A-Z Index

L’ONU et la guerre en Ukraine : les principales informations

Ce qu’il faut savoir de la réponse des Nations Unies à la guerre en Ukraine
Tous les liens utiles

Mise à jour le 12 mai 2022

L’invasion russe, réactions de l’ONU

  • La Russie a lancé dans la nuit du 23 au 24 février 2022 une offensive militaire sur l’Ukraine. L’ONU considère que cette attaque est une violation de l’intégrité du territoire et de la souveraineté de l’Ukraine. Elle est contraire aux principes de la Charte des Nations Unies.
  • Les principes de la Charte des Nations Unies ne peuvent être appliqués de manière sélective. Les Etats Membres les ont tous acceptés et ils doivent les appliquer tous.
  • Le Secrétaire général de l’ONU nomme le 25 février Amin Awad au poste de Coordonnateur des Nations Unies pour la crise en Ukraine.
  • Le procureur de la Cour pénale internationale ouvre une enquête pour crimes de guerres et crimes contre l’humanité le 28 février.
  • Le 2 mars, l’Assemblée générale adopte une résolution déplorant « l’agression » commise par la Russie contre l’Ukraine (141 voix pour, 5 contre et 35 abstentions).
  • Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU adopte le 4 mars une résolution appelant au retrait « rapide et vérifiable » des troupes russes et des groupes armés soutenus par la Russie de la totalité du territoire de l’Ukraine.
  • Le Conseil des droits de l’homme décide le 5 mars d’établir d’urgence une commission d’enquête internationale indépendante chargée d’enquêter sur toutes les violations présumées des droits de l’homme dans le contexte de l’agression de la Fédération de Russie contre l’Ukraine.
  • La Cour internationale de justice ordonne le 16 mars à la Russie de suspendre immédiatement ses opérations militaires en Ukraine.
  • Le 24 mars, l’Assemblée générale des Nations Unies adopte une résolution sur les conséquences humanitaires de la guerre en Ukraine, dans laquelle elle exige un arrêt « immédiat » des hostilités par la Russie contre l’Ukraine (140 voix pour, 5 contre et 38 abstentions).
  • Le Secrétaire général de l’ONU annonce le 28 mars qu’il chargeait le chef de l’humanitaire des Nations Unies d’explorer immédiatement avec les parties concernées les accords et arrangements possibles pour un cessez-le-feu humanitaire en Ukraine.
  • Les Nations Unies nomment le 30 mars trois experts des droits de l’homme devant mener une enquête sur d’éventuelles violations du droit international commises pendant le conflit en Ukraine.
  • La cheffe des droits de l’homme de l’ONU s’est dite « horrifiée », lundi 4 avril, par les images des corps gisant dans la ville ukrainienne de Boutcha, découverts après le retrait des troupes russes, évoquant de « possibles crimes de guerre et atteintes graves au droit international ».
  • Le Président ukrainien s’est exprimé devant le Conseil de sécurité le 5 avril et l’a mis  au défi soit de faire sortir la fédération de Russie du Conseil afin qu’elle ne puisse plus bloquer les décisions prises au sujet de sa propre agression, soit de simplement se « dissoudre complètement ». Lire
  • L’Assemblée générale adopte le 7 avril une résolution par laquelle elle suspend la Russie du Conseil des droits de l’homme.
  • Fin avril, le Secrétaire général de l’ONU s’est rendu en Russie et en Ukraine.
  • L’Assemblée générale de l’ONU a adopté le 26 avril 2022 une nouvelle résolution demandant aux cinq membres permanents du Conseil de sécurité de justifier leur recours au veto
  • Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté le 6 mai 2022 une déclaration dans laquelle il apporte son ferme soutien aux efforts déployés par le Secrétaire général pour parvenir à une solution pacifique en Ukraine. Le Secrétaire général s’est félicité que pour la première fois le Conseil de sécurité parle d’une seule voix pour la paix en Ukraine.

Appel humanitaire d’urgence

  • Les Nations Unies et ses partenaires humanitaires ont lancé le 1er mars des appels d’urgence coordonnés pour un montant total de 1,7 milliard de dollars afin d’apporter une aide humanitaire d’urgence aux personnes en Ukraine et aux réfugiés dans les pays voisins. Au 25 avril, cet appel était financé à hauteur de 70%.
  • Le 26 avril, face à l’aggravation de la crise en Ukraine, l’ONU a doublé son appel d’urgence, portant le total à 2,25 milliards de dollars. Jusqu’à présent, le soutien des donateurs, d’un montant de 980 millions de dollars, a permis aux Nations Unies et à ses partenaires d’apporter une aide humanitaire à 3,4 millions de personnes en Ukraine. Avec les besoins révisés, cela donne une couverture de financement de 44 %. Le nombre estimé de personnes ayant besoin d’une aide humanitaire a également augmenté, passant de 12 millions à 15,7 millions à l’intérieur du pays.
  • L’ONU et ses partenaires ont offert à plus de 4,1 millions de personnes une aide humanitaire et une protection depuis le début de la guerre.

