Ban Ki-moon salue les valeurs de la Francophonie et clame son amour du français

25 septembre 2010 – A l’occasion d’une réception organisée par l’Organisation internationale de la Francophonie vendredi soir à New York en marge du débat annuel de l’Assemblée générale de l’ONU, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a salué les valeurs de la Francophonie et proclamé son amour de la langue française.

« Comme vous le savez, je soutiens fermement le multilinguisme à l’ONU, y compris la langue française. Après tout, 1 personne sur 31 parle le français dans le monde, 200 millions en tout, 200 millions et une, si l’on veut bien me compter », a dit le Secrétaire général, lors de cette réception à laquelle assistait également le ministre français des affaires étrangères, Bernard Kouchner.

« Certes, il faut déjouer de nombreux pièges pour apprendre le français, mais quand on aime, on ne compte pas ! Et c’est probablement un des attraits de toutes les belles langues. Elles demandent de la persévérance, de la patience, le goût de l’inconnu et une grande curiosité », a-t-il ajouté.

Il s’est dit intrigué par la notion de « Francophonie ». « Mes amis me disent que le terme englobe bien plus que l’Organisation internationale de la Francophonie. Ils disent que c’est une « vision du monde », ainsi qu’un « art de vivre ». Mais quand je demande ce que veut dire « art de vivre », on me dit qu’il faut le vivre pour le savoir. A mon avis, mes amis essaient de me faire comprendre que je devrais sortir un peu plus ! » a-t-il raconté.

« Un de mes amis me dit qu’il s’agit de bons repas et de « joie de vivre ». Mais comme je travaille beaucoup, je n’ai pas vraiment l’occasion d’en faire l’expérience. Peut-être faudrait-il instituer une « Journée internationale de la joie de vivre » ? Un autre de mes amis a cité Léopold Sédar Senghor, ancien Président du Sénégal, qui disait que la Francophonie était un « rendez-vous du donner et du recevoir » », a-t-il ajouté.

Au-delà de ces considérations, le Secrétaire général a rappelé que les Nations Unies et l’Organisation internationale de la Francophonie travaillaient ensemble sur le terrain, notamment en Haïti, en République centrafricaine, en Guinée, au Niger, à Madagascar, en Mauritanie et aux Comores.

« Et nous allons coopérer de plus près encore dans le domaine des droits de l’homme, grâce à l’accord qu’ont récemment conclu le Secrétaire général de la Francophonie, Monsieur Abdou Diouf, et la Haut-Commissaire aux droits de l’homme, Madame Navi Pillay », a-t-il ajouté.

Centre d’actualités ONU