A-Z Index

Sommet ambition climat : besoin urgent de nouveaux engagements

Cinq ans après l’adoption de l’Accord de Paris visant à limiter les effets du réchauffement climatique, les Nations Unies exhortent les pays à prendre de nouveaux engagements importants pour réduire les émissions et à prendre des mesures concrètes pour empêcher les hausses de température qui menacent la planète.

Les Nations Unies, le Royaume-Uni et la France organisent conjointement le « Climate ambition summit », le 12 décembre, afin de prendre de nouveaux engagements concrets à moins d’un an de la COP26, qui doit avoir lieu à Glasgow en novembre 2021.

Ce sommet intervient alors que l’Union européenne, le Royaume-Uni et plus de 100 pays se sont engagés à devenir neutres en carbone d’ici 2050. Les dirigeants européens ont de leur côté approuvé un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55 % d’ici 2030.

Coalition mondiale pour la neutralité carbone

Dans un discours prononcé vendredi devant le Forum du prix Nobel de la paix, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a averti que « sans action urgente, nous pourrions nous diriger vers une augmentation catastrophique de la température de 3 à 5 degrés Celsius au cours de ce siècle ».

Le Secrétaire général a fixé comme objectif central pour 2021 la mise en place d’une coalition mondiale pour la neutralité carbone et encourage les principaux émetteurs de carbone à prendre des mesures décisives dès maintenant.

« Chaque pays, ville, institution financière et entreprise devrait adopter des plans pour passer à des émissions nettes zéro d’ici 2050 », a déclaré le Secrétaire général dans son allocution au Forum du prix Nobel de la paix.

 Augmentation catastrophique des températures

Un rapport 2020 du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), publié cette semaine, avertit que bien que les émissions de gaz à effet de serre aient diminué en raison des périodes de confinement pendant la pandémie COVID-19, le monde « se dirige toujours vers une augmentation catastrophique de la température de plus de 3 degrés Celsius au cours du siècle ».

Une telle augmentation de la température dépasserait de loin les objectifs de l’Accord de Paris de 2015, qui préconise des efforts pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2 degrés Celsius et de préférence en dessous de 1,5 degré.

Au début de ce mois, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a annoncé que 2020 serait l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées et que 2011-2020 serait la décennie la plus chaude jamais enregistrée.

Lors du sommet en ligne « Climate ambition », qui, outre ses co-organisateurs, se tient en partenariat avec le Chili et l’Italie, les pays devraient clairement exposer leurs nouveaux engagements en matière d’atténuation, d’adaptation et de financement dans leurs contributions nationales déterminées (NDC).

Plus d’un quart des 77 chefs d’Etat et de gouvernement dont la participation a été confirmée viennent d’Europe.

Malgré les sombres perspectives climatiques, le Sous-secrétaire général de l’ONU, Selwin Hart, qui dirige l’équipe pour l’action climatique, a noté que « de plus en plus de pays reconnaissent la nécessité d’une action urgente et ambitieuse » et que le but du sommet est « de créer une dynamique encore plus forte à l’approche de 2021 ».

L’objectif explicite de la prochaine Conférence climat des Nations Unies (COP26), qui a été reportée cette année en raison de la COVID-19 et qui se tiendra en novembre 2021 à Glasgow, est d’accélérer les actions pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

 

 

 

 

 

Derniers articles

France et Monaco

4,255FansJ'aime
4,756SuiveursSuivre

Belgique et Luxembourg

2,862FansJ'aime