer des conditions propices à une croissance économique soutenue.

L'espérance de vie à la naissance, qui est passée de 64,2 ans en 1990 à 72,6 ans en 2019, devrait encore augmenter pour s'établir à 77,1 ans en 2050. Les habitants des pays les plus pauvres vivent encore 7 ans de moins que la moyenne mondiale.

En Europe en 2050, une personne sur quatre aura plus de 65 ans

La population mondiale vieillit, le groupe des plus de 65 ans croit le plus rapidement. D'ici 2050, une personne sur six dans le monde aura plus de 65 ans, contre une sur onze en 2019.  Ce ratio sera de 1 sur 4 en 2050 en Europe et Amérique du Nord.

En 2018, pour la première fois dans l'histoire, les personnes âgées de 65 ans ou plus étaient plus nombreuses que les enfants de moins de cinq ans dans le monde. Le nombre de personnes âgées de 80 ans ou plus devrait tripler, passant de 143 millions en 2019 à 426 millions en 2050.

Depuis 2010, 27 pays ou territoires ont connu une réduction d'au moins 1% de la taille de leurs populations. Cette baisse est due aux faibles niveaux de la fécondité. Entre 2019 et 2050, la population devrait diminuer d'au moins 1% dans 55 pays ou territoires, dont 26 pourraient connaître une réduction d'au moins 10%.

La migration compense dans certains pays la baisse des naissances

La migration est devenue une composante majeure de l'évolution de la population dans certains pays Entre 2010 et 2020, quatorze pays ou territoires connaîtront une entrée nette de plus d'un million de migrants, tandis que dix pays connaîtront une sortie nette d'ampleur similaire. Certains des flux migratoires les plus importants sont motivés par la demande de travailleurs migrants (Bangladesh, Népal et Philippines) ou par la violence, l'insécurité et les conflits armés (Myanmar, Syrie et Venezuela). La Biélorussie, l'Estonie, l'Allemagne, la Hongrie, l'Italie, le Japon, la Fédération de Russie, la Serbie et l'Ukraine connaîtront un afflux net de migrants au cours de la décennie, contribuant à compenser les pertes de population causées par un excès de décès par rapport aux naissances.

Accès au rapport complet

Page 9 sur 757

9

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

#Back2School avec le
Ministre Alexander De Croo

Sail to the COP

Un groupe de jeunes militants pour le climat a pris la mer cette semaine depuis Amsterdam pour la COP25 au Chili.

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations

  • ​​​​​​​​​Le Secrétaire général fait de Mamoudou Diallo, de la Guinée, son Représentant spécial adjoint au Bureau pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (14 octobre 2019)

  • Helen La Lime, des États-Unis, est nommée Représentante spéciale pour Haïti et Chef du Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) (14 octobre 2019)

  • Le Secrétaire général nomme Fatoumata Ndiaye du Sénégal à la tête du Bureau des services de contrôle interne (BSCI) (11 octobre 2019)

    Liste complète...