A-Z Index

ActualitésClimat : la COP28 en 7 points clés

Climat : la COP28 en 7 points clés

Alors que s’ouvre le 30 novembre la COP28 à Dubaï, aux Émirats arabes unis (EAU), voici un tour d’horizon en sept questions sur ce rassemblement crucial pour le climat.

1- Que représentent les COP ?

Les conférences des Nations Unies sur les changements climatiques (ou « Conférence des parties », COP) sont les plus grands sommets annuels sur le climat au monde. Ils rassemblent les 198 pays (ou « parties ») ayant ratifié la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) de 1992. Cela représente l’adhésion presque de tous les pays du monde.

Le sigle COP28 signifie que se tient la 28e réunion de la COP, du 30 novembre au 12 décembre 2023.

2 – Quel est l’enjeu principal de la COP28 ?

La COP28 dressera le tout premier bilan mondial de l’Accord de Paris, un processus permettant aux pays et aux parties prenantes de voir où ils progressent collectivement vers la réalisation des objectifs approuvés en 2015 sur le changement climatique.

L’Accord de Paris vise à contenir l’augmentation de la température moyenne mondiale bien en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels et poursuivre les efforts pour limiter l’augmentation de la température à 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels.

Le monde n’est actuellement pas sur la bonne voie pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. La fenêtre d’un changement significatif se ferme et il est temps d’agir maintenant.

3 – Sur quoi les discussions vont-elles porter ?

Les discussions à la COP28 doivent progresser dans plusieurs domaines, notamment sur :

  • Les détails du mécanisme de financement des pertes et dommages pour aider les communautés vulnérables à faire face aux impacts climatiques immédiats.
  • Un objectif financier mondial qui soutiendrait les efforts des pays en développement pour lutter contre le changement climatique.
  • L’accélération d’une transition à la fois énergétique et juste.
  • Les moyens de combler l’énorme écart en matière d’émissions de gaz à effet de serre (GES), entre ce qui est souhaitable et ce qui est réalisé.

4 – Combien de personnes seront présentes ?

Les COP constituent désormais les plus grandes réunions annuelles convoquées par les Nations Unies. Plus de 70 000 délégués sont attendus à la COP28, dont les États membres (ou « parties ») de la CCNUCC. Parmi les participants figurent également des chefs d’entreprise, des jeunes, des climatologues, des peuples autochtones, des journalistes et divers autres experts et parties prenantes.

5 – Qui décide du lieu où se tiendra une COP ?

Le pays hôte de la COP tourne normalement parmi les cinq groupes régionaux des Nations Unies : Afrique, Asie-Pacifique, Europe orientale, Amérique latine et Caraïbes, ainsi que le Groupe « Europe occidentale et autres États » (GEOA). Les membres du groupe régional tiennent des consultations pour déterminer quel pays de leur région est susceptible de soumettre une offre pour accueillir une conférence.

6 – A quoi les COP précédentes ont-elles abouti ?

  • Le Protocole de Kyoto (COP3 à Kyoto, signé en 1997 et entré en vigueur en 2005) engage les pays industrialisés et les économies en transition à limiter et réduire les émissions de GES conformément aux objectifs individuels convenus.
  • L’Accord de Paris (COP21 à Paris, 2015) est un traité international juridiquement contraignant, dont les objectifs sont mentionnés plus haut. Ces dernières années, les dirigeants du monde ont souligné la nécessité de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C d’ici la fin de ce siècle.
  • Le Pacte de Glasgow pour le climat (COP26 à Glasgow, 2021) a vu les nations s’engager à réduire l’écart entre les plans de réduction des émissions existants et ce qui est nécessaire pour les réduire effectivement, afin que l’augmentation de la température moyenne mondiale puisse être limitée à 1,5°C. Les nations ont réaffirmé leur devoir de tenir l’engagement fait à Paris de voir les pays développés fournir 100 milliards de dollars par an pays aux pays en développement pour le climat. Cela a également marqué un moment historique puisque le premier accord de la COP comprenait une disposition appelant à une réduction progressive de l’énergie au charbon et à l’élimination progressive des subventions « inefficaces » aux combustibles fossiles.
  • Le Fonds pour les pertes et dommages (COP27 à Charm el-Cheikh, 2022) part de la reconnaissance du fait que les pays en développement, bien qu’ils contribuent peu aux émissions mondiales, sont disproportionnellement vulnérables aux impacts du changement climatique. D’où cet accord révolutionnaire visant à financer les « pertes et dommages » pour les pays vulnérables durement touchés par les inondations, les sécheresses et autres catastrophes climatiques.

7 – Comment suivre la COP28 ?

Les séances ouvertes au public peuvent être suivies sur ce lien.

 

LIENS UTILES

Climat : décalage croissant entre promesses et réalité

Climat : la fonte des glaciers menace l’humanité

Climat : nouveau record de concentration des gaz à effet de serre

Derniers articles

France et Monaco

4,483FansJ'aime
5,379SuiveursSuivre

Belgique et Luxembourg

3,226FansJ'aime