Ukraine : sept raisons de continuer le soutien humanitaire

Un an s’est écoulé depuis l’invasion de l’Ukraine par la Fédération de Russie le 24 février. Un an de souffrances, de pertes et de destructions inimaginables. Et un an durant lequel la vie de chaque femme, homme et enfant en Ukraine a été bouleversée.

Des milliers de civils – dont des enfants – ont été tués, blessés et traumatisés. Les moyens de subsistance ont été détruits et des villes entières sont en ruines.

Pourtant, malgré tout cela, les Ukrainiens n’ont cessé de montrer au monde leur incroyable sens de la solidarité et de la résilience. Ils se sont rassemblés pour se soutenir mutuellement, ont créé des milliers de groupes de volontaires et sont allés en première ligne pour s’assurer que les personnes bloquées puissent obtenir le soutien dont elles avaient besoin. Les organisations humanitaires ont complété cet effort par l’incroyable soutien et la solidarité de la communauté internationale et des citoyens du monde entier qui se sont mobilisés pour soutenir l’Ukraine.

Ensemble, nous avons aidé 16 millions de personnes en Ukraine l’année dernière.

Un an s’est écoulé, mais la guerre est loin d’être terminée.

Voici sept raisons pour lesquelles le monde doit continuer de soutenir la réponse humanitaire en Ukraine.

1 – 18 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire

En envahissant l’Ukraine le 24 février, la Russie a dramatiquement intensifié un conflit qui ravageait l’est du pays depuis 2014.

Quelques semaines seulement après le début du conflit, le nombre de personnes ayant besoin d’assistance humanitaire est passé d’un peu moins de 3 millions à près de 18 millions.

2 – Des millions de personnes ont dû fuir

un enfant sur un quai de gare de Kyiv, en mars 2022.

© PNUD Ukraine/Oleksandr Ratushniak

La guerre a provoqué une grave crise de déplacement sans précédent dans l’histoire récente. Dans les premiers mois qui ont suivi l’invasion, près de 8 millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur de l’Ukraine. Le même nombre de personnes ont franchi les frontières, laissant derrière elles leurs familles, leurs maisons, leurs biens et leurs emplois.

Depuis, la crise des déplacements persiste. A ce jour plus de 5,5 millions de personnes sont toujours déplacées à l’intérieur de l’Ukraine, et près de 8 millions de personnes sont réfugiées.

3 – Difficile accès aux soins de santé, à l’eau et à l’électricité 

L’année dernière, près de 70% des attaques contre des établissements de soins de santé dans le monde ont eu lieu en Ukraine, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Les hôpitaux du pays ont été bombardés au moment où la population en avait le plus besoin, et l’accès aux services de santé essentiels est désormais limité, en particulier dans l’est du pays.

Mais les dégâts ne s’arrêtent pas là. La guerre a dévasté le système d’approvisionnement en eau de l’Ukraine. Des millions de personnes luttent désormais chaque jour pour avoir de l’eau potable, et d’autres sont contraintes de s’approvisionner auprès de sources d’eau insalubres. La situation est extrême dans les zones proches des deux côtés de la ligne de front, où certaines personnes ont enduré une année entière sans eau courante. Cette crise de l’eau a commencé bien plus tôt dans la région de Donetsk contrôlée par les Russes.

Une crise énergétique a suivi les attaques répétées contre les infrastructures de l’Ukraine, en octobre 2022, ce qui a ajouté de nouvelles dimensions à la crise humanitaire. Les hôpitaux ne peuvent pas fonctionner sans électricité, l’eau ne peut pas être pompée et les gens ne peuvent pas chauffer leurs maisons en plein hiver.

Un homme collecte de l'eau dans le fleuve Dnipro, à Kherson
© OCHA/Oleksandr Ratushniak

4 – L’accès à l’éducation est menacé

Tout au long de l’année, les écoles et les salles de classe d’Ukraine ont été attaquées, détruites ou transformées en bases militaires, ce qui a gravement entravé l’accès à l’éducation. Près de 40 % des écoles ukrainiennes dépendent de l’apprentissage en ligne, mais même celui-ci est désormais perturbé en raison de l’accès compromis à l’électricité et à Internet.

