Face au COVID-19, les enseignants sont aussi en première ligne

Avec la fermeture des établissements scolaires et l’enseignement à distance, les enseignants ont dû redoubler d’efforts et de créativité pour assurer la continuité pédagogique pendant le confinement. En cette rentrée 2020, pour le moins particulière, ils ont dû relever de nombreux défis pour rattraper les retards inévitables des élèves.

La Journée mondiale est aujourd’hui l’occasion de rendre hommage à cette profession dont la pandémie a mis en évidence le caractère indispensable mais aussi l’engagement à assurer la continuité pédagogique et à innover parfois dans des conditions très difficiles.

La scolarité de plus d’un milliard d’élèves a été perturbée par la pandémie de COVID-19 Partout dans le monde, les enseignants se sont efforcés de trouver des solutions et de créer de nouveaux environnements d’apprentissage pour leurs élèves, et ce même lorsque l’accès aux nouvelles technologies faisait défaut.

Bien qu’ils aient eu très peu de temps pour se préparer, modifier et condenser le programme et adapter leurs cours en utilisant Internet, les téléphones portables, la télévision, la radio et, dans certains cas, la poste. Les enseignants ont également dû rester en contact avec les élèves et leurs familles par téléphone ou par mail pour éviter le décrochage des élèves en difficulté, une tâche qui s’est ajoutée à une charge de travail déjà alourdie.

Leur tâche est particulièrement difficile dans les nombreux pays à faible revenu, où l’accès à Internet est limité. Au niveau mondial, environ 50 % et 43 % des ménages, respectivement, ne possèdent pas d’ordinateur et n’ont pas accès à Internet.

Depuis la rentrée, les professeurs redoublent d’efforts pour combler les retards inévitables causés par la fermeture des établissements et doivent faire face à l’augmentation des différences de niveau entre les élèves.

Bien entendu, comme la distanciation physique n’est pas possible dans la plupart des classes, les inquiétudes d’ordre sanitaires s’ajoutent aux difficultés pédagogiques.

Ces défis nous rappellent la nécessité alarmante de soutenir l’ensemble du personnel éducatif et de reconnaître à leur juste valeurs leurs efforts dans la réponse à la crise sanitaire et au-delà. Alors en ce 5 octobre, un mot pour nos enseignants : MERCI !

Derniers articles

France et Monaco

4,258FansJ'aime
5,379SuiveursSuivre

Belgique et Luxembourg

2,869FansJ'aime