A-Z Index

Des entreprises belges ouvrent la voie vers l’égalité des genres

« Série #SDGactors », les acteurs du développement durable

Quel rôle les entreprises peuvent-elles jouer dans la promotion de l’égalité entre les sexes, l’Objectif de développement durable (ODD) n° 5 ? A l’occasion des 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre, UNRIC a interviewé deux entreprises belges qui ont décidé de mettre la réalisation de cet objectif au cœur de leurs stratégies commerciales.

Pour TB Manifesto, une marque de tatouages temporaires, l’activisme pour les droits des femmes fait partie du principal message de son entreprise. Sitra, une entreprise de transport de denrées alimentaires, soutient des campagnes en faveur des droits des femmes.

Le féminisme dans la peau

TB Manifesto se définit comme « fun, féministe et inclusive ». A travers de ses tatouages rétro, sa créatrice Lulendo Dikenda a voulu défendre la question du corps de la femme dans la société.

« Le corps des femmes est toujours perçu de façon non-neutre. Que l’on soit habillé de façon très prude ou alors très dévêtue, que l’on se tienne d’une certaine manière, ça renvoie un message qui souvent nous échappe », explique-t-elle.

Tatoo of TB Manifesto
©Siham Bouzerda

Ses tatouages, révélant des messages féministes, permettent dès lors aux femmes de se réapproprier et de reprendre le contrôle de leur corps. Via cet outil de communication, les personnes qui les arborent, que ce soient des hommes ou des femmes, peuvent aussi montrer leur engagement pour les droits et les libertés de la femme.

La créatrice a aussi souhaité créer une marque inclusive, pour que chacun puisse porter ses tatouages quelle que soit sa couleur de peau. « Étant moi-même d’une couleur de peau foncée, je me suis rendu compte qu’il y avait une espèce de pauvreté, dans les moteurs de recherche, lorsqu’il était question de montrer des modèles de tatouage jolis sur peau foncée. Il était hors de question que je passe à côté de ce manque-là. » Elle a donc choisi d’utiliser une encre bleu nuit pour la réalisation de ses tatouages, pouvant convenir à toutes les nuances de peau.

En route pour l’égalité des genres

Sitra, une entreprise de transport qui déclare « mettre tout en œuvre pour minimiser son impact sur l’environnement, la durabilité faisant partie de son ADN », soutient sur son site web et ses réseaux sociaux, la Campagne « Orangez le Monde » d’ONU femmes.

« Le secteur du transport et de la logistique est encore trop souvent considéré comme un monde d’hommes et nous essayons de changer cela, » nous explique Jens Six, conseiller juridique de Sitra. « Nous ne voulons qu’encourager davantage l’émancipation des femmes et sensibiliser le public à cette question. »

Sitra team
Personnel de Sitra © Sitra Group

Non seulement pendant les 16 jours d’activisme, mais aussi tout au long de l’année, Sitra défend une politique inclusive où « chacun a le droit d’être respecté et traité sur un pied d’égalité ». L’entreprise est persuadée que les femmes doivent être également représentées, entendues et respectées dans le monde des affaires. « Ces dernières années, nous avons accueilli de nombreuses collègues féminines dans notre équipe et nous en sommes fiers. Les femmes sont bien représentées dans tous les départements et dans tous les pays, de la comptabilité à l’expédition, en passant par les ressources humaines et la direction. »

Un combat caché au cœur de la tempête

Entre la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et la Journée des droits de l’homme, la Campagne « Orangez Le Monde », tente de sensibiliser le public à la question de la violence faite aux femmes. Pendant 16 jours, le monde s’habille en orange pour dénoncer ces injustices et les chiffres alarmants qu’ONU-Femmes a publiés le 24 novembre dernier.

Un sombre constat en ressort, la pandémie de la COVID-19 a intensifié les violences à l’égard des femmes. Actuellement en Europe, 1 femme sur 3 a subi une forme de violence physique et/ou sexuelle depuis l’âge de 15 ans.

« La violence à l’égard des femmes et des filles reste la violation des droits humains la plus répandue et la plus pressante qui soit. À la fois crime odieux et urgence de santé publique, elle a de lourdes conséquences pour des millions de femmes et de filles partout dans le monde », a dénoncé le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres.

Le changement est plus que nécessaire, y compris dans le secteur privé. L’implication de celui-ci est cruciale si nous voulons réaliser les ODD d’ici 2030.

L’inclusion d’une organisation dans la série Benelux « SDGActors » du Centre régional d’information des Nations Unies (UNRIC) ne reflète en aucun cas les points de vue de UNRIC et n’implique pas son approbation.

 

En savoir plus :

Derniers articles

France et Monaco

4,258FansLike
5,104FollowersFollow

Belgique et Luxembourg

2,869FansLike