A-Z Index

Bartel Van de Walle de l’UNU-MERIT : de mathématicien à preneur de décisions concrètes

Bartel Van de Walle de l’UNU-MERIT : de mathématicien à preneur de décisions concrètes

De la série Visages de l’ONU

Depuis le premier septembre, le Professeur Bartel Van de Walle est le nouveau directeur de l’Université des Nations Unies à Maastricht, UNU-MERIT, l’Institut de recherche économique et sociale sur l’innovation et la technologie. Pour notre série Visages de l’ONU, le mathématicien de formation nous raconte ses défis et ses priorités et comment, à New York, il a soudainement déplacé le focus de ses recherches des mathématiques abstraites vers la prise de décision concrète.

1. Quel est votre parcours académique et comment cela a-t-il influencé votre carrière ?

Je suis mathématicien de formation. J’ai étudié les mathématiques appliquées et l’informatique pour mon diplôme d’études supérieures et j’ai continué à faire un doctorat en mathématiques à l’Université de Gand. Pour mon doctorat, j’étudiais les préférences des gens dans le choix et le classement des alternatives de décision. Je m’intéressais aux préférences qui étaient « floues », donc quand il n’y avait pas de préférences clairement définies par oui ou non, binaires, mais des degrés de préférence, comme dans « Je préfère dans une certaine mesure cette alternative à l’autre ». J’ai ensuite proposé les bases mathématiques de telles relations de préférence, qui étaient très techniques et belles à la fois. J’ai pris cela avec moi toute ma carrière, car nous sommes tous confrontés à de tels choix non binaires tout le temps. Cela m’a aidé à comprendre que les choix sont complexes et que les décisions fondées sur ceux-ci devraient prendre en compte le « flou » qui leur est inhérent.

2. Quel moment de votre carrière vous a le plus marqué ?

C’était sans aucun doute le 11/9, le jour des attentats terroristes contre les tours jumelles de New York. J’habitais à l’époque dans le New Jersey, où je travaillais en tant que jeune professeur adjoint au New Jersey Institute of Technology. De mon immeuble, je pouvais voir les tours jumelles tous les jours – jusqu’aux attaques. L’impact que cela a eu sur moi et ma famille qui venions d’émigrer aux États-Unis l’année précédente, l’incertitude et la confusion qui régnaient ces premiers jours, le choc et la complexité de la situation, tout a conduit mes recherches de mathématiques plutôt abstraites en prise de décision dans le monde réel pendant les crises presque du jour au lendemain.

3. Quelles seront vos priorités pendant votre mandat de directeur de l’UNU-MERIT ?

Ma toute première priorité est de mieux connaître les gens de l’institut, après avoir déjà reçu des appels de présentation. En même temps, je lancerai un vaste processus de consultation dans lequel nous établirons une voie pour l’avenir : que voulons-nous continuer de faire et quelles nouvelles choses voulons-nous faire ? De ce processus de consultation découleront de nouvelles priorités – pas seulement les miennes, mais des priorités que nous avons définies ensemble.

4. Que signifie la pandémie du COVID-19 pour l’UNU-MERIT ?

Le COVID-19 a eu un impact énorme sur tout ce que nous faisons à l’institut. La pandémie affecte notre recherche, notre enseignement, notre cohésion sociale. Au début, notre principal défi était de continuer à fonctionner, de dispenser notre éducation à nos étudiants, d’adapter nos plans de recherche, en particulier le travail de terrain. J’ai vu les efforts incroyables déployés par tout le personnel, sous la direction des directeurs de programme pour l’éducation, des promoteurs de doctorat et par chaque membre du personnel travaillant à domicile.

La pandémie étant encore loin d’être terminée, nous devrons à présent examiner comment nous pouvons nous adapter davantage à cette situation: que devons-nous faire de mieux, de différent. Nous allons également commencer à réfléchir au « post-COVID » : quels changements – comme le télétravail ou éducation en ligne – sont là pour rester ? Et dans quelle mesure pour assurer que cela nous garde tous – étudiants et personnel – ensemble ? Les défis sont nombreux et nous devrons trouver des solutions nouvelles et créatives.

5. Vos universitaires étudient l’impact de la pandémie de quelle façon ?

L’impact du COVID sur les pays en développement semble sombre. Des rapports de l’OCDE et d’autres soulignent le risque de renvoyer des millions de personnes dans la pauvreté et d’annuler les progrès accomplis au cours des 20 dernières années. Atteindre les ODD dans les conditions actuelles semble encore plus difficile qu’auparavant. A ce titre, le travail que nous faisons à UNU-MERIT est essentiel : quelles sont les conséquences économiques du COVID ? Quelles nouvelles structures ou politiques de gouvernance faut-il développer pour éviter les conséquences les plus graves pour le monde en développement, pour nous tous ? Nous avons déjà commencé à travailler sur certains projets sur ces questions, et sans aucun doute d’autres suivront.

6. Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui souhaiteraient commencer à UNU-Merit?

À UNU-MERIT, nous préparons nos étudiants à avoir un impact dans le monde, que ce soit à l’ONU, aux ONG locales ou internationales, aux gouvernements ou aux universités – où que la vie les mène. Grâce à notre programme de maîtrise, nous fournissons à nos étudiants les outils, les méthodes et l’expérience nécessaires pour mieux comprendre les problèmes mondiaux complexes auxquels nous sommes confrontés, dans un environnement international très favorable et doté d’un personnel dévoué. Je conseillerais à nos étudiants de vivre pleinement cette expérience, d’essayer de tirer tout ce que vous pouvez de ce programme, de vous lier d’amitié avec vos camarades et d’explorer avec nous tous à UNU-MERIT comment nous pouvons rendre ce monde meilleur.

Les Visages de l'ONU

Bartel Van de Walle de l’UNU-MERIT : de mathématicien...

Bartel Van de Walle de l'UNU-MERIT : de mathématicien à preneur de décisions concrètes De...

« Cette crise restera sûrement comme le moment le...

« Visages de l’ONU » : Herman Quarles van Ufford, Conseiller du Secrétaire général adjoint Fabrizio Hochschild...

« J’ai toujours tendance à voir le verre à...

Série Visages de l’ONU : Fabrice Leclercq, un Belge en Haïti, convaincu de l’impact de...

« Ce qui me motive le plus, c’est de...

Série Visages de l'ONU : Henk Van Renterghem, Conseiller principal du Programme des Nations...

Derniers articles

Journée internationale de la paix : « Façonner la...

A l’occasion de la Journée internationale de la paix célébrée sur sur le thème...

Sondage ONU75 : pour une ONU plus inclusive, transparente...

Organisée alors que la pandémie de COVID-19 fait rage, la consultation mondiale de l'ONU75...

Brèves : lettre d’information numéro 35

Retrouvez l'essentiel de l'actualité ONU en Europe dans notre lettre d'information hebdomadaire en français « Brèves : l’actualité onusienne en Europe.

France et Monaco

4,210FansJ'aime
4,175SuiveursSuivre

Belgique et Luxembourg

2,716FansJ'aime