Priorité à la protection des civils

  • L’ONU fait de la protection des civils sa priorité et intensifie ses opérations humanitaires à l’intérieur et autour de l’Ukraine. L’ONU a besoin d’un accès sûr et sans entrave à toutes les zones touchées par l’offensive militaire de la Russie. Il est urgent d’établir un passage sûr pour les fournitures médicales et le personnel de santé qui sauvent des vies.
  • S’adressant au Conseil de sécurité depuis Genève, le coordinateur des secours d’urgence, Martin Griffiths, a déclaré mardi 5 avril que plus d’un quart de la population ukrainienne avait fui. « Des conditions périlleuses entravent nos efforts pour accéder aux civils – ou pour qu’ils puissent accéder à nous », a-t-il souligné.
  • L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a condamné fermement les actes de violence contre les centres de santé, qui sont des violations du droit international humanitaire et des droits de l’homme. L’OMS a authentifié 160 attaques contre les soins de santé depuis le début de la guerre.
  • La cheffe des affaires politiques de l’ONU a averti vendredi 11 mars le Conseil de sécurité que les attaques directes contre des civils et des biens de caractère civil sont interdites par le droit international et peuvent constituer des crimes de guerre.
  • Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme a dénoncé vendredi 11 mars l’utilisation en Ukraine de bombes à sous-munitions russes qui ont tué des civils.
  • Selon le Haut-Commissariat aux droits de l’homme, 7326 victimes civiles ont été enregistrées, dont 3541 morts. Le chiffre réel pourrait être considérablement plus élevé à mesure que les victimes signalées sont confirmées. Des dizaines de millions de personnes sont en « danger de mort potentiel ».
Une jeune fille dans un abri anti-bombes dans le sous-sol de son école dans l'Oblast de Donetsk, en Ukraine. (archive © UNICEF/Ashley Gilbertson )
Une jeune fille dans un abri anti-bombes dans le sous-sol de son école dans l’Oblast de Donetsk, en Ukraine. © UNICEF/Ashley Gilbertson

La plus grande crise de réfugiés en Europe de ce siècle

  • Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a estimé que plus de 5,9 millions de personne ont fui l’Ukraine et plus de 8 millions d’Ukrainiens sont déplacées à l’intérieur du pays. Il s’agit du mouvement de population forcé le plus rapide depuis la Seconde Guerre mondiale.
  • Selon l’UNICEF, chaque seconde qui passe, un enfant ukrainien devient un réfugié.
  • Il est important que la solidarité envers les victimes de cette guerre s’étende sans aucune discrimination. Toutes les personnes, quelles que soient leur race, leur ethnie, leur religion ou leur culture, doivent bénéficier du même traitement et de la même protection.
  • Au 8 mars, les agences des Nations Unies étaient présentes dans chacun des 24 oblasts du pays et avaient apporté une assistance humanitaire vitale à 2,1 millions de personnes en Ukraine
  • L’UNICEF intensifie ses efforts afin de venir en aide aux centaines de milliers d’enfants qui, des deux côtés de la ligne de contact, souffrent quotidiennement des conséquences du conflit armé.
  • Le Programme alimentaire mondial (PAM) renforce ses opérations pour atteindre jusqu’à 3,1 millions de civils par le biais de transferts en espèces et de distributions de nourriture en nature si nécessaire. Le personnel du PAM à Kiev indique que les réserves alimentaires sont en train de s’épuiser, les rayons des épiceries étant presque vides. L’agence prévoit de fournir une assistance sous forme de distributions de nourriture en nature, d’argent liquide à usages multiples et de bons alimentaires utilisables dans certains magasins.
  • En date du 7 avril, l’OMS a livré plus de 185 tonnes de fournitures médicales dans les zones les plus durement touchées du pays, permettant ainsi à un demi-million de personnes de bénéficier de matériel de traumatologie, de chirurgie et de soins de santé primaires. 125 tonnes supplémentaires d’articles de première nécessité sont également en cours d’acheminement.

