A-Z Index

J’ai faim. Qu’est-ce que ça signifie ?

Nous avons tous la sensation de faim. Mais quand on parle de la faim dans le monde, de quoi parle-t-on ? Quelles sont les conséquences ? Comment y remédier ?

Aujourd’hui plus de 80 % des Éthiopiens sont en situation d’insécurité alimentaire. Au Yémen, de plus en plus de personnes souffrent de la faim et n’ont souvent qu’un seul repas par jour. La Somalie est quant à elle au bord de la famine. Que signifient réellement ces termes et comment les différencier ?

Qu’est ce que la faim ?

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la faim est une sensation physique inconfortable ou douloureuse causée par une consommation insuffisante d’énergie alimentaire. Elle devient chronique lorsque la personne ne consomme pas une quantité suffisante de calories (énergie alimentaire) sur une base régulière pour mener une vie normale, active et saine. La « faim » peut donc également être qualifiée de sous-alimentation.

Malnutrition aiguë sévère

La malnutrition sévère est l’une des principales menaces à la survie des enfants. Lorsqu’ils manquent d’aliments nutritifs et sont régulièrement atteints de diarrhée, de rougeole ou de paludisme, leur immunité est compromise. D’après l’UNICEF, de telles maladies sont souvent mortelles pour les enfants dans les pays en développement. 

Malnutrition chronique (retard de croissance)

Les enfants sont considérés comme souffrant d’un retard de croissance, ou de malnutrition chronique, lorsqu’ils sont trop petits pour leur âge. Le retard de croissance se présente chez les enfants en raison de l’effet combiné d’une mauvaise nutrition, d’infections répétées et d’une stimulation psychosociale inadéquate. 

Le plus souvent ceux présentant un retard de croissance obtiennent des scores plus bas aux tests d’intelligence et sont davantage susceptibles de contracter des infections. Dans leur vie d’adultes, ils sont plus particulièrement exposés aux maladies chroniques telles que le diabète, les cardiopathies et certains cancers.

Au Yémen, plus de deux millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent déjà de malnutrition aiguë et plus de 500 000 d’entre eux sont en danger de mort. 

Insécurité alimentaire

Une personne est en situation d’insécurité alimentaire lorsqu’elle n’a pas un accès régulier à une alimentation nutritive suffisante pour une croissance et un développement normaux. Cela peut être dû à l’indisponibilité de la nourriture.

La FAO mesure l’insécurité alimentaire à l’aide de l‘échelle de mesure de l’insécurité alimentaire vécue (FIES) présentée ci-dessous :

Quel est le lien entre la faim et l’insécurité alimentaire?

Lorsqu’une personne souffre d’insécurité alimentaire grave, elle est à court de nourriture. Elle est restée une journée ou plus sans manger. En d’autres termes, elle souffre très probablement de la faim.

L’insécurité alimentaire grave est l’un des extrêmes de l’échelle FIES, mais une insécurité alimentaire modérée est aussi préoccupante. Même à un niveau d’insécurité alimentaire modéré, les gens peuvent devoir renoncer à certains besoins fondamentaux pour obtenir de la nourriture. Souvent, cela se traduit par des aliments qui ne sont pas très nutritifs, ce qui signifie que l’organisme reçoit les calories nécessaires au quotidien mais manque de nutriments essentiels. Cela peut conduire directement à une augmentation de l’obésité et d’autres types de malnutrition dans certains pays.

La FAO met en garde contre le fait que les enfants exposés à la faim et à l’insécurité alimentaire, sont plus susceptibles à l’avenir de souffrir de surpoids et de maladies chroniques comme le diabète. 

Famine

Stephen Devereux, économiste du développement travaillant spécifiquement sur la sécurité nutritionnelle explique que « la famine, c’est comme la folie : elle est difficile à définir, mais elle est assez flagrante lorsqu’on la reconnaît ».

Afin de tenter d’en donner une définition, huit agences des Nations Unies en collaboration avec des ONG internationales ont abouti en 2004 à la création d’un outil de Classification intégrée des phases de la sécurité alimentaire (IPC). Pour déclarer la famine avec l’IPC, un certain nombre de facteurs doivent être réunis : notamment, plus de 30% des enfants doivent être atteints de malnutrition aiguë, deux décès doivent être recensés chaque jour pour 10 000 habitants, une maladie pandémique doit s’être déclarée ; chaque jour, les habitants doivent avoir accès à moins de quatre litres d’eau et leur nourriture doit leur apporter moins de 2100 calories ; des déplacements de population à grande échelle doivent également être observés, ainsi que des conflits civils, et la perte totale des biens des habitants et de leurs sources de revenus.

Mais quelles sont les causes de la famine ? Selon le Programme alimentaire mondial (PAM), les conflits constituent le principal facteur de la famine dans la mesure où les populations doivent quitter leur foyer, leur terre et leur emploi. Un facteur tel que le changement climatique joue également un rôle car les sécheresses provoquées par les changements de températures entraînent une diminution des récoltes et donc une augmentation des pénuries alimentaires.

En 2021, le PAM a lancé un message d’alerte :  45 millions de personnes sont au bord de la famine dans 43 pays, et le moindre choc les rapprochera encore plus du gouffre. 

Que fait l’ONU ?

Urgences : le PAM est la principale organisation humanitaire au monde. En 2020, le PAM a aidé 115,5 millions de personnes dans 84 pays. Chaque jour, l’Organisation a 5600 camions, 30 navires et près de 100 avions en mouvement, qui livrent de la nourriture et d’autres formes d’assistance à ceux qui en ont le plus besoin.

Développement : dans le cadre de son mandat, la FAO s’efforce d’éradiquer la faim, l’insécurité alimentaire et toutes les formes de malnutrition. Elle soutient les moyens de subsistance des petits producteurs alimentaires et encourage l’utilisation durable des ressources naturelles. La FAO est déjà parvenue à réduire de moitié le nombre de personnes souffrant de la faim en Amérique latine et dans les Caraïbes, et à créer des normes internationales visant à garantir une alimentation saine et de qualité pour tous.

Comment puis-je aider ?

Lorsque vous faites un don au PAM, votre contribution est immédiatement reversée pour aider à construire un monde sans faim. Votre argent sera d’abord transformé en nourriture, puis envoyé dans l’un des plus de 80 pays où les populations sont les plus vulnérables. 

ShareTheMeal est une application créée par le PAM. Avec seulement 0,70 euro, vous pouvez partager votre repas avec une personne dans le besoin. Jusqu’à présent, plus de 151 millions de repas ont été partagés. 

Plus d’informations: 

ODD 2 – ONU France (unric.org)

Prévention de la famine | World Food Programme (wfp.org)

Derniers articles

France et Monaco

4,258FansJ'aime
5,251SuiveursSuivre

Belgique et Luxembourg

2,869FansJ'aime