Lundi, 14 Octobre 2019
UNRIC logo - français

l'ONU dans
votre langue

Actualité

04 Juin 2019 -

António Guterres dit stop aux subventions des énergies fossiles

photo 1514567191028 ea92771e0ba2

4 juin 2019 - A l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement le 5 juin 2019, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé à taxer la pollution et à cesser de subventionner les énergies fossiles.

« Nous faisons aujourd’hui face à une crise […] urgente. Il est donc temps de passer à l’action. Mon message aux gouvernements est clair : taxez la pollution, cessez de subventionner les énergies fossiles et arrêtez de construire de nouvelles centrales à charbon. Il nous faut passer à une économie verte. »

Cette année, le thème de la Journée mondiale de l’environnement, « La pollution de l’air », est un appel à combattre cette crise globale. Choisi par la Chine, hôte des célébrations de la Journée pour 2019, il nous invite à réfléchir aux façons de changer nos modes de vie pour réduire la pollution que l’on produit nous-mêmes, et minimiser ses effets sur le climat et sur notre santé.

A cette occasion, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a lancé une vaste campagne sur les réseaux sociaux, invitant les internautes à se prendre en photo avec un masque sur le visage en utilisant le hashtag #CombattreLaPollutionDelAir. Il donne également d’autres astuces à utiliser au quotidien :

  • Utiliser les transports en commun ou le co-voiturage, faire du vélo ou marcher
  • Adopter un véhicule hybride ou électrique et utiliser des taxis électriques
  • Éteindre le moteur de sa voiture à l'arrêt
  • Réduire sa consommation de viande et de produits laitiers. Les bovins et ovins émettent du méthane et leur élevage et transformation ont un fort impact sur l’environnement
  • Composter les déchets alimentaires et recycler les déchets non alimentaires
  • Adopter des systèmes et équipements de chauffage domestique à haute efficacité énergétique
  • Économiser de l'énergie : éteindre les lumières et les appareils électroniques qui ne sont pas utilisés
  • Choisir des peintures et des meubles non toxiques

 

Neuf personnes sur dix dans le monde sont exposées à un air pollué. Celui-ci tue 7 millions de personnes chaque année, cause des problèmes de santé chroniques tels que l’asthme, et ralentit le développement cognitif des enfants. D’après la Banque mondiale, la pollution de l’air coûte plus de 5 milliards de dollars par an à la société et contribue au réchauffement climatique.

Dans son message pour la Journée mondiale de l’environnement, António Guterres prend pour exemple le carbone noir : « Généré par les moteurs diesel, l’incinération des déchets et les fourneaux polluants, il est extrêmement nocif lorsqu’il est ingéré. Réduire des émissions de ce type de polluants non seulement améliorerait la santé publique, mais aussi pourrait atténuer le réchauffement climatique de 0,5 degrés Celsius au cours des prochaines décennies. »

Il ajoute : « La lutte contre la pollution atmosphérique permet de faire d’une pierre deux coups, de nombreuses initiatives ayant pour effet à la fois de purifier l’air et de réduire les émissions de gaz à effet de serre, telles que l’abandon progressif des centrales électriques à charbon et la promotion de combustibles moins polluants auprès des industries, des ménages et du secteur des transports. »

En France, l’Assemblée nationale débat actuellement de la Loi Mobilités qui doit permettre la réduction de la pollution et proposer des solutions alternatives durables pour tous. Ce plan prévoit des investissements dans des solutions alternatives à la voiture individuelle telles que les navettes autonomes, et la mise en place d’un forfait mobilité durable allant jusqu’à 400 € par an pour les employés qui se rendent au travail en covoiturage ou en vélo. Actuellement 7 Français sur 10 vont au travail en voiture.

 

Journée de lenvironnement petit

23 Mai 2019 -

L’ONU honore Chancy Chitete, héros du maintien de la paix, tué en sauvant la vie d’un autre soldat

Untitled design

24 mai 2019 - Novembre 2018, les groupes armés terrorisent l’Est de la République démocratique du Congo et perturbent la riposte face au virus Ebola. La force de la mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO) est sur place pour protéger les civils congolais. Chancy Chitete, Casque bleu malawien, fait partie des soldats de la paix engagés dans la zone.

Au cours d’une opération contre les rebelles de l’Alliance des Forces démocratiques (ADF), le caporal tanzanien Ali Khamis Omary est gravement blessé. Il est à la merci des attaquants. Alors que les affrontements se poursuivent, Chancy Chitete décide de porter secours à son camarade et de le mettre à l’abri. Il est en train de fournir les premiers soins au blessé quand il est touché par un tir ennemi et décède sur le coup. Le caporal Ali Khamis Omary a survécu et, de son lit d’hôpital, a rendu hommage à l’homme qui lui a sauvé la vie au péril de la sienne.

CHANCY CHITETE

« Les actions remarquables du soldat Chitete ont permis de protéger de nombreuses vies, tant civiles que militaires », a déclaré le Secrétaire général adjoint de l’ONU aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix. « Son sacrifice souligne les dangers auxquels nos soldats de la paix sont confrontés chaque jour lors de l’exécution de leurs tâches vitales de protection dans certains des environnements les plus difficiles du monde ».

Le 24 mai, à quelques jours de la Journée internationale des Casques bleus, le soldat Chitete, recevra la Médaille du capitaine Mbaye Diagne pour un courage exceptionnel à titre posthume. La décoration sera remise par le Secrétaire général de l’ONU en personne à sa famille.

thumbnail Pvt Chitete ceremony portrait

Mbaye Diagne, un exemple de bravoure pour les Casques bleus

C’est la première fois que cette récompense, créée en 2014 pour honorer les militaires, les policiers et les civils des Nations Unies ou du personnel associé qui ont fait preuve d'un courage exceptionnel face à un danger extrême, est attribuée.