Un conflit aux conséquences humanitaires désastreuses

Installations nucléaires

  • Les centrales nucléaires ne devraient jamais être visées par des opérations militaires. Les opérations militaires autour des sites nucléaires et autres infrastructures civiles critiques sont inacceptables, hautement irresponsables et contraires au droit humanitaire international. 
  • L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) suit de près l’évolution de la situation.
  • « Les opérations militaires autour des sites nucléaires et d’autres infrastructures civiles critiques sont non seulement inacceptables mais aussi hautement irresponsables », a déclaré Rosemary DiCarlo, la cheffe des affaires politiques de l’ONU, devant les quinze membres du Conseil.

Sécurité alimentaire

Selon le Fonds international de développement agricole, la guerre en Ukraine met en péril les approvisionnements mondiaux des céréales et la sécurité alimentaire.

La FAO a averti que les perturbations subies par la production et les filières d’approvisionnement et d’acheminement des céréales et des graines oléagineuses, et les restrictions imposées aux exportations de la Russie, auront des répercussions sensibles sur la sécurité alimentaire. 8 à 13 millions de personnes supplémentaires pourraient souffrir de sous-nutrition dans le monde si les exportations alimentaires de l’Ukraine et de la Russie étaient durablement empêchées du fait de la guerre.

Le Secrétaire général de l’ONU a mis en garde contre un « ouragan de famine » et un « effondrement du système alimentaire mondial ».

En savoir plus

Questions fréquemment posées 

  • Comment se décide le déploiement de Casques Bleus ?

Le Conseil de sécurité de l’ONU détient la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationale.

À ce titre, il peut décider de déployer des opérations de paix par le biais de différents mandats pour empêcher le déclenchement d’un conflit ou sa propagation, stabiliser un conflit après un cessez-le-feu, ou encore aider à la transition vers un gouvernement stable et démocratique.

Le déploiement d’une mission de paix de l’ONU ne peut intervenir que dans le cadre d’un mandat voté à l’unanimité par le Conseil de sécurité.

Le Conseil de sécurité se compose de 15 membres, dont 5 membres permanents – Chine, Etats-Unis, Fédération de Russie, France et Royaume-Uni – et 10 membres élus par l’Assemblée générale pour une période de deux ans.

 Les 5 membres permanents ont un droit de veto. C’est à dire qu’il suffit que l’un des cinq membres permanents émette un vote négatif pour qu’une résolution ou une décision ne puisse être adoptée.

  • Comment soutenir les Ukrainiens ?

De nombreux appels de fonds ont lieu actuellement pour venir en aide aux Ukrainiens dans leur pays ou aux réfugiés. Attention cependant aux fraudes et arnaques qui fleurissent notamment via les réseaux sociaux. Il est prudent lorsque l’on veut donner de s’assurer que l’organisation qui collecte est sérieuse, reconnue et fera le meilleur usage des dons.

Vous pouvez contribuer aux efforts humanitaires en toute sécurité en soutenant les agences des Nations Unies suivantes :

Aide d’urgence

UNITED NATIONS CRISIS RELIEF | Votre don aidera les Nations Unies et les partenaires humanitaires opérant en Ukraine par le biais du Fonds humanitaire pour l’Ukraine – l’un des moyens les plus rapides et les plus efficaces de soutenir directement l’aide humanitaire urgente sur le terrain.

Réfugiés/déplacés

HCR | Le Haut-Commissariat aux réfugiés déjà présent sur le terrain, a intensifié ses opérations en Ukraine et dans les pays voisins pour venir en aide aux populations forcées de fuir. Votre soutien peut contribuer à mettre à l’abri et protéger les civils déplacés.  

OIM | L’Organisation internationale pour les Migrations, présente en Ukraine depuis 1996, s’engage à rester et à fournir une aide vitale aux personnes fuyant le pays, aux déplacés internes, aux migrants et aux ressortissants de pays tiers. L’Organisation est prête à répondre aux besoins humanitaires émergents dans le pays et dans la région.

Enfants

UNICEF | L’UNICEF intensifie ses efforts pour atténuer des souffrances extrêmes chez les enfants et répondre aux besoins les plus urgents dans les domaines de l’eau potable, des soins de santé, de l’éducation, de la nutrition et de la protection.

Assistance alimentaire

PAM | Le Programme alimentaire mondial a lancé une opération d’urgence pour fournir une aide alimentaire aux personnes fuyant le conflit en Ukraine et dans les pays voisins.

Femmes et enfants

FNUAP | le Fond des Nations Unies pour la Population promeut l’égalité des sexes, la santé reproductive et l’autonomisation des jeunes.

OMS | Votre contribution à l’Organisation mondiale de la Santé servira directement à fournir des soins de santé urgents aux personnes touchées par cette crise en Ukraine et aux réfugiés des pays voisins.

 

 

 

Derniers articles

France et Monaco

4,258FansLike
5,173FollowersFollow

Belgique et Luxembourg

2,869FansLike