A-Z Index

Éliminer le cancer du col de l’utérus, tueur en série de femmes

Le cancer du col de l’utérus est la deuxième cause de mortalité chez les femmes en âge reproductif. Pourtant, il s’agit d’un cancer que l’on peut prévenir et souvent guérir. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a choisi de faire du mois de janvier, le mois de sensibilisation à la prévention de cette maladie.

A l’occasion de ce mois de sensibilisation, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, a rappelé que « le cancer du col de l’utérus est hautement évitable et traitable » et a estimé qu’il « pourrait être le premier cancer à être éliminé ».

En effet, il peut être largement prévenu par la vaccination et le dépistage précoce, avec un suivi et un traitement appropriés.

En France, chaque année, près de 3000 femmes développent un cancer du col de l’utérus et 1000 femmes en meurent, selon Santé publique France.

Vacciner aussi les jeunes garçons

Il y a quelques mois, nous avions interrogé le docteur Océane Sorel (@TheFrenchVirologist), virologue qui collabore avec les Nations Unies au sein de la Team Halo, sur le virus qui cause ce cancer, le papillomavirus (VPH) et la vaccination. Elle rappelle notamment que les jeunes garçons doivent également se faire vacciner, car le papillomavirus peut déclencher des cancers chez les hommes et leur vaccination freinerait la transmission.

Afin d’éradiquer ce fléau mortel, une Stratégie mondiale pour accélérer l’élimination du cancer du col de l’utérus a été élaborée en collaboration avec l’OMS et le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

L’OMS a appelé « tous les pays et partenaires à améliorer l’accès à la vaccination contre le VPH, qui peut sauver des vies, et à développer les dépistages, les traitements et les soins palliatifs ».

Les femmes pauvres sont les plus touchées

Il s’agit du deuxième type de cancer le plus fréquent chez les femmes, avec des taux d’incidence et de mortalité les plus élevés, ainsi qu’un impact particulier sur les pays à faible indice de développement humain.

Quelque 604.000 femmes ont reçu un diagnostic de cancer du col de l’utérus dans le monde en 2020, dont plus de la moitié (340 000) sont décédées des suites de la maladie.

Peu de maladies reflètent autant les inégalités mondiales que le cancer du col de l’utérus.

Près de 90% des décès de 2018 sont survenus dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, où la charge du cancer du col de l’utérus est la plus lourde, en raison de l’accès limité aux services de santé publique ainsi que du manque de dépistage et de traitement.

Objectif : moins de 4 cas sur 100 000 femmes

Pour éliminer le cancer du col de l’utérus en tant que problème de santé publique, la Stratégie mondiale a fixé le seuil à atteindre pour tous les pays, à savoir un taux d’incidence inférieur à quatre cas pour 100 000 femmes.

Pour y parvenir, chaque État doit atteindre et maintenir trois objectifs clés :

  • Atteindre 90% de taux de vaccination chez les filles avant l’âge de 15 ans ;
  • Dépister 70% des femmes au moyen d’un test performant avant l’âge de 35 ans, puis à nouveau avant l’âge de 45 ans ;
  • Pourvoir un traitement à 90% des femmes atteintes d’un pré-cancer et une prise en charge adéquate à 90% des femmes atteintes d’un cancer invasif.

Chaque pays devrait atteindre les objectifs 90-70-90 d’ici 2030 pour se mettre sur la voie de l’élimination du cancer du col de l’utérus au cours du siècle prochain.

Cet article est une adaptation de l’article « Éliminons à jamais le cancer du col de l’utérus », exhorte le chef de l’OMS – ONU Info.

 

Derniers articles

France et Monaco

4,258FansLike
5,101FollowersFollow

Belgique et Luxembourg

2,869FansLike