Elle porte le nom d’un autre héros, le capitaine Mbaye Diagne, Casque bleu sénégalais qui a sauvé des centaines de vies durant le génocide au Rwanda en 1994, avant d'être tué.

Il y a vingt-cinq ans, le Rwanda était le théâtre de l’un des génocides le plus meurtriers du XXe siècle : près de 800 000 Tutsis ont été tués en 100 jours. Jeune officier sénégalais et observateur militaire de l’ONU au Rwanda, le capitaine Mbaye Diagne a agi à maintes reprises au péril de sa vie pour venir en aide aux victimes du génocide, allant même à l’encontre des directives de l’ONU. « Il s’en allait seul, puis revenait avec des dizaines de personnes qu’il avait arrachées à l’orgie sanguinaire des génocidaires » a dit de lui le général Roméo Dallaire, commandant en chef de la Mission des Nations Unies pour l'assistance au Rwanda (MINUAR). Il organisait alors leur évacuation vers le Kenya puis repartait en chercher d’autres. Au total, il a sauvé la vie de plus de 600 personnes.

Il s’apprêtait à rejoindre sa famille au Sénégal, sa femme et ses deux enfants quelques jours plus tard, un obus explose à côté de son véhicule et le tue. L’ONU se souvient de lui comme le plus courageux de ses soldats de la paix. Une cérémonie exceptionnelle avait eu lieu en 2016 pour remettre à la veuve du capitaine Mbaye Diagne et à ses enfants une médaille commémorative.

Chaque année, depuis 2008, plus de 100 militaires, policiers et civils au service du maintien de la paix, soldats de la paix, sont tués dans l’exercice de leur devoir.

 

Plus d’informations :

21 Mai 2019 -

Fortes tensions commerciales et incertitudes politiques entament les perspectives de croissance mondiale (Rapport)

tyler casey 1500956 unsplash

21 mai 2019 - L'économie mondiale connaît un ralentissement généralisé de la croissance dans un contexte de tensions commerciales, de fortes incertitudes politiques internationales et d'affaiblissement de la confiance des entreprises, selon le rapport des Nations Unies sur la situation et les perspectives de l’économie mondiale à la mi-2019, publié aujourd’hui.

La croissance économique mondiale devrait être de 2,7% en 2019 contre 3% en 2018. La prévision pour 2020 est de 2,9 %.

Cette croissance mondiale plus faible jette une ombre sur les efforts déployés pour mettre en œuvre l'Agenda 2030 pour le développement durable, qui a fixé des objectifs universels pour éliminer la pauvreté, promouvoir la prospérité et le bien-être social tout en protégeant l'environnement.

Une croissance économique plus faible met en péril des investissements essentiels dans des domaines tels que l'éducation, la santé, l'adaptation au changement climatique et les infrastructures durables.

« Des réponses politiques plus complètes et mieux ciblées sont nécessaires pour faire face au ralentissement actuel de la croissance », déclare le Sous-Secrétaire général des Nations Unies pour le développement économique, Elliot Harris. « Il est de plus en plus clair que les politiques visant à promouvoir le développement durable devront aller au-delà de la croissance du PIB et identifier de nouvelles mesures plus robustes de la performance économique qui reflètent correctement les coûts de l'inégalité, de l'insécurité et du changement climatique » ajoute-t-il.

Impact sur l’éradication de la pauvreté

Le rapport souligne que la croissance du revenu par habitant dans plusieurs régions d'Afrique, d'Asie occidentale, d'Amérique latine et des Caraïbes devrait rester très faible pendant la période considérée. Cela pose des défis supplémentaires pour les objectifs de développement durable, y compris l'objectif d'éradiquer universellement la pauvreté d'ici 2030. Le rapport note en outre que si la pauvreté reste essentiellement rurale, la poursuite des progrès en matière de réduction de la pauvreté dépend aussi de la gestion efficace de l'urbanisation en cours. Cela est particulièrement pertinent pour l'Afrique et l'Asie du Sud, les deux régions qui comptent le plus grand nombre de pauvres et qui devraient connaître le rythme d'urbanisation le plus rapide au cours des deux prochaines décennies.

Le prix du carbone, élément clé de la lutte contre le changement climatique

L'augmentation de la fréquence et de l'intensité des catastrophes naturelles met en évidence les menaces croissantes du changement climatique, en particulier pour les économies les plus vulnérables. Le rapport appelle à une approche multilatérale plus forte et mieux coordonnée de la politique climatique mondiale, y compris l'utilisation de mécanismes de tarification du carbone.

Plus d'information et rapport

 

Retour en images

 

economie mondiale situation 2

14 Mai 2019 -

UNRIC recrute un(e) stagiaire pour le bureau France et Monaco

stage cropped

14 mai 2019 - Le bureau France et Monaco du Centre régional d'information des Nations Unies (UNRIC) recrute pour son bureau basé à Bruxelles un(e) stagiaire de langue maternelle française. Ce stage débute mi-juin 2019 pour une durée de 6 mois.

Lire la suite...

Page 10 sur 757

10

Réseaux Sociaux

facebook64x64 Dblue twitter64x64 Dblue
France et Monaco

facebook64x64 Dblue
Belgique et Luxembourg

Sail to the COP

Un groupe de jeunes militants pour le climat a pris la mer cette semaine depuis Amsterdam pour la COP25 au Chili.

L’ONU, l’UE et les Schtroumpfs nettoient
la plage d’Ostende

united to reform web brand fr 960x540 cropped

news32x32 DblueNominations