Haïti : Ban Ki-moon attristé par les décès causés par une tempête

27 septembre 2010 – Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, est attristé par les pertes de vies humaines et les dégâts matériels causés par la tempête soudaine qui s’est abattue vendredi sur la capitale haïtienne Port-au-Prince, a déclaré ce week-end son porte-parole.

« Il présente ses sincères condoléances aux familles de ceux qui y ont perdu la vie », a-t-il ajouté dans un communiqué. Selon la presse, au moins cinq personnes sont mortes et des dizaines blessées vendredi dans les camps de sinistrés du séisme de janvier en Haïti et des milliers d’abris détruits, suite à ces intempéries.

Plus de 40 équipes comprenant du personnel des Nations Unies, des agences humanitaires et du Gouvernement haïtien ont procédé à une évaluation des dégâts. Une mission de reconnaissance aérienne a été menée conjointement avec le gouvernement haïtien. Les Casques bleus de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) ont été déployés sur l’ensemble de la ville de Port-au-Prince et ont porté assistance aux personnes bloquées dans les décombres ou qui avaient besoin d’assistance médicale.

Lundi, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué que les équipes de l’ONU avaient visité quelques 300 camps de déplacé internes. Dans 162 d’entre eux, elles ont recensé des besoins en abris mais aucune urgence médicale ou besoins de nourritures spécifiquement liées à la tempête n’ont été identifiés, a ajouté OCHA.

« Les rapports font état de 11.000 familles ayant besoin d’assistance pour des abris, dont certains vivant dans des immeubles qui n’avaient pas été affectés par le tremblement de terre de janvier dernier », poursuit l’agence onusienne dans un communiqué. « Un tiers de cette population, soit prêt de 3.200 familles, a déjà reçu de l’assistance avec la fourniture de 468 tentes et 5478 bâches », poursuit le communiqué qui annonce de nouvelles distributions d’aide.

Les installations sanitaires ou médicales endommagées dans certains camps ont également été réparées pendant le week-end, précise OCHA, qui a puisé dans les stocks présents à Haïti pour répondre à ces urgences. L’agence demande maintenant « leur réapprovisionnement rapide ».

De son côté, la MINUSTAH a procédé à quelques 200 patrouilles avec la police haïtienne dans les camps de déplacés sans relever d’incidents. Deux cent Casques bleus ont également escorté les équipes de l’Organisation internationale des migrations (OIM) lors de distributions d’abris dans des camps de déplacés.

A l’extérieur de Port-au-Prince, dans le camp de déplacés de Corail-Cesselesse où de nombreux abris ont été emportés par la tempête, l’OIM a identifié 110 familles, soit près de 500 personnes, dans le besoin. Elles ont été transférées dans 111 abris en dur, qui font partie d’un projet de 950 constructions en dur lancé en juillet dernier.

Si de mauvaises conditions météorologiques sont encore prévues ces jours-ci, les agences onusiennes et les organisations non gouvernementales déployées dans l’île prévoient que toutes les personnes affectées par la tempête auront reçu l’aide escompté avant mardi.

Le Secrétaire général a remercié les donateurs pour la générosité avec laquelle ils ont répondu à cette nouvelle crise ainsi qu’aux autres crises qui se sont produites cette année, notamment les inondations dévastatrices au Pakistan. Il a réitéré l’importance d’une assistance continue à Haïti, et a noté à cet égard que l’appel pour Haïti nécessite encore un montant de 450 millions de dollars pour l’année en cours.

Centre d’actualités ONU