A-Z Index

L’ONU contribue à la préservation de la « collection » d’arbres de Tervuren

Bruxelles abrite une étonnante et exceptionnelle collection… d’arbres. En effet sur 120 hectares, l’arboretum de Tervuren abrite plus de 600 espèces arboricoles. L’ONU, qui appelle à « faire la paix avec la nature » et à préserver la biodiversité, a mis ses principes en action en plantant 300 sapins dans cette forêt unique.

Cette plantation a été organisée par le bureau du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) à Bruxelles à l’occasion de la Cinquième Assemblée des Nations Unies pour l’environnement qui s’est tenue les 22 et 23 février.

Organisée sur le thème « Renforcer les actions en faveur de la nature pour atteindre les Objectifs de développement durable », cette assemblée s’est conclue avec un appel urgent à faire face à la crise planétaire : le changement climatique, la perte de la biodiversité et la pollution.

« Nous avons un rôle à jouer », a déclaré Veronika Hunt Šafránková, directrice du bureau du PNUE. « En tant qu’organisations, communautés ou individus, il appartient à chacun de nous d’aider à reconstruire notre relation avec la nature et d’aider à stopper le changement climatique. En plantant de jeunes sapins aujourd’hui, nous contribuons à améliorer l’état de la zone forestière locale. »

Les forêts mondiales représentent près d’un tiers de la surface des terres de la planète. Depuis 1990, près de 10 % de la superficie forestière mondiale a été perdue en raison de la conversion à d’autres utilisations des terres, indique le rapport du PNUE intitulé « Faire la paix avec la nature ».

Créé il y a près de 120 ans, l’arboretum de Tervuren regroupe d’innombrables arbres et arbustes du Nord, de l’Ouest et de l’Est de l’Amérique du Nord, de l’Europe centrale et méditerranéenne, du Moyen et de l’Extrême-Orient en Asie. C’est une véritable « collection géographique » que l’on peut visiter tout au long de l’année.

Malheureusement, les affres du changement climatique ne l’ont pas épargné. Les conditions météorologiques extrêmes, mais aussi d’autres menaces telles que l’arrivée de nouveaux parasites, ont affecté la forêt et causé la perte de centaines d’arbres.

Ses arbres constituent une ressource précieuse pour la recherche et la mise en œuvre de solutions basées sur la nature. La restauration des écosystèmes forestiers et le développement de solutions basées sur la nature sont des objectifs de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes, qui sera en vigueur jusqu’en 2030.

L’équipe du PNUE Bruxelles était accompagnée de collègues de la Commission européenne (DG Environnement et DG Action pour le climat). Ensemble, ils ont planté trois différentes espèces de sapins sous la supervision de forestiers de l’Arboretum, dans le respect des mesures sanitaires contre la COVID-19.

Plus d’informations :

Derniers articles

France et Monaco

4,256FansJ'aime
4,737SuiveursSuivre

Belgique et Luxembourg

2,859FansJ'aime