Michel Kazatchkine renouvelé à la tête du Fonds mondial

11 janvier 2011 – Le Conseil d’administration du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a renouvelé mardi le mandat de son Directeur exécutif, Michel Kazatchkine, pour une durée de trois ans.

« J’adresse mes félicitations au professeur Kazatchkine pour son nouveau mandat de Directeur exécutif », a déclaré le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, Président du Conseil d’administration du Fonds mondial et Ministre de la santé d’Éthiopie.

« Il a tenu la barre du Fonds mondial alors que celui-ci traversait une période de croissance rapide qui a permis à bien des pays d’avancer à grands pas vers la concrétisation des Objectifs du Millénaire pour le développement liés à la santé. Le Conseil d’administration se réjouit de travailler avec lui dans les prochaines années, qui verront la poursuite des efforts que nous déployons à l’échelle mondiale pour lutter contre ces trois grandes épidémies », a-t-il ajouté.

Le Professeur Kazatchkine a été élu en février 2007 pour un premier mandat qui vient d’être reconduit jusqu’en mars 2014.

« Le Fonds mondial a sauvé des millions de vies et a apporté sa pierre à la construction de systèmes de santé partout dans le monde », a déclaré le Professeur Kazatchkine. «Au cours des trois années à venir, je m’attèlerai à faire en sorte que le Fonds mondial soit aussi efficace et utile que possible », a-t-il souligné.

Médecin, scientifique et diplomate, le professeur Kazatchkine a soigné pendant plus de vingt ans des personnes atteintes du Sida. Il a dirigé le deuxième institut de recherche sur le Sida au monde et a occupé les fonctions d’ambassadeur de France chargé de la lutte contre le sida et les maladies transmissibles. Avant de prendre ses fonctions de Directeur exécutif, en 2007, il a également été Vice-président du Conseil d’administration du Fonds mondial et a été le premier à assumer la présidence du Comité technique d’examen des propositions, chargé d’évaluer la qualité des demandes de subvention.

Depuis sa création en 2002, le Fonds mondial est devenu l’un des acteurs majeurs de la lutte contre ces trois maladies. Avec 21,7 milliards de dollars de subventions approuvées pour 140 pays, il est la principale source de financement pour les trois maladies. C’est ainsi qu’il offre un soutien à plus de la moitié des personnes sous traitement antirétroviral dans le monde et apporte environ les deux tiers des crédits alloués à l’échelle internationale à la tuberculose et au paludisme.

Centre d’actualités ONU