A-Z Index

L’ONU et la guerre en Ukraine : les principales informations

Ce qu’il faut savoir de la réponse des Nations Unies à la guerre en Ukraine
Tous les liens utiles

Mise à jour le 18 août 2022

L’invasion russe, réactions de l’ONU

  • La Russie a lancé dans la nuit du 23 au 24 février 2022 une offensive militaire sur l’Ukraine. L’ONU considère que cette attaque est une violation de l’intégrité du territoire et de la souveraineté de l’Ukraine. Elle est contraire aux principes de la Charte des Nations Unies.
  • Le Secrétaire général de l’ONU nomme le 25 février Amin Awad au poste de Coordonnateur des Nations Unies pour la crise en Ukraine.
  • Le procureur de la Cour pénale internationale ouvre une enquête pour crimes de guerres et crimes contre l’humanité le 28 février.
  • Le 2 mars, l’Assemblée générale adopte une résolution déplorant « l’agression » commise par la Russie contre l’Ukraine (141 voix pour, 5 contre et 35 abstentions).
  • Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU adopte le 4 mars une résolution appelant au retrait « rapide et vérifiable » des troupes russes et des groupes armés soutenus par la Russie de la totalité du territoire de l’Ukraine.
  • Le Conseil des droits de l’homme décide le 5 mars d’établir d’urgence une commission d’enquête internationale indépendante chargée d’enquêter sur toutes les violations présumées des droits de l’homme dans le contexte de l’agression de la Fédération de Russie contre l’Ukraine.
  • La Cour internationale de justice ordonne le 16 mars à la Russie de suspendre immédiatement ses opérations militaires en Ukraine.
  • Le 24 mars, l’Assemblée générale de l’ONU adopte une résolution sur les conséquences humanitaires de la guerre en Ukraine, dans laquelle elle exige un arrêt « immédiat » des hostilités par la Russie contre l’Ukraine (140 voix pour, 5 contre et 38 abstentions).
  • Les Nations Unies nomment le 30 mars trois experts des droits de l’homme devant mener une enquête sur d’éventuelles violations du droit international commises pendant le conflit en Ukraine.
  • La cheffe des droits de l’homme de l’ONU s’est dite « horrifiée », lundi 4 avril, par les images des corps gisant dans la ville ukrainienne de Boutcha, découverts après le retrait des troupes russes, évoquant de « possibles crimes de guerre et atteintes graves au droit international ».
  • L’Assemblée générale adopte le 7 avril une résolution par laquelle elle suspend la Russie du Conseil des droits de l’homme.
  • Fin avril, le Secrétaire général de l’ONU s’est rendu en Russie et en Ukraine.
  • L’Assemblée générale de l’ONU a adopté le 26 avril 2022 une nouvelle résolution demandant aux cinq membres permanents du Conseil de sécurité de justifier leur recours au veto
  • Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté le 6 mai 2022 une déclaration dans laquelle il apporte son ferme soutien aux efforts déployés par le Secrétaire général pour parvenir à une solution pacifique en Ukraine. Le Secrétaire général s’est félicité que pour la première fois le Conseil de sécurité parle d’une seule voix pour la paix en Ukraine.
  • Le Conseil des droits de l’homme a approuvé le 12 mai lors d’une session extraordinaire sur l’Ukraine une résolution demandant l’ouverture d’une enquête sur les atrocités reprochées aux troupes d’occupation russes.
  • La Directrice générale de l’UNESCO a condamné le meurtre du journaliste français Frédéric Leclerc-Imhoff, survenu le 30 mai, alors qu’il couvrait pour la chaine de télévision BFMTV une opération d’évacuation de civils près de la ville ukrainienne de Sievierodonetsk.
  • Le Coordonnateur des Nations Unies pour l’Ukraine a estimé au 100ème jour de l’invasion russe en Ukraine que la guerre n’aura pas de vainqueur.
  • La Haute-Commissaire aux droits de l’homme a déclaré à l’ouverture de la 50ème session du Conseil des droits de l’homme que la guerre en Ukraine laissera des traces sur des générations et qu’une crise alimentaire, énergétique et financière mondiale menace la planète.
  • Un accord a été obtenu le 22 juillet sous l’égide de l’ONU afin de permettre la reprise des exportations de céréales ukrainiennes. Ce plan aidera à stabiliser la flambée des prix des denrées alimentaires dans le monde et à éviter la famine, qui touche des millions de personnes.
  • Le premier chargement de céréale ukrainien a quitté le port d’Odessa le 1er août. Le chef de l’ONU, M.Guterres a salué un premier cargo « chargé de maïs et d’espoir ». Ce cargo est un espoir « pour des millions de personnes dans le monde qui dépendent du bon fonctionnement des sports ukrainiens pour nourrir leurs familles » a t’il poursuivi.
  • Le Secrétaire général sera à Lviv le 18 août pour participer à une réunion trilatérale avec le Président turc Recep Tayyip Erdogan et le Président ukrainien Volodymyr Zelensky. Il se rendra ensuite à Odessa où se trouve l’un des trois ports utilisés dans le cadre de l’initiative « Black Sea Grain » (accord sur la reprise des exportations de céréales ukrainiennes via la mer Noire).

