A-Z Index

La lutte contre le changement climatique sera gagnée ou perdue dans les villes

Les villes et centres urbains, qui accueillent déjà 4,5 milliards de personne dans le monde, sont des acteurs clés de la lutte contre les changements climatiques, a indiqué ONU Habitat à l’occasion de la Journée mondiale de l’habitat.

D’ici à 2050, la population urbaine devrait presque doubler, a rappelé le Secrétaire général de l’ONU dans un message diffusé ce jour.

« Les plans de relance économique nous donnent une chance historique de placer l’action climatique, les énergies renouvelables et le développement durable au centre des stratégies et politiques urbaines », a indiqué António Guterres.

Les villes représentent plus de 50 % de la population mondiale, deux tiers de la consommation mondiale d’énergie et plus de 70 % des émissions annuelles mondiales de carbone.

ONU Habitat a partagé à l’occasion de cette Journée mondiale de l’habitat une série de données et recommandations que nous résumons pour vous.

  • Nous devons réduire les émissions mondiales de 45 % d’ici à 2030 par rapport aux niveaux de 2010, pour atteindre un niveau net nul vers 2050 et pour limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5 °C au-dessus des températures préindustrielles.
  • Une action climatique nette zéro ambitieuse ne doit laisser personne et aucun endroit de côté, en adoptant une approche holistique de l’action qui réduit les émissions.

« C’est un moment crucial pour planifier, construire, gérer et alimenter les villes différemment » déclare ONU Habitat qui demande aux entreprises d’adopter des plans de transition vers des émissions nettes nulles d’ici 2050.

En effet, selon ONU Habitat, les ambitions de réduction et d’élimination des émissions de carbone offrent des opportunités économiques au niveau national, augmentent la résilience du réseau énergétique et la compétitivité à l’exportation.

  • La plupart des émissions de carbone dans les villes proviennent des bâtiments. Les villes doivent construire des infrastructures et des logements à haut rendement énergétique, adaptés aux conditions locales.
  • L’énergie utilisée pour faire fonctionner les bâtiments – y compris le chauffage, l’éclairage et la climatisation – représente 28 % de toutes les émissions de carbone.

Les pays doivent produire une énergie propre et économe en ressources et renoncer aux combustibles fossiles. Depuis 2009, le coût de l’électricité renouvelable a baissé, tant pour l’énergie solaire que pour l’énergie éolienne, et il continuera de baisser, note ONU Habitat.

  • Le passage de l’énergie polluante à l’énergie renouvelable doit être une transition juste, impliquant les gouvernements locaux, les syndicats et le secteur privé pour soutenir les communautés affectées et la société civile.
  • La plupart des infrastructures qui existeront en 2050 n’ont pas encore été construites. Les matériaux de construction et le secteur de la construction sont responsables de 11 % des émissions annuelles de dioxyde de carbone. L’utilisation de matériaux qui ne produisent pas de dioxyde de carbone lors de leur extraction ou de leur fabrication permettra de réduire les émissions.
  • Les transports par route, rail, air et eau génèrent environ un cinquième des émissions de dioxyde de carbone. La majorité provenant du transport routier, y compris les déplacements en voiture dans les villes. Il est urgent de mettre l’accent sur des transports publics sûrs, accessibles, abordables et à faible émission de carbone, ainsi que des modèles intégrés comprenant des installations pour la marche et le vélo.
  • La planification de villes compactes dotées d’une bonne infrastructure de transport est essentielle pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Des villes intégrées, connectées et plus vertes, alimentées par des énergies renouvelables, garantiront la santé des communautés urbaines de la planète.

Derniers articles

France et Monaco

4,258FansLike
5,014FollowersFollow

Belgique et Luxembourg

2,869FansLike