A-Z Index

Les mangroves: protections naturelles des côtes

« Les mangroves sont bien plus que des merveilles de la nature », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay. Ce sont des écosystèmes uniques, spéciaux et vulnérables.

Les mangroves se trouvent dans les régions tropicales et subtropicales, à la limite entre la terre et la mer. 

Elles abritent une diversité spectaculaire de faune et de flore et assurent la sécurité alimentaire des communautés locales. Elles fournissent des produits forestiers et soutiennent la pêche. En effet, quelque 75 % des espèces de poissons destinées au commerce passent une partie de leur vie dans ces zones côtières.

Les mangroves  protègent les côtes de l’érosion et des phénomènes météorologiques extrêmes, et contribuent à la qualité de l’eau en filtrant les nutriments et les sédiments.

Piège à carbone

Les forêts de mangroves permettent également de lutter contre les changements climatiques. Selon le programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE),  les forêts de mangroves dans le monde retiennent dans leurs racines, leurs troncs et dans le sol jusqu’à 22,8 millions de tonnes de carbone chaque année. 

Comparée aux autres arbres et forêts terrestres, une seule forêt de mangroves a une capacité décuplée à aspirer les émissions de carbone. La protection et l’amélioration de ces forêts permettent d’éliminer et de maintenir le dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

«Les écosystèmes côtiers, tels que les mangroves, les algues et les zones humides, se dégradent. Près de 80 % des eaux usées sont déversées dans la mer sans traitement. Et quelque 8 millions de tonnes de déchets plastiques pénètrent dans les océans chaque année. Si aucune mesure drastique n’est prise, ce plastique pourrait l’emporter sur tous les poissons des océans d’ici 2050 “ a prévenu António Guterres dans son discours d’ouverture pour la Conférence sur les Océans le 27 juin 2022.

Disparition de 40% des mangroves

Aujourd’hui, l’UNESCO estime que dans certains pays, plus de 40% des mangroves ont été perdues entre 1980 et 2005, souvent en raison du développement côtier.

Outre les effets du changement climatique, tels que la montée du niveau des mers et des températures, les forêts de mangrove s’appauvrissent car leur bois est prisé par les communautés côtières, qui s’en servent pour la construction, comme combustible et même comme matériel nécessaire à la fabrication de médicaments.

L’urbanisation côtière incontrôlée et les pratiques agricoles et aquacoles non durables viennent compléter la longue liste des défis à relever.

Néanmoins, d’après Audrey Azoulay, «le monde est en train de prendre conscience de l’importance des mangroves». Cette prise de conscience permet l’accomplissement progressif des différents Objectifs du développement durable (ODD) donnant la marche à suivre dans la préservation de cet écosystème. 

Plus d’informations: 

Derniers articles

France et Monaco

4,258FansJ'aime
5,251SuiveursSuivre

Belgique et Luxembourg

2,869FansJ'aime