Appel humanitaire d’urgence

  • Les Nations Unies et ses partenaires humanitaires ont lancé le 1er mars des appels d’urgence coordonnés pour un montant total de 1,7 milliard de dollars afin d’apporter une aide humanitaire d’urgence aux personnes en Ukraine et aux réfugiés dans les pays voisins.
  • Le 26 avril, face à l’aggravation de la crise en Ukraine, l’ONU a doublé son appel d’urgence, portant le total à 2,24 milliards de dollars.
  • A ce jour, l’appel éclair est financé à hauteur de 86%.
  • L’ONU et ses partenaires ont apporté à plus de 8,1 millions de personnes une aide humanitaire et une protection depuis le début de la guerre. A ce jour, plus de 6,7 millions de personnes ont reçu une aide alimentaire et près de 1,7 million une aide en argent liquide.
  • Les Nations Unies et leurs partenaires humanitaires sont en quête de 226 millions de dollars supplémentaires pour préparer l’arrivée de l’hiver en Ukraine. Ces fonds permettront aux organismes humanitaires d’entamer les activités d’achat, de distribution et de réparation critiques. L’objectif est de fournir une aide à 1,7 million de personnes avant la saison d’hiver 2022/2023.

Priorité à la protection des civils

Une jeune fille dans un abri anti-bombes dans le sous-sol de son école dans l'Oblast de Donetsk, en Ukraine. (archive © UNICEF/Ashley Gilbertson )
Une jeune fille dans un abri anti-bombes dans le sous-sol de son école dans l’Oblast de Donetsk, en Ukraine. © UNICEF/Ashley Gilbertson

La plus grande crise de réfugiés en Europe de ce siècle

  • Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a estimé que plus de 8,9 millions de personne ont fui l’Ukraine et plus de 8 millions d’Ukrainiens sont déplacées à l’intérieur du pays. Il s’agit du mouvement de population forcé le plus rapide depuis la Seconde Guerre mondiale.
  • Selon l’UNICEF, chaque seconde qui passe, un enfant ukrainien devient un réfugié.
  • Il est important que la solidarité envers les victimes de cette guerre s’étende sans aucune discrimination. Toutes les personnes, quelles que soient leur race, leur ethnie, leur religion ou leur culture, doivent bénéficier du même traitement et de la même protection.
  • Au 8 mars, les agences des Nations Unies étaient présentes dans chacun des 24 oblasts du pays et avaient apporté une assistance humanitaire vitale à 2,1 millions de personnes en Ukraine
  • Le Programme alimentaire mondial (PAM) a fourni une aide alimentaire d’urgence ou de l’argent à 2,6 millions de personnes en Ukraine et s’efforce d’atteindre 4,8 millions de personnes chaque mois.

Installations nucléaires

  • Les centrales nucléaires ne devraient jamais être visées par des opérations militaires. Les opérations militaires autour des sites nucléaires et autres infrastructures civiles critiques sont inacceptables, hautement irresponsables et contraires au droit humanitaire international. 
  • L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) suit de près l’évolution de la situation.
  • « Les opérations militaires autour des sites nucléaires et d’autres infrastructures civiles critiques sont non seulement inacceptables mais aussi hautement irresponsables », a déclaré Rosemary DiCarlo, la cheffe des affaires politiques de l’ONU, devant les quinze membres du Conseil.

Sécurité alimentaire

Selon le Fonds international de développement agricole, la guerre en Ukraine met en péril les approvisionnements mondiaux des céréales et la sécurité alimentaire.

La FAO a averti que les perturbations subies par la production et les filières d’approvisionnement et d’acheminement des céréales et des graines oléagineuses, et les restrictions imposées aux exportations de la Russie, auront des répercussions sensibles sur la sécurité alimentaire. 8 à 13 millions de personnes supplémentaires pourraient souffrir de sous-nutrition dans le monde si les exportations alimentaires de l’Ukraine et de la Russie étaient durablement empêchées du fait de la guerre.

Le Secrétaire général de l’ONU a mis en garde contre un « ouragan de famine » et un « effondrement du système alimentaire mondial ».

Plus de trois mois après le début de la guerre en Ukraine, le Secrétaire général a prévenu que la guerre en Ukraine menace de déclencher une vague sans précédent de faim et de misère dans le monde. Les populations du monde entier sont confrontées à une crise du coût de la vie jamais vue depuis plus d’une génération.

En savoir plus

Derniers articles sur l'Ukraine

France et Monaco

4,258FansJ'aime
5,248SuiveursSuivre

Belgique et Luxembourg

2,869FansJ'aime