A-Z Index

COVID-19 : les dispositions au Luxembourg et en Belgique

Le 26 mars 1995, l’accord de Schengen était signé par la Belgique, l’Allemagne, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas, l’Espagne et le Portugal. Aujourd’hui 22 pays membres de l’Union européenne et quatre Etats associés, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse et l’Islande, font partie de « l’espace Schengen ».

Alors que, pour limiter la propagation du nouveau coronavirus, certains pays membres ont décidé de restreindre les passages au sein de cet espace, la Commission européenne estime que cette décision ne doit être prise qu’en « dernier recours. »

Au Luxembourg, où normalement plus de 200 000 travailleurs frontaliers viennent chaque jour pour travailler, le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, a rappelé que « toute mesure introduite aux frontières intérieures de l’UE doit permettre le transit sans entrave des travailleurs frontaliers, des citoyens rapatriés, des fournitures médicales essentielles et des biens de première nécessité ».

« Ces nouvelles restrictions sont regrettables », a estimé Jean Asselborn au cours du Conseil des Affaires étrangères de l’Union européenne, qui s’est tenu via internet le 23 mars.

« Schengen et le marché unique font partie des principales réalisations de 60 années d’intégration européenne. Aussi difficile que cela puisse paraître à l’heure actuelle, nous surmonterons la crise liée à la pandémie de COVID-19. L’UE devra être pleinement fonctionnelle quand il s’agira de nous relancer après la crise, » a fait remarquer le ministre à ses homologues européens pendant une réunion virtuelle.

Par la suite, les ministres ont eu un échange de vues approfondi sur la réponse internationale à la pandémie de COVID-19. Ils ont évoqué en particulier l’assistance consulaire aux citoyens de l’UE et les moyens de coordonner les efforts en vue de faciliter le rapatriement des citoyens européens bloqués dans des pays tiers. Ils ont aussi examiné les mesures qui peuvent être prises pour renforcer la coopération entre partenaires européens, et se sont penchés sur la coopération au niveau multilatéral pour endiguer la pandémie de COVID-19.

En Belgique, le service public fédéral Finances a permis aux Belges de faire du télétravail depuis la Belgique tout en continuant à être imposés au Grand-Duché de Luxembourg. Le pays a aussi permis aux travailleurs frontaliers des secteurs vitaux et des professions cruciales d’utiliser une vignette pour franchir plus rapidement, en cas de contrôle, la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas.

Le gouvernement luxembourgeois a également délivré un certificat pour faciliter le passage de la frontière par des travailleurs luxembourgeois résidant en Belgique. Sur présentation de ce certificat, ces travailleurs seront exemptés des restrictions sur les passages frontaliers.

 

Derniers articles

ONU75 : quel monde voulez-vous après la crise du COVID-19 ?

Participer à façonner le monde de demain, celui qui émergera quand sera terminée la...

« Cette crise restera sûrement comme le moment le...

« Visages de l’ONU » : Herman Quarles van Ufford, Conseiller du Secrétaire général adjoint Fabrizio Hochschild...

Journée de l’autisme : préserver les droits pendant le COVID-19

La crise sanitaire liée au COVID-19 et ses conséquences multiplient les obstacles auxquels se...

COVID-19 : info ou intox

Mise à jour le 1er avril 2020 La pandémie du coronavirus COVID-19 est propice à...

Infirmières à domicile, Mireille et Françoise travaillent « la peur...

Chaque jour, le réveil de Mireille Delon sonne avant 6 heures. Sa première visite...

France et Monaco

4,145FansJ'aime
3,875SuiveursSuivre

Belgique et Luxembourg

2,502FansJ'aime