COVID-19 : répondre d’urgence à la flambée de violences domestiques (OMS Europe)

Alors que les violences domestiques, essentiellement contre les femmes et les enfants, ont flambé pendant le confinement dans de nombreux pays de la zone, l’OMS Europe recommande aux gouvernements de prendre des mesures en urgence pour prévenir ces violences, protéger et prendre en charge les victimes.

« Les faits montrent que la violence interpersonnelle a tendance à augmenter dans tous les types d’urgence. Cela nécessite une action urgente de notre part », a déclaré Hans Kluge, directeur de l’OMS Europe, lors d’une conférence de presse virtuelle.

De nombreux pays de la zone Europe, dont la Belgique, la Bulgarie, la France, l’Irlande, la Fédération de Russie, l’Espagne, le Royaume-Uni et d’autres, font état d’une augmentation des violences infligées par un proche contre les femmes et les hommes, et contre les enfants.

Hausse de 60% des appels d’urgence

Les Etats membres de l’OMS Europe ont enregistré une hausse de 60% des appels d’urgence de femmes victimes ou menacées de violences de la part de leur partenaire, comparé à avril 2019. Les demandes de renseignements sur internet ou les appels aux services chargés de la prévention de ces violences ont été multipliées par cinq.

Avant même cette pandémie de coronavirus COVID-19 et le confinement adopté par de nombreux pays, une femme sur quatre et un enfant sur trois étaient victimes de violences physiques et/ou sexuelles pendant sa vie, a rappelé Hans Kluge.

Alors que la grande majorité des écoles sont fermées, les enfants à risque échappent aux radars des secteurs éducatif et social. L’accès aux services de prévention et de protection est limité actuellement. « En situation de confinement, les femmes et les enfants sont hors de vue de la société, mais plus exposés aux agresseurs à la maison », indique l’OMS.

Agir n’est pas une option mais une obligation morale

 Le directeur de l’OMS Europe a lancé trois messages :

  • Aux gouvernements et aux autorités locales : « Ce ne devrait pas être une option mais une obligation morale de faire en sorte que les services qui traitent des violences domestiques soient disponibles et aient les ressources nécessaires, et que les numéros d’urgence et services en ligne soient renforcés ».
  • Aux communautés et au grand public : « La violence n’est pas une affaire privée. Restez ou entrez en contact avec vos voisins, connaissances, avec votre famille et vos amis, soutenez-les. Si vous êtes au courant de quelque chose, dites-le ! »
  • A ceux qui sont victimes de violences : « La violence contre vous n’est jamais votre faute, jamais ! Votre maison doit être un lieu de sécurité. Prenez contact, en prenant des précautions, avec vos proches, amis, avec les associations qui ont à cœur votre sécurité ».

« La violence, quelle qu’en soit la nature et les circonstances, à l’encontre des femmes, des hommes, des enfants ou des populations âgées, ne doit pas être tolérée », a ajouté M. Kluge.

Il a noté que certains pays ont pris des mesures dans ce sens. L’Italie dispose d’une application permettant de demander de l’aide sans avoir à téléphoner. En Espagne et en France, les pharmaciens peuvent être alertés par de discrets messages codés connus des victimes. En France et en Belgique, des hôtels ont été transformés en refuges pour les victimes. Le Groenland a limité la vente d’alcool afin de rendre l’environnement domestique plus sûr pour les enfants. « Nous devons partager ces expériences et nous en inspirer, a déclaré M. Kluge.

L’OMS a publié des recommandations destinées aux services de santé pour traiter cette question. Dans les jours prochains, l’OMS va également rendre publique une liste d’actions à mettre en œuvre maintenant et dans le futur pour répondre à cette augmentation des violences contre les femmes, les enfants, les hommes ou les personnes âgées. « Il n’y a pas de solution unique. Il doit s’agir d’une réponse intersectorielle », a insisté le directeur de l’OMS Europe.

« Nous pouvons prévenir ces violences, elles ne sont pas inévitables », a conclu M. Kluge.

Derniers articles

France et Monaco

4,258FansLike
5,015FollowersFollow

Belgique et Luxembourg

2,869FansLike