La finance durable comme norme

Un secteur financier durable © Micheile Henderson, Unsplash

De notre série #SDGActors

Le mouvement de durabilité a atteint le secteur financier. UNRIC a interrogé trois organisations qui jouent un rôle central pour faire de la durabilité la norme dans le secteur financier, au Benelux notamment.

Pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) définis dans l’Agenda 2030, il faut de l’argent, beaucoup d’argent. De nombreux investissements sont nécessaires pour lutter contre le changement climatique, promouvoir la prospérité et éradiquer la pauvreté.

Pionniers

 Au Benelux, divers acteurs jouent un rôle dans l’intégration de la durabilité dans le secteur financier. En tant que première banque éthique et durable au monde, la Banque Triodos promeut le développement durable depuis 1980. Elle investit l’argent des particuliers, des entreprises et des organisations dans des entreprises et des produits à impact positif sur le climat et le bien-être social.

« Nous considérons l’argent comme un catalyseur du développement durable, » explique Marcel Proos, responsable de la communication externe à la Banque Triodos. « Les ODD forment un cadre solide qui nous aide à mieux communiquer avec des partenaires qui sont sur la même longueur d’onde. »

Depuis sa fondation en 2011, la banque coopérative NewB se veut une banque respectueuse des droits de l’homme et de la planète. Sigrid Gulix, chargée de communication et porte-parole de NewB, souligne que la banque « n’investit que dans des organisations et des entreprises qui contribuent positivement aux ODD. De cette façon, en tant que banque durable, nous ne travaillons pas seulement à la réalisation des ODD nous-mêmes, mais nous encourageons et facilitons également les autres à faire de même. »

Depuis 2021, la banque coopérative est accessible aux particuliers et dans quelques mois également aux professionnels. Avec, entre autres, une charte sociale et écologique, la banque a ancré la durabilité dans ses opérations.

Au Luxembourg, le rôle de premier plan est joué par la Luxembourg Sustainable Finance Initiative (LSFI ou initiative luxembourgeoise de finance durable), un partenariat public-privé qui a été établi en 2020 suite à une recommandation du Programme des Nations Unies pour l’environnement dans sa feuille de route pour une finance durable. L’initiative vise à faire du Luxembourg le centre financier de la durabilité, à sensibiliser et à soutenir les projets de durabilité dans le secteur financier.

Développement durable et sensibilisation des clients

Selon Nicoletta Centofanti, conseillère en développement durable chez LSFI, la distinction entre financement traditionnel et financement durable devient floue. « Nous remarquons que la sensibilisation est très élevée. Les institutions financières sont de plus en plus conscientes de l’impératif de durabilitéparce que leurs clients l’exigent. »

Chez NewB aussi ils sont convaincusde cette tendance. « Nos clients veulent que chaque aspect de leur vie soit cohérent avec ce qu’ils considèrent comme juste », reconnaît Sigrid Gulix.

« Aujourd’hui, le concept de durabilité est répandu. Cependant, de nombreuses institutions financières n’en sont qu’au début de leur parcours vers la durabilité. Nous avons encore un long chemin à parcourir », conclut Marcel Proos de Triodos.

Lors d’une réunion avec des institutions financières clés en octobre 2020, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a également appelé à faire de la durabilité du secteur financier une priorité.

« La réalisation en temps voulu des Objectifs de développement durable est gravement menacée. Pour inverser notre cours, un changement fondamental dans le financement et l’investissement est nécessaire pour placer la durabilité au cœur du système économique et financier international », a déclaré António Guterres. « Le leadership du secteur privé sera plus important que jamais. »

Liens utiles

Qu’est-ce la finance durable ? par LSFI

L’inclusion d’une organisation dans la série Benelux « SDGActors » du Centre régional d’information des Nations Unies (UNRIC) ne reflète en aucun cas les points de vue de UNRIC et n’implique pas son approbation.