ActualitésClimat : des solutions pour éviter le pire 

Climat : des solutions pour éviter le pire 

Nous ne sommes pas loin d’atteindre six points de bascule, qui sont des menaces irréversibles pour l’humanité et la planète. Des solutions climatiques existent pour éviter le pire.

Un mois avant la Conférence des Nations Unies sur le climat, la COP28, l‘Institut de l’Université des Nations Unies pour l’environnement et la sécurité humaine (UNU-EHS) publie aujourd’hui un rapport sur les risques de catastrophes climatiques, mettant en évidence six points de basculement critiques qui représentent des menaces irréversibles pour l’humanité et la planète.

Ces points de bascule sont :

  • l’accélération de l’extinction d’espèces vivantes, 
  • l’épuisement des eaux souterraines,
  • la fonte des glaciers de montagne,
  • les débris spatiaux,
  • les vagues de chaleur,
  • un avenir non assurable.

Les effets de certaines de ces conséquences du réchauffement climatique sont déjà visibles dans de nombreux pays du monde.

Des chercheurs de l’Université des Nations Unies proposent plusieurs solutions pour un avenir plus durable face au changement climatique :

Créer un monde sans déchets

L’économie circulaire cherche à éliminer les déchets en optimisant l’utilisation des ressources. Cette approche favorise les ressources renouvelables et s’aligne avec les cycles naturels de la Terre. En adoptant une mentalité sans déchets, nous pouvons également réduire les risques liés à la pénurie d’eau, à la perte d’habitat et à l’accélération des extinctions causées par l’extraction des ressources.

Être en harmonie avec la nature

La séparation entre l’homme et la nature accélère les extinctions, entraînant l’exclusion et le préjudice de diverses espèces. La perte d’habitat et le changement climatique entraînent le déplacement des espèces sauvages, car nous les confinons dans des zones de conservation. Un changement crucial est nécessaire pour reconnaître la nature comme un système mondial interconnecté, dont l’homme n’est qu’un élément.

Le réensauvagement rétablit les écosystèmes dans leur état naturel avant l’intervention de l’homme. La création de « villes éponges » avec des chaussées perméables et des espaces verts permet de gérer les eaux pluviales, de prévenir les inondations et de soutenir les habitats de la faune et de la flore. Il est important de délimiter des zones réservées à l’usage humain et de limiter notre empreinte pour préserver la biodiversité.

Promouvoir la coopération mondiale

Pour une véritable coopération mondiale, les accords contraignants doivent découler d’une perspective mondiale commune et ne pas être motivés uniquement par l’intérêt personnel. 

Dans un monde aux ressources limitées, la collaboration est fondamentale pour assurer une gestion adéquate. Lorsque les systèmes naturels sont perturbés, la pénurie et la concurrence pour les ressources apparaissent, ce qui rend impératif le retour aux cycles naturels et à une culture d’entraide et de partage à l’échelle mondiale.

Aussi, les efforts de collaboration sur les ressources en eau transfrontalières permettent non seulement d’instaurer la confiance, mais aussi de faciliter l’échange de connaissances et de renforcer la sécurité mondiale. Le renforcement des réseaux de soutien locaux et des liens sociaux pendant les périodes de chaleur extrême peut considérablement atténuer les risques pour la santé.

Priorité au bien-être des générations futures

Les choix que nous faisons aujourd’hui ont une influence profonde sur les générations futures. Plutôt que d’exploiter les ressources pour un gain à court terme, nous devrions interagir avec le monde en mettant l’accent sur la durabilité à long terme. Cela signifie qu’il faut concevoir des systèmes en tenant compte des risques futurs et en privilégiant la précaution par rapport aux avantages immédiats.

La conservation des ressources naturelles et culturelles permet non seulement de réduire les déchets et de renforcer notre lien avec l’environnement, mais aussi de préserver des options pour les générations futures. Cela va au-delà des ressources physiques et englobe la connaissance, l’apprentissage, l’innovation et les relations.

La préservation de la biodiversité permet non seulement d’éviter les extinctions accélérées, mais aussi de sauvegarder les services écosystémiques essentiels à la survie de l’humanité. Les communautés écologiques diversifiées ont tendance à être plus stables au fil du temps, ce qui améliore la résilience et accroît les avantages potentiels pour le monde entier.

Concevoir une économie du bien-être

Nous devons cesser de nous concentrer sur la croissance économique et le PIB en tant que mesures du progrès. Nous devrions plutôt nous concentrer sur l’amélioration du bien-être humain et environnemental. Cela implique une approche axée sur une mission qui unit la société autour d’objectifs clairs pour un changement positif à grande échelle. Les gouvernements qui adoptent ce modèle visent à rétablir l’équilibre entre la société et la nature, à promouvoir la répartition équitable des ressources et à soutenir la santé et la résilience des individus et des communautés, aujourd’hui et à l’avenir.

En adoptant ces stratégies, les sociétés peuvent œuvrer à un avenir plus durable et plus résilient, en atténuant les effets irréversibles des points de basculement environnementaux imminents.

Derniers articles

France et Monaco

4,481FansJ'aime
5,379SuiveursSuivre

Belgique et Luxembourg

3,228FansJ'aime