Les écoles qui ont été préservées doivent encore faire face à d’énormes défis, car elles sont affectées par la crise énergétique et les raids aériens répétés. Les enfants passent désormais des heures et des heures dans des sous-sols ou des bunkers au lieu d’être à l’école.

En Ukraine, 5,3 millions d’enfants doivent être aidés pour pouvoir poursuivre leur éducation.

5 – La population souffre de traumatismes inimaginables

La guerre laisse des cicatrices profondes et invisibles sur la population ukrainienne. Selon l’OMS, près de 10 millions de personnes risquent de souffrir de stress aigu, d’anxiété, de dépression, de toxicomanie et de troubles de stress post-traumatique.

Des familles ont été séparées et chaque Ukrainien a vu un membre de sa famille ou une personne de son entourage tué ou blessé. Leurs villes, leurs maisons, leurs hôpitaux ou encore leurs quartiers ont été bombardés.

Les violences sexuelles liées à la guerre s’ajoutent également aux horreurs causées par l’invasion russe Elles touchent principalement les femmes et les filles, mais aussi les hommes prisonniers de guerre détenus par les forces armées russes.

6 – L’agriculture et l’économie affectées avec de profondes répercussions au niveau mondial

La guerre a gravement affecté le secteur agricole ukrainien, laissant des milliers d’agriculteurs sans revenu et une famille sur trois en situation d’insécurité alimentaire. La guerre a détruit des terres fertiles ou des cultures et les saisons de récolte et de plantation ont été compromises. Cela s’est ajouté aux défis imposés par la fermeture des ports ukrainiens pendant plus de six mois, jusqu’en août 2022. Des milliers de personnes se sont retrouvées sans moyen de subsistance à un moment où la guerre dévastait l’économie ukrainienne.

La présence de mines ajoute aux difficultés de reprise des activités agricoles, même dans les zones où les hostilités ont diminué.

En Ukraine et dans le monde entier, le manque de disponibilité et d’accès aux semences, aux engrais, au carburant et aux produits phytosanitaires a entravé les productions. Les prix des denrées alimentaires sur le marché mondial sont montés en flèche.

Il est essentiel d’accroître les activités de déminage afin que l’agriculture puisse reprendre, que les familles rurales puissent recevoir un soutien pour continuer à produire des denrées alimentaires et que les ports puissent ouvrir aux exportations afin d’éviter de nouvelles perturbations des expéditions de céréales de l’Ukraine. Cela contribuera à la sécurité alimentaire des petits agriculteurs et permettra d’éviter une nouvelle crise alimentaire mondiale.

7 – Des millions de personnes ne bénéficient toujours pas du soutien dont elles ont besoin

Depuis le début de la guerre de grande ampleur le 24 février 2022, les acteurs humanitaires ont travaillé jour et nuit pour s’assurer que près de 16 millions de personnes en Ukraine reçoivent le soutien dont elles ont besoin.

La communauté humanitaire a organisé des milliers de convois pour apporter de la nourriture, de l’eau, des médicaments, des abris, des kits d’hygiène et des générateurs aux communautés déchirées par la guerre et aux personnes qui avaient fui vers l’ouest. Elle a aidé les gens à fuir les zones de guerre et a lancé la plus grande opération humanitaire en espèces de l’histoire, en aidant plus de 6 millions de personnes en Ukraine. Et l’ONU s’efforce d’accroître son soutien en matière de santé mentale, de protection de l’enfance et de déminage pour les populations traumatisées qui tentent de reconstruire leur vie.

Mais le soutien apporté aux communautés dans les zones contrôlées par la Russie reste extrêmement limité. Le monde a pu constater que la diplomatie humanitaire peut améliorer les choses comme l’initiative en faveur des céréales de la mer Noire ou l’évacuation des civils de l’aciérie Azovstal.

 

Article original OCHA 

 

Derniers articles sur l'Ukraine

France et Monaco

4,482FansJ'aime
5,379SuiveursSuivre

Belgique et Luxembourg

3,227FansJ'aime