A-Z Index

La musique et le sport comme pont entre les migrants et les communautés d’accueil

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a marqué la Journée internationale des migrants par une série d’événements à Bruxelles, notamment une visite au nouveau Musée de l’immigration à Molenbeek, une projection de film avec débat, de la nourriture syrienne et des danses du Moyen-Orient. Le film « All people’s Orchestra » du Global Migration Film Festival a démontré comment la musique rapproche les gens au-delà des frontières et favorise l’intégration sociale entre les migrants et les réfugiés dans les communautés d’accueil. Il a également abordé la question des préjugés à l’encontre des migrants dans la société.

La représentante de la Ville de Bruxelles, Elfi Dombret, a ouvert le débat en déclarant que « à Bruxelles, nous avons plus de 180 nationalités présentes. La musique est un outil puissant pour donner un tempo à notre vie quotidienne. La musique favorise également les réseaux de solidarité, en rapprochant les gens. C’est une expérience interculturelle pour partager l’harmonie et la solidarité ».

Amal-Amjahid-discute-avec-Caroline-Petit-evenement-OIM
La championne du monde Amal Amjahid discute avec la Directrice adjointe d’UNRIC, Caroline Petit, de l’importance du sport dans la cohésion sociale.

Au cours du débat, modéré par Caroline Petit, Directrice adjointe d’UNRIC, Amal Amjahid, huit fois championne du monde de Jiu-Jitsu, a expliqué qu’elle était elle-même une immigrante de deuxième génération et qu’elle pouvait voir des similitudes entre l’effet de la musique et du sport sur l’intégration sociale : « Le sport a changé ma vie et m’a aidé à surmonter les obstacles. Quand j’ai commencé le Jiu-Jitsu, il n’y avait soudain plus de différence entre moi et les autres athlètes ». Aujourd’hui, elle s’engage à aider les autres étudiants de l’académie CENS de Molenbeek, qui a été créée par sa mère et qui vise à favoriser l’intégration sociale par le sport. « Je suis ici pour partager deux messages avec vous. Le premier s’adresse aux pessimistes qui pensent que nous ne pouvons pas nous intégrer : c’est faux. Le second s’adresse aux jeunes comme moi : tout est possible », a déclaré l’athlète de 24 ans.

Laura Corrado, Cheffe de l’Unité Migration légale & Intégration DG Accueil – Commission européenne, a remercié Amal pour son message fort et a reconnu qu’elle mérite vraiment son nom qui se traduit par « espoir ». Elle a déclaré qu’il est particulièrement important de créer un dialogue au niveau local pour parvenir à une intégration réussie et que la Commission européenne encouragera, au cours des cinq prochaines années, des initiatives et des projets locaux qui favorisent la cohésion sociale.

Elisa Tsakiri, Cheffe de la Division de l’appui aux politiques et aux programmes – Bureau régional de l’OIM à Bruxelles, a convenu que les gens devraient entrer en contact avec des personnes d’horizons différents et partager avec elles leurs histoires et leurs expériences. Elle a également souligné que les sociétés oublient souvent l’importance des compétences non techniques, comme la créativité, dans la création de sociétés cohésives et que des projets comme « All people’s Orchestra » aident à développer ces talents créatifs et à rassembler les gens.

Parmi le public, un invité italien a partagé son émotion de vivre en Belgique, un pays qui a accueilli tant d’Italiens il y a 60 ans et qui sont maintenant pleinement intégrés. Il a récemment publié quelques bandes dessinées sur la migration et les réfugiés et a souligné l’importance des arts dans le processus d’intégration.

Les intervenants ont convenu que les migrants et les réfugiés jouent un rôle important dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030 puisqu’ils favorisent le développement durable dans leur pays d’origine et dans leurs communautés d’accueil. « En cette Journée internationale des migrants, nous célébrons les migrants et les communautés d’accueil parce qu’ensemble ils promeuvent un avenir meilleur pour tous. C’est un processus où personne ne devrait être laissé pour compte », a déclaré Caroline Petit.

Watan-Dabke-Dance-Group
Les danseurs du Watan Dabke Dance Group, un groupe international de danseurs folkloriques du Moyen-Orient.

Les danseurs du Watan Dabke Dance Group, un groupe international de danseurs folkloriques du Moyen-Orient, ont fait découvrir au public quelques danses folkloriques traditionnelles en donnant un atelier et en présentant un spectacle de danse. L’objectif du groupe est de promouvoir le dialogue interculturel et la solidarité à travers l’art, et ils ont réussi à faire venir tout le monde sur la piste.

La Ville de Bruxelles a soutenu la Journée internationale des migrants en habillant le Manneken Pis de sa tenue « Je suis un migrant », symbole de l’accueil de toutes les nationalités et de toutes les cultures dans la capitale de l’Europe. Son nouveau costume, fait de pièces assemblées de tissu recyclé, fait écho aux nombreuses routes migratoires et aux liens sociaux multicouches entre les cultures, aux innombrables contributions individuelles qui entrent dans la construction d’une société plus unie et plus inclusive.

 

Découvrez l’actualité onusienne en Europe : Brèves

Derniers articles

France et Monaco

4,258FansLike
4,976FollowersFollow

Belgique et Luxembourg

2,869FansLike