La défenseure royale des ODD rencontre l’ONU à Bruxelles et effectue une visite virtuelle au Libéria

Sa Majesté la Reine des Belges a effectué, jeudi 23 septembre, une visite en personne à la Maison des Nations Unies à Bruxelles, siège de plusieurs agences, fonds et programmes des Nations Unies dans la capitale belge, ainsi qu’une visite virtuelle aux Nations Unies au Libéria.

Lors de sa rencontre avec les représentants des organisations de l’ONU à Bruxelles, la Reine Mathilde a discuté des principales priorités de l’ONU, et en particulier de la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD). Il s’agissait de la première visite de Sa Majesté à la Maison des Nations Unies, ainsi que de sa toute première visite virtuelle sur le terrain.

Sa Majesté la Reine des Belges en compagnie de représentants des Nations Unies à la Maison des Nations Unies à Bruxelles.

Défenseure des ODD

La Reine Mathilde a récemment été reconfirmée par le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, en tant que défenseure des ODD, un rôle qu’elle occupe depuis 2016, et pour lequel elle se concentre en particulier sur la santé mentale. Elle a planifié sa visite pour qu’elle coïncide avec la 76e session de l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU 76) à New York, et a discuté des questions à l’ordre du jour de l’AGNU 76 avec les chefs des agences des Nations Unies à Bruxelles.

« Nous voulons remercier Sa Majesté la Reine pour son soutien exceptionnel aux ODD, qui sont essentiels pour protéger nos peuples et notre planète et construire un avenir plus juste et plus vert », a déclaré Camilla Brückner, directrice du bureau de l’ONU/PNUD à Bruxelles à l’occasion de la visite de Sa Majesté. « Son rôle de défenseure des ODD est plus important que jamais. Alors que moins de dix ans nous séparent de 2030, et que la crise du COVID-19 aggrave les inégalités existantes, la réalisation des ODD est la priorité absolue de notre époque », a-t-elle ajouté.

 Visite virtuelle au Libéria après 11 ans

La Reine a également effectué une visite virtuelle du bureau de l’ONU à Monrovia, au Libéria, afin de discuter du travail de l’ONU sur le terrain. En 2010, elle s’était rendue au Libéria en sa qualité de Représentante Spéciale de l’UNICEF et de l’ONUSIDA.

Au cours de sa visite virtuelle au Libéria, la Reine Mathilde s’est entretenue avec des jeunes libériens qui ont été autonomisés grâce aux programmes et aux formations des Nations Unies.

« C’est un honneur pour l’équipe des Nations Unies au Libéria de recevoir Sa Majesté la Reine des Belges au Libéria, 11 ans après sa précédente visite », a déclaré le Coordinateur résident des Nations Unies au Libéria, Niels Scott. « C’est une excellente occasion de voir ce qui a changé, les défis qui subsistent et comment nous pouvons travailler ensemble pour les relever. En mettant l’accent sur la jeunesse, nous aimerions transmettre un message qui ne se limite pas aux défis, mais qui est porteur d’espoir pour l’avenir. » 

« Mon rêve est d’aller à l’école »

Le Libéria est un des pays ayant une des populations les plus jeunes du monde, avec environ 63% de la population âgée de moins de 25 ans. La jeunesse libérienne représente l’espoir de relance du pays après la guerre civile, mais beaucoup de jeunes sont encore touchés par les effets à long terme de la guerre.

Le pays a un taux de grossesse élevé chez les adolescentes, une adolescente sur trois étant enceinte, selon l’UNICEF. Au cours de la visite virtuelle les progrès nécessaires à accomplir sont devenues plus claires, quand Sa Majesté a appris qu’une femme était devenue grand-mère à l’âge de 26 ans.

« Avoir un enfant à un très jeune âge au Libéria n’est pas une chose facile. C’est douloureux parce que cela me fait abandonner l’école (…) et m’empêche d’atteindre mes objectifs », a déclaré Grace Barnard, une mère de 18 ans du comté de Montserrado. « J’espère qu’après avoir obtenu mon diplôme, je trouverai un emploi et pourrai subvenir à mes besoins et ceux de mon enfant. »

La santé mentale est une autre question clé : on estime qu’un Libérien sur cinq connaît des problèmes de santé mentale légers ou modérés.

« Ma maladie mentale a commencé en Guinée, quand j’étais réfugié. Elle a beaucoup affecté ma vie », explique Benjamin Ballah, du comté de Montserrado. A cause de ses problèmes de santé mentale il a dû reporter ses études de l’Université du Libéria. « Grâce aux agences des Nations Unies au Libéria, nous avons pu être formés dans de nombreux domaines. Mon rêve est de voir les personnes vivant avec un handicap psychosocial vivre sur un pied d’égalité avec le reste de la population. »

Le soutien des Nations Unies au Libéria

Sa Majesté la Reine des Belges quitte la Maison de l’ONU à Bruxelles, à ses côtés Camilla Brückner, Directrice du Bureau de l’ONU/PNUD à Bruxelles.

Au fil des ans, l’ONU a soutenu le gouvernement et le peuple du Libéria pour réduire les grossesses chez les adolescentes, la consommation de drogues chez les jeunes, l’autonomisation des adolescents et l’inclusion sociale des personnes vivant avec des problèmes de santé mentale.

Grâce au soutien collectif de l’ONU, le Libéria a pu réduire les taux de mortalité maternelle et de grossesse chez les adolescentes, autonomiser les jeunes défavorisés et donner de l’espoir aux personnes vivant avec des problèmes de santé mentale.

Pour le Directeur régional pour l’Afrique par intérim du Bureau de coordination du développement des Nations Unies pour l’Afrique, Yacoub El Hillo, l’augmentation des problèmes de santé mentale, des grossesses et des mariages d’enfants n’est pas seulement un problème au Libéria, mais plus largement du continent africain.

« Les problèmes sous-jacents à nos soins de santé essentiels sont dus à l’inégalité, au sous-financement, à la complaisance et à la négligence. En s’attaquant à ces problèmes fondamentaux et en renforçant les systèmes de soins de santé primaires et la couverture sanitaire universelle, les pays connaîtront une croissance plus rapide et se remettront plus vite de la pandémie de COVID-19 », a-t-il déclaré lors du briefing virtuel.

Voir aussi :

  • Sa Majesté la Reine des Belges a récemment été reconfirmée par le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, en tant que défenseure des ODD, un rôle qu’elle occupe depuis 2016. Au total, 17 personnalités, dont la Première ministre norvégienne Erna Solberg et l’acteur Forest Whitaker, contribuent à soutenir les Nations Unies dans la mobilisation de la communauté internationale pour atteindre les ODD d’ici 2030. Sa Majesté, qui est également Présidente d’honneur de l’UNICEF Belgique et de Child Focus, une fondation pour les enfants disparus et sexuellement exploités, se concentre particulièrement sur la santé mentale.
  • Le COVID-19 affecte la santé mentale des jeunes

 

 

Derniers articles

France et Monaco

4,258FansLike
5,016FollowersFollow

Belgique et Luxembourg

2,869FansLike