A-Z Index

Menaces croissantes sur les professionnels des médias

Les journalistes et les travailleurs des médias sont confrontés à une « politisation croissante » de leur travail et à des menaces contre leur liberté de faire simplement leur travail, qui sont « très graves ».

Cette Journée de la liberté de la presse met en lumière le travail essentiel qu’ils accomplissent, en amenant les détenteurs du pouvoir à rendre des comptes, avec transparence, « souvent au péril de leur vie », a déclaré le Secrétaire général António Guterres, dans un message vidéo.

Les lignes de front des crises

« Tout au long de la pandémie de COVID-19, de nombreux travailleurs des médias ont été en première ligne, fournissant des reportages précis et fondés sur des données scientifiques pour informer les décideurs et sauver des vies », a-t-il déclaré.

« Dans le même temps, les journalistes qui couvrent le climat, la biodiversité et la pollution ont réussi à attirer l’attention mondiale sur cette triple crise planétaire. »

Mais les menaces qui pèsent sur leur liberté de mener à bien leurs reportages et de raconter des histoires de manière juste et précise se multiplient chaque jour.

« De la santé mondiale à la crise climatique, en passant par la corruption et les violations des droits de l’homme, ils sont confrontés à une politisation accrue de leur travail et à des tentatives de les réduire au silence de toutes parts. »

« La technologie numérique a démocratisé l’accès à l’information. Mais elle a aussi créé de sérieux défis. »

Se nourrir de l’indignation, des mensonges

Le chef de l’ONU a noté que de nombreuses plateformes de médias sociaux gagnent leur argent non pas en augmentant l’accès à des reportages basés sur des faits, mais en stimulant l’engagement, « ce qui signifie souvent provoquer l’indignation, et diffuser des mensonges. »

« Les travailleurs des médias dans les zones de guerre sont menacés non seulement par les bombes et les balles, mais aussi par les armes de falsification et de désinformation qui accompagnent la guerre moderne. Ils peuvent être attaqués comme l’ennemi, accusés d’espionnage, détenus ou tués, simplement pour avoir fait leur travail. »

Guterres a déclaré que la technologie numérique facilitait également la censure pour les gouvernements autoritaires et autres, qui cherchent à supprimer la vérité, de nombreux journalistes et rédacteurs étant confrontés quotidiennement à la perspective de voir leur travail mis hors ligne.

Les femmes particulièrement exposées

La technologie numérique crée également de nouveaux « canaux d’oppression et d’abus », les femmes journalistes étant « particulièrement exposées » au harcèlement et à la violence en ligne.

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a constaté que près des trois quarts des femmes interrogées avaient subi des violences en ligne. Le piratage et la surveillance illégale empêchent également les journalistes de faire leur travail.

« Les méthodes et les outils changent, mais l’objectif de discréditer les médias et de dissimuler la vérité reste le même », a déclaré le chef de l’ONU, ce qui fait que les citoyens qui vivent dans des sociétés sans médias libres sont « manipulés de manière horrible ».

Pas de démocratie

« Sans liberté de la presse, il n’y a pas de véritables sociétés démocratiques. Sans liberté de la presse, il n’y a pas de liberté », a-t-il déclaré.

Il y a dix ans, l’ONU a établi un plan d’action sur la sécurité des journalistes, afin de protéger les travailleurs des médias et de mettre fin à l’impunité pour les crimes commis à leur encontre, et l’ONU continue de se battre pour protéger leurs droits.

Cette année, la conférence mondiale de la Journée mondiale de la liberté de la presse, qui a débuté lundi et se poursuivra jusqu’au 5 mai à Punta Del Este, en Uruguay, s’articule autour du thème « Le journalisme en état de siège numérique ».

Les participants discuteront de l’impact de l’ère numérique sur la liberté d’expression, la sécurité des journalistes, l’accès à l’information et la vie privée. Les événements organisés dans le cadre de la Journée mondiale de la liberté de la presse réuniront des acteurs concernés tels que des décideurs politiques, des journalistes, des représentants des médias, des militants, des responsables de la cybersécurité et des experts juridiques afin d’explorer ces questions et d’élaborer des solutions concrètes pour faire face aux menaces qui pèsent sur la liberté de la presse et la vie privée à l’ère numérique.

Plus d’information

  • Info Intox : débusquer les fausses informations sur la COVID-19
  • A lire également, le rapport 2022 de Reporters sans frontière

 

 

Derniers articles

France et Monaco

4,258FansLike
5,178FollowersFollow

Belgique et Luxembourg

2,869FansLike