A-Z Index

COP26 : les engagements des Etats insuffisants et trop vagues

Les engagements en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre sont loin d’être suffisants pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, laissant le monde sur la voie d’une augmentation de la température mondiale d’au moins 2,7°C au cours de ce siècle, selon Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).

Pour avoir une chance de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C, il est nécessaire de réduire de près de moitié les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030. Des réductions de 30 % sont nécessaires pour rester sur la trajectoire de 2°C.

Or selon le rapport 2021 sur l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions (Emission Gap Report), qui en est à sa 12e édition, actuellement les réductions annoncées ne totalisent que 7,5 % des émissions annuelles de gaz à effet de serre prévues en 2030 par rapport à la série d’engagements précédente.

Ces réductions sont calculées en fonction des contributions déterminées au niveau national (CDN) mises à jour par les pays et les autres engagements pris pour 2030 mais non encore soumis dans le cadre d’une CDN mise à jour.

« Le changement climatique n’est plus un problème futur. C’est un problème actuel », a déclaré Inger Andersen, directrice exécutive du PNUE.

« Pour avoir une chance de limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C, nous avons huit ans pour réduire de près de moitié les émissions de gaz à effet de serre : huit ans pour élaborer les plans, mettre en place les politiques, les appliquer et, enfin, réaliser les réductions. L’horloge tourne à plein régime ».

 « Zero émission nette », des échéances trop lointaines

Publié à l’approche de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP26), le dernier cycle de négociations sur le climat qui débute à Glasgow le 31 octobre, le rapport indique que les engagements de « zéro émission nette » pourraient faire une grande différence.

Une situation de zéro émission nette, aussi appelée neutralité carbone », est atteinte quand les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas supérieures à ce que la planète peut naturellement absorber.

Les promesses de réduction jusqu’à « nette zéro » sont encore vagues, incomplètes dans de nombreux cas et incompatibles avec la plupart des CDN de 2030, note le rapport.

Pourtant s’ils étaient solides et pleinement mis en œuvre, les objectifs « zéro émission nette » pourraient réduire de 0,5°C le réchauffement de la planète, ce qui ramènerait la hausse des températures prévue à 2,2 °C.

Au total, 49 pays, plus l’UE, se sont engagés à atteindre cette neutralité carbone. Cela représente plus de la moitié des émissions mondiales de gaz à effet de serre, plus de la moitié du PIB et un tiers de la population mondiale. Pour l’UE, cet objectif a été fixé à l’horizon 2050.

« Le monde doit se réveiller face au péril imminent auquel nous sommes confrontés en tant qu’espèce », a ajouté M. Andersen.

« Les nations doivent mettre en place les politiques nécessaires pour respecter leurs nouveaux engagements, et commencer à les mettre en œuvre dans les mois qui viennent. Ils doivent rendre leurs promesses de réduction nette à zéro plus concrètes, en veillant à ce que ces engagements soient inclus dans les CDN et à ce que des mesures soient prises. Ils doivent ensuite mettre en place les politiques nécessaires pour soutenir cette ambition accrue et, là encore, commencer à les mettre en œuvre de toute urgence. »

Plus d’information :

Les Visages de l'ONU

Derniers articles

France et Monaco

4,258FansLike
5,099FollowersFollow

Belgique et Luxembourg

2,869FansLike