Journée mondiale de l’océan : la Flandre « laboratoire d’essai » pour le monde durable de demain

batiment station marine de Ostende

L’océan est le plus grand écosystème de la Terre et indispensable à la survie de notre planète. Mais cet écosystème est sous pression. Pour protéger et gérer durablement l’océan, les scientifiques s’associent aux décideurs politiques, aux acteurs économiques et aux citoyens.

Pour la Journée mondiale de l’océan (8 juin) et le lancement de la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable, UNRIC a visité l’Institut flamand de la Mer (VLIZ par son abréviation en néerlandais) et ses partenaires multilatéraux et internationaux à Ostende, en Belgique.

VLIZ est la plateforme de coordination et d’information pour la recherche scientifique marine. Fondée en 1999, VLIZ trouve ses racines dans la Station maritime d’Ostende, déjà établie en 1843, et désormais le plus ancien institut de recherche océanographique au monde.

Selon le porte-parole de VLIZ, Jan Seys, « l’objectif final est un bon équilibre entre les aspects économiques, sociaux et écologiques. La science au service d’un monde vivable, aujourd’hui et pour les générations futures. »

 

Plancton : l’héro de l’océan

VLIZ mène des recherches novatrices, notamment sur le navire de recherche RV Simon Stevin, avec deux laboratoires à bord et avec divers robots de recherche de haute technologie. L’institut abrite également le Centre flamand de données et d’informations marines, une bibliothèque marine et la base de données « Registre mondial des espèces marines ».

Leurs robots sous-marins autonomes de haute technologie sont des pièces maîtresses déployées dans le monde entier. Les robots apportent, entre autres, des échantillons de plancton. Parce que le plancton est si petit, ces organismes sont très sensibles aux changements et ont une fonction de signalisation importante pour le changement climatique. Leurs scientifiques découvrent ces changements microscopiques.

Le navire de recherche du VLIZ « RV Simon Stevin » à Ostende
Le navire de recherche du VLIZ « RV Simon Stevin » à Ostende
Roeland Develter, ingénieur du VLIZ, avec l'un des robots sous-marins.
Roeland Develter, ingénieur du VLIZ, avec l’un des robots sous-marins.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les robots de VLIZ prélèvent également des échantillons de carbone, objet de recherche de l’impact d’activités humaines sur l’équilibre naturel de l’océan et l’atmosphère. En effet, l’océan absorbe plus de 90% de la chaleur excédentaire piégée par les gaz à effet de serre, nous protégeant ainsi d’une augmentation encore plus importante des températures sous l’effet du changement climatique. Plus les valeurs de carbone sont élevées, moins les océans peuvent jouer ce rôle protecteur.

Le chercheur Thanos Gritzkalis du VLIZ montre comment les échantillons de carbone sont analysés.
Le chercheur Thanos Gkritzalis du VLIZ montre comment les échantillons de carbone sont analysés.

La Flandre : centre de connaissances

Les activités de la Décennie de l’océan sont coordonnées par la Commission océanographique intergouvernementale (COI), l’organisme de l’UNESCO pour la promotion des sciences océaniques et de l’avancement des connaissances.

Le centre de formation international du COI, le bureau d’Échange international des données et de l’information océanographiques, est un partenaire important de VLIZ et se trouve également à Ostende.

« Bien que la Flandre et sa portion  de mer ne représentent que peu à l’échelle internationale, ne sous-estimez pas l’accumulation de connaissances concentrées, elle fait vraiment une différence par rapport à cette petite région », confirme Jan Seys.

VLIZ a également contribué activement à l’Évaluation mondiale des océans, la base scientifique de la décennie de l’océan et une source de recommandations politiques nationales et internationales. VLIZ travaille également en étroite collaboration avec l’European Marine Board (le Conseil européen marin), un groupe de réflexion européen de premier plan pour la politique de sciences océanographiques.

Fred Fourie, ingénieur du VLIZ, avec des robots de recherche.
Fred Fourie, ingénieur du VLIZ, avec des robots de recherche.

Décennie de l’océan : instrument de solutions innovatrices

Sur l’importance de l’océan, le Secrétaire général de l’ONU António Guterres est clair : « Le thème de cette année, « L’océan : vie et moyen de subsistance », dénote l’importance des océans pour (…) la survie de (…) plus de trois milliards de personnes qui vivent de l’océan, principalement dans les pays en développement. »

La Décennie de l’océan est une opportunité unique pour promouvoir les sciences océaniques en tant qu’outil de solutions novatrices pour un océan plus sain, plus résilient et plus durable. La Décennie de l’océan est plus qu’un exercice scientifique, elle vise à changer la société grâce à l’innovation scientifique et technologique.

« La Flandre est bien placée pour jouer un rôle important à cet égard, tant pour le développement des entreprises et des structures que pour le développement des compétences de recherche. Une petite région, comme « laboratoire d’essai » pour le monde durable de demain », conclut Ann-Katrien Lescrauwaet, Directrice des relations internationales chez VLIZ.

 

Liens utiles