Série #SDGActors : en France, 60 festivals s’engagent à éliminer le plastique

Le 22 janvier dernier, 60 festivals à travers toute la France se sont engagés à organiser des événements zéro plastique ou en tout cas à éliminer au maximum l’usage de ce matériau qui détruit notre environnement, nos océans et menace notre santé.

Même si la France depuis le 1er janvier interdit les assiettes, gobelets ou couverts jetables (la loi ici) il reste encore de nombreux objets en plastique qui ne sont pas toujours recyclés voire pas recyclables du tout. Et un bon déchet reste un déchet que l’on ne produit pas.

Selon le Parlement européen, qui a voté en octobre 2018 l’interdiction des produits plastiques à usage unique, tels que les couverts, les cotons tiges, les assiettes, les pailles ou encore les touillettes à compter de 2021, ces derniers représentent 70% des détritus marins.

Femme qui danse en plein jour au milieu des tentes d’un festival
©Krists Luhaers on Unsplash

Inspiré des Britanniques de l’AIF (Association of Independent Festivals) et la RAW Foundation qui ont lancé « Drastic on Plastic » en 2018, et rassemblé une soixantaine de festival, plusieurs structures régionales en France ont décidé d’aider les organisateurs de festival à se débarrasser du plastique.

De la Bretagne à l’Occitanie en passant par l’Aquitaine, ils proposent des concerts, du théâtre, de la danse ou une autre forme d’art. Soixante festivals se sont déjà engagés dans l’initiative « Drastic on plastic  » en signant une charte « Zéro Plastique » lancée par le Collectif des Réseaux régionaux d’accompagnement au Développement Durable (R2D2).

« Nous accompagnons les festivals qui s’engagent. Nous proposons un guide disponible en ligne et des formations tout au long de l’année. Les organisateurs peuvent aussi suivre un MOOC « Festival en transition » gratuit et accessible à tous. De leurs côtés, ces derniers doivent rendre des comptes de leurs efforts et leurs progrès », explique Emilie Cherbonnel, chargée de communication du Collectif des festivals de Bretagne, membre de R2D2.

« Le public des festivals, très hétéroclite, est réceptif et ouvert aux nouvelles expérimentations. Ce qui est proposé sur place, qui démontre la prise de responsabilité des organisateurs de festival, peut servir d’exemple et de modèle pour inciter les citoyennes et citoyens à reproduire ces bonnes pratiques dans leur vie quotidienne », estime Emilie.

« Nous incitons les festivals par exemple à ne plus proposer de « goodies », ces cadeaux trop souvent en plastique offerts aux festivaliers, à installer des signalétiques en bois ou projetées, à mettre à disposition des fontaines pour remplir des gourdes et à bannir les bouteilles plastiques », poursuit-elle. Pour la restauration, même principe : pas d’emballage individuels, couverts compostables ou mieux réutilisables.

Le changement ne s’adresse pas qu’aux festivaliers, il en est de même pour les artistes et les techniciens, même s’il n’est pas facile d’éliminer tout le plastique de la partie technique comme le papier collant type gaffeur, ou les colsons, ces anneaux de plastiques qui servent à serrer des câbles.

« Il y a des solutions alternatives, réutilisables pour éliminer le plastique jetable. C’est plus coûteux, certes, même si à long terme cela peut être économique. Cela demande plus d’organisation, de la manutention, mais le coût ne doit pas être le seul indicateur à prendre en compte », assure Emilie.

Le dispositif Drastic on Plastic, visant la réduction des déchets plastique s’inscrit dans 3 des 17 ODD, Objectifs de développement durable adoptés en 2015 par les 193 Etats membres des Nations Unies.

L’ODD 12, Etablir des modes de consommation et de production durable (par une gestion durable des ressources naturelles et une réduction des déchets)

L’ODD 14, Protéger la vie aquatique (en prévenant et réduisant la pollution marine résultant des activités terrestres)

L’ODD 15 Protéger la faune et la flore terrestre (en préservant les écosystèmes terrestres et en limitant l’impact de nos déchets sur la faune et la flore)

Ces 17 ODD ont pour but d’éradiquer la pauvreté sous toutes ses formes et dans tous les pays, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous.

 

 

 

Derniers articles

France et Monaco

4,258FansJ'aime
5,379SuiveursSuivre

Belgique et Luxembourg

2,869FansJ'aime