A-Z Index

Ces conflits qui ne font pas la une des journaux

La guerre en Ukraine est dans tous les esprits et à la Une des médias. D’autres conflits ou crises majeures se déroulent dans d’autres pays, où l’ONU apporte une assistance.

En tant que premier fournisseur d’aide humanitaire au monde, le système des Nations Unies et son Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) sont aussi chargés d’apporter de l’aide à des pays comme le Yémen, le Myanmar et le Venezuela.

Au Venezuela, la crise ne s’arrête jamais 

Souvent négligée, la situation au Venezuela reste l’une des situations humanitaires les plus difficiles au monde : le Venezuela traverse depuis des années une grave crise politique et économique.

En raison de l’inflation élevée, d’innombrables familles de ce pays d’Amérique du Sud se sont appauvries et ne peuvent plus subvenir à leurs besoins. Plusieurs millions de personnes ont quitté le pays et se sont réfugiés dans l’un des pays voisins.

Au Venezuela, de nombreux enfants souffrent de malnutrition. Les coupures d’électricité se prolongent sans cesse. Les soins médicaux dans le pays se sont partiellement effondrés – il y a un manque de médicaments et d’équipement médical.

La crise humanitaire dramatique du Venezuela se poursuit en 2022 et est exacerbée par la pandémie de COVID-19. Selon les recherches actuelles, un total d’environ sept millions de personnes dépendent de l’aide humanitaire, dont 3,2 millions d’enfants.

Au Myanmar (Birmanie), 14 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire

À quand remonte la dernière fois que vous avez entendu parler du Myanmar ? Peut-être en février 2021, lorsque les élections parlementaires ont été suivies d’un coup d’Etat militaire, qui a lui-même été suivi de manifestations. Depuis, la crise n’a fait que s’intensifier.

Avant ces évènements, l’ONU estimait qu’environ un million de personnes au Myanmar avaient besoin d’une aide humanitaire. Aujourd’hui, on estime ce chiffre à 14,4 millions de personnes, dont cinq millions d’enfants

Les raisons sont une combinaison dramatique de crise politique, d’escalade de la violence, des conséquences de la pandémie de COVID-19 et des catastrophes naturelles, en partie dues au changement climatique. La pauvreté est plus élevée qu’elle ne l’a été depuis des années, un quart de la population ne sait pas quand elle prendra son prochain repas.

En 2021, la situation dans les camps de réfugiés rohingyas s’est à nouveau détériorée à cause de la mousson et du Covid-19.

 

Au Yémen, sept ans de guerre ont aggravé la faim

De plus en plus de personnes au Yémen souffrent de la faim et n’ont souvent qu’un seul repas par jour. La famine aiguë atteint des niveaux sans précédent dans un contexte de grave déficit de financement

Les pénuries de carburant exacerbent la crise humanitaire.

Pour les enfants, le risque de tomber malade est particulièrement élevé s’ils ne reçoivent pas suffisamment de nutriments essentiels. Plus de deux millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent déjà de malnutrition aiguë au Yémen – plus de 500 000 d’entre eux sont en danger de mort. 

En Syrie, pas de paix en vue

La guerre en Syrie se poursuit depuis onze ans. De nombreuses régions du pays sont en ruines et sont contaminées par des mines terrestres et des restes explosifs de guerre. Rien que l’année dernière, près de 900 enfants ont été tués ou blessés, selon les chiffres officiels des Nations Unies.

Les prix des denrées alimentaires ont augmenté à Idlib et dans le nord d’Alep en mars : le prix d’un litre d’huile de cuisson a augmenté de 45% en quatre semaines. Le prix de l’agneau et du poulet a augmenté de 25 à 45%. La majeure partie de l’électricité de la région provient de la Turquie. Les prix du carburant n’ont cessé d’augmenter et le prix de l’électricité a déjà augmenté de 125% depuis janvier.

La hausse des prix a un impact sur les coûts de production locaux des produits de base, ainsi que sur les services et les produits agricoles. Déjà touchées par la pandémie de COVID-19 et par la détérioration de l’économie, les petites entreprises risquent de fermer en raison de l’inflation élevée, ce qui affaiblit encore la reprise économique, aggrave le chômage existant et augmente la pauvreté.

 La Somalie au bord de la famine

La Somalie connaît actuellement l’une des pires sécheresses depuis des décennies. Dans certaines régions, la saison des pluies n’a pas été bonne pour la troisième fois consécutive, les sols se sont asséchés et l’eau potable fait défaut.

Selon les estimations actuelles, six millions de personnes en Somalie souffrent déjà d’une insécurité alimentaire extrême, soit environ 40% de la population et plus de deux fois plus de personnes qu’au début de l’année. La famille est imminente dans six régions et des fonds supplémentaires sont nécessaires de toute urgence pour l’éviter.

 

Derniers articles

France et Monaco

4,258FansLike
5,177FollowersFollow

Belgique et Luxembourg

2,869